L'amour malsain à 14 ans

CHRONIQUE / Émilie Lamothe, 15 ans, est une ado sensible, toujours prête à... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélissa Viau
Le Quotidien

CHRONIQUE / Émilie Lamothe, 15 ans, est une ado sensible, toujours prête à aider les autres. «Parfois, quand nous regardons autour de nous, nous voyons des gens qui ont l'air tellement heureux, mais qui au fond, cachent de grands secrets», réfléchit Émilie. Ses observations lui ont fait comprendre que même à son âge, les relations d'amour peuvent être malsaines.

L'épreuve qu'a vécue une jeune fille, qui semblait mener une vie normale, voire même parfaite, l'a beaucoup touchée. «Elle a environ 14 ans, elle est souriante et elle aime rigoler avec ses amies. La chanceuse est même en amour avec un garçon depuis quelques années déjà», observe Émilie. Mais il ne faut pas toujours se fier aux apparences. Cette jeune fille vit un amour toxique. Au début, tout allait pour le mieux entre les amoureux, mais plus le temps passait, plus le garçon devenait violent avec elle. «Elle avait peur, mais elle n'était pas capable d'en parler à qui que ce soit, car il menaçait de la faire souffrir encore. Jusqu'au jour où elle décida de se confier à l'intervenante de l'école qui lui suggéra d'en parler à ses parents», poursuit Émilie. Ayant le corps couvert de bleus, tout ce qu'elle espérait, c'était de se sortir de cette situation...

Couper les ponts

Après plusieurs demandes de la part des parents et de certaines personnes proches d'elle, le garçon accepta enfin de couper les ponts avec l'adolescente. «Avec l'aide du centre jeunesse, celle de ses parents, de l'intervenante de l'école, de ses amis et de psychologues, sa vie a repris une tournure normale et la douleur ne fait désormais plus partie de son quotidien», nous rassure Émilie.

Selon Émilie, la solution est claire. «Si vous êtes victimes ou connaissez quelqu'un qui vit de la violence au quotidien tant par son amoureux que par ses parents, il faut en parler. Cela pourrait aider plusieurs personnes et peut-être sauver des vies. Ne gardez pas ça pour vous et n'ayez pas peur d'en parler», conclut Émilie qui souhaite que son témoignage aide d'autres jeunes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer