Des bébés animaux retirés de leur mère

Les visiteurs du Zoo de Falardeau apprécient le... (Archives Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie)

Agrandir

Les visiteurs du Zoo de Falardeau apprécient le contact avec les petits.

Archives Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélissa Viau
Le Quotidien

CHRONIQUE / Le Zoo de Falardeau vient d'annoncer qu'il améliore ses installations afin de permettre aux visiteurs de toucher à des bébés animaux.

Plus besoin de justification pour retirer les bébés animaux de leurs mères au Zoo de Falardeau. « Quand la DPJ enlève des enfants dans une famille parce qu'ils ne sont pas bien, et qu'ils les mettent en foyer d'accueil, est-ce que la DPJ font des choses qui ne sont pas correctes ? Non. Je pense qu'elle travaille pour le bien de l'enfant », a expliqué le propriétaire du Zoo de Falardeau, Daniel Gagnon sur les ondes de KYK 95,7 le 22 février dernier.

Ainsi, après avoir bu le colostrum de leur mère, soit 24 heures après leur naissance, les petits de certaines espèces exotiques telles que le tigre, le léopard et le kangourou sont retirés de leur mère. Une fois retirés, les petits n'auront plus de contact avec leurs semblables adultes. Notez que le léopard reste normalement 18 mois auprès de sa mère, jusqu'à ce qu'elle ait une autre portée. Quant au kangourou, ils tètent sa mère jusqu'à l'âge d'environ un an.

Avec ses 100 000 visiteurs par année, c'est une moyenne de 275 personnes par jour qui flatteront quelques bébés installés dans de petits enclos que le propriétaire appelle la pouponnière.

Parce qu'on peut apprivoiser des bêtes sauvages, mais qu'on ne peut jamais les domestiquer, quand la manipulation des bébés ne sera plus sécuritaire, le propriétaire les vendra à d'autres zoos. Comme le rapportait Le Progrès-Dimanche du 26 février, l'an dernier, deux tigres ont été vendus à des jardins zoologiques en Thaïlande et en Ontario. On sait que la Thaïlande est un lieu très controversé entre autres pour son Temple aux tigres qui a dernièrement été freiné dans son fructueux et nébuleux marché des tigres.

Selon Daniel Gagnon, l'objectif de cette proximité avec le public est justement de conditionner les animaux afin qu'ils soient plus à l'aise quand ils se retrouveront en captivité à long terme. À l'âge adulte, quand ils seront en enclos, par mesure de sécurité, il n'y aura pourtant plus de contact avec les humains. Comme en témoigne le Zoo de Granby, avec son populaire bébé hippopotame né le 27 février dernier, un animal qui vient au monde dans un environnement, tel qu'un zoo, n'a pas à être retiré de sa mère pour être désensibilisé à la vue de visiteurs.

Refuge

Le Zoo de Falardeau garde encore son titre de refuge afin de soigner des bêtes sauvages blessées dans le but de les remettre en liberté. Ces bêtes, qui ne doivent pas être désensibilisées à l'humain pour assurer leur survie en nature, ne sont pas mises en contact avec les humains. Ce qu'on peut en conclure, c'est que cette portion de la mission du Zoo de Falardeau est donc inintéressante pour le visiteur qui veut voir et toucher. Ce zoo a maintenant une autre vocation, soit de faire la reproduction d'animaux exotiques dans le but de les faire manipuler par le public et de les revendre à d'autres jardins zoologiques.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer