Elle revoit ses enseignantes du primaire

Le 17 mai dernier, l'enseignante de maternelle à... (Le Progrès, Mélissa Viau)

Agrandir

Le 17 mai dernier, l'enseignante de maternelle à l'école NDR, Mélanie Simard, a revu ses enseignantes du primaire, dont Raymonde Gagnon, Francine Larouche, Raymonde Tremblay, Angèle Jean, Jocelyne Desmeules et Monique Villeneuve.

Le Progrès, Mélissa Viau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélissa Viau
Le Quotidien

CHRONIQUE / Qui aura la chance, trente ans plus tard, de revoir tous ses enseignants du primaire ? Bien que ça semble pratiquement impossible, c'est pourtant ce qui est arrivé à Mélanie Simard, le 17 mai dernier, à l'école Notre-Dame-du-Rosaire (NDR) de Chicoutimi Nord.

Ce moment historique restera à jamais gravé dans la mémoire de madame Mélanie. En plus d'être devenue enseignante de maternelle dans l'école où elle a fait son primaire, madame Mélanie a pu revoir ses enseignantes qui l'ont vue grandir de la maternelle à la sixième année.

« C'est grâce à elles si je suis devenue prof », a confié Mélanie en serrant ses anciennes enseignantes dans ses bras.

En effet, le 17 mai dernier c'était jour de retrouvailles à NDR. Après avoir passé une belle année à festoyer ses 65 ans, l'école invitait ses anciens à venir voir le résultat de ses recherches. Ils étaient près de 60 anciens membres du personnel (enseignants, concierges et directeurs) à répondre à l'invitation.

Dans le gymnase, les précieux invités, pour la plupart retraités du monde de l'éducation, ont fait la découverte d'un véritable musée de 1950 à aujourd'hui. Les élèves et les enseignants ont retracé l'histoire et l'évolution de la société au niveau de la musique, des sports, des transports, des objets du quotidien, des émissions de télévision, des jouets, des films, etc.

Comme cadeau de fête, Gilles Morasse, qui a été directeur dans les années 70-80 à NDR, a offert un arbre fruitier à l'école afin que les générations futures puissent le voir grandir.

Tous les élèves assisteront à sa plantation prévue le 5 juin prochain.

Saviez-vous que...

Faisant partie du comité organisateur du 65e de l'école où elle enseigne, Mélanie Simard a principalement fait les recherches historiques. Voici quelques-unes de ses découvertes :

• Dans les années 50-60, il n'y avait pas de gymnase dans les écoles primaires. Les Soeurs faisaient faire de petits exercices à leurs élèves dans la classe et cette grande pièce, qu'on appelle maintenant le gymnase, s'appelait la grande salle...

• La grande salle servait à faire des spectacles, le salut au drapeau et des expositions...

• Jusqu'en juin 70, les Soeurs du Bon-Conseil, qui agissaient comme enseignantes, et la directrice de l'école séjournaient à l'école, sauf les enseignantes laïques...

Couvents et collèges

• À cette époque, les écoles de filles portaient le nom de couvent et les écoles de gars s'appelaient des collèges. Le Couvent Notre-Dame-du-Rosaire était donc une école de filles, mais il y avait quand même quelques garçons, car l'autre école de quartier débordait...

• Comme la religion étant omniprésente, on suppose que l'école NDR porte son nom en l'honneur du curé de la paroisse qui s'appelait Rosario Néron...

• Dans les années 80-90, l'école NDR accueillait les enfants de la maternelle à la cinquième année. Ensuite, tous les finissants du primaire des écoles de Chicoutimi Nord se réunissaient à l'école des Quatre-Vents pour faire leur sixième année préparatoire au secondaire. Il y avait près d'une dizaine de classes...




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer