Fini le dégriffage de chats

Les quatre vétérinaires pour petits animaux et les... (Le Progrès-Dimanche, Mélissa Viau)

Agrandir

Les quatre vétérinaires pour petits animaux et les 16 vétérinaires pour grands animaux, de la clinique Vétérinaire Sagamie d'Alma, ont décidé de ne plus pratiquer d'onyxectomie (dégriffage) chez le chat.

Le Progrès-Dimanche, Mélissa Viau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélissa Viau
Le Quotidien

PICOTTE / Les quatre vétérinaires pour petits animaux et les 16 vétérinaires pour grands animaux, de la clinique Vétérinaire Sagamie d'Alma, ont décidé de ne plus pratiquer d'onyxectomie (dégriffage) chez le chat.

Bien que cette intervention ne soit pas encore interdite au Québec, la clinique d'Alma a décidé de prendre les devants. « Il faut une première initiative pour espérer voir les autres embarquer », explique Dre Nathalie Bédard, vétérinaire pour petits animaux à la clinique vétérinaire Sagamie. Le 1er janvier dernier, l'Ordre des médecins vétérinaires du Québec interdisait à ses membres de pratiquer des chirurgies esthétiques sur les animaux. Depuis près de deux ans, la clinique vétérinaire Sagamie d'Alma avait cessé ces pratiques de moins en moins populaires. On peut donc supposer que l'ablation des griffes devrait suivre. « Cette intervention ne se pratique plus dans quelques cliniques du Québec, dans plusieurs provinces du Canada et depuis longtemps, en Europe », poursuit-elle.

Pour le bien-être de l'animal, cette clinique fait le compromis de perdre deux à trois chirurgies quotidiennes, soit une perte moyenne de 800$ par jour.

L'onyxectomie consiste à amputer la troisième phalange de chaque doigt du chat. Difficile de dire si cette intervention est souffrante ou change les comportements du chat, mais certaines observations laissent supposer que oui. « Certains chats dégriffés ont tendance à mordre plus. D'autres, par besoin de marquer leur territoire, utiliseront leur urine », constate la vétérinaire.

Est-ce qu'interdire le dégriffage risque de faire augmenter les abandons ? En fait, si on se tourne vers les refuges, à voir le nombre de pensionnaires félins dégriffés, on peut comprendre que cette intervention ne protège pas de l'abandon.

Les alternatives

Les griffes font partie intégrante du chat. Par manque de connaissance, cette solution drastique est devenue un réflexe au Québec depuis plusieurs années. L'éducation et la sensibilisation devraient faire changer d'idée plusieurs amoureux des animaux.

Il existe des trucs pour aménager votre maison et éviter de faire endommager vos meubles par des griffes de chats.

En plaçant un bon griffoir, dans un endroit stratégique, votre chat prendra l'habitude d'utiliser ses griffes uniquement à cet endroit.

Installer des jetés sur les divans, permettra aussi de sauver les meubles.

Les couvre-griffes sont aussi très efficaces en plus d'être jolis.

Pour en savoir plus, visitez le site : educhateur.com.

Les chirurgies esthétiques interdites

Au Québec, depuis le 1er janvier 2017, les vétérinaires n'ont plus le droit de pratiquer des chirurgies esthétiques chez les animaux de compagnie. Les cliniques qui entraveront la loi seront passibles d'amendes.

Les interventions les plus courantes, quand on parle de ce type de chirurgies, sont les coupes de queues et les taillages d'oreilles. Plusieurs races dont le doberman, le jack russell et le boxer se font couper la queue dès leur naissance, pour aucune raison valable. Bien que ce soit un acte vétérinaire, certains éleveurs le font eux-mêmes, à froid, sans geler localement. Il suffit ensuite de faire un point de suture. Les problèmes de guérisons sont fréquents si la queue a été coupée trop courte. « Avant on croyait à tort que le chiot de quelques jours, était trop jeune et ne souffrait pas, mais c'est faux. Il ressent la douleur », précise la docteure Nathalie Bédard. Pour la taille des oreilles, l'intervention est beaucoup plus complexe et demande une anesthésie. De plus, ce n'est pas toujours une réussite.

« Pour conserver le standard de la race, certains éleveurs vont le faire eux-mêmes, traverser les lignes des États-Unis ou encore aller en Ontario », confie une éleveuse qui fait référence aux queues coupées chez le chat et le chien. D'ici à ce que les standards changent officiellement, les queues longues et les oreilles non taillées sont de plus en plus acceptées dans les concours de conformation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer