Prendre la plume apaise la peine d'Émilie

Pour calmer sa peine, Émilie Lamothe a écrit... (Photo Le Progrès-Dimanche, Mélissa Viau)

Agrandir

Pour calmer sa peine, Émilie Lamothe a écrit une lettre à une personne de son âge qui s'est enlevée la vie

Photo Le Progrès-Dimanche, Mélissa Viau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélissa Viau
Le Quotidien

Cet été, Émilie Lamothe a perdu une personne de son âge qui s'est enlevée la vie. Pour libérer un peu de sa peine, face à cet incompréhensible suicide, la jeune femme de 15 ans a trouvé une solution. Elle écrit. Et comme elle souhaite se rapprocher d'un de ses rêves, qui est de devenir journaliste, elle a décidé de se tailler une place dans Le Progrès-Dimanche. Voici donc une lettre qu'elle a écrite à cette personne partie trop tôt.

«Ce soir, je m'endors le coeur gros et les yeux pleins d'eau. Tout ça, c'est ta faute. Tu as tout simplement décidé de nous quitter. Tout d'un coup, juste comme ça. Je ne sais pas si tu le savais mais moi j'avais besoin de toi et je t'aimais.

Quoique je t'aime encore énormément, chaque fois que je pense à toi, tout me revient. Je me mets à regarder nos photos, nos vidéos, puis tous nos moments me reviennent. Les larmes me viennent. L'endroit où on aimait tellement aller est devenu comme un poison pour moi, chaque fois que j'y retourne, ton visage me vient en tête et je me sens toute croche. Tu sais, il y avait juste toi pour me mettre dans cet état-là, mais qui aurait cru que le jour où tu ne serais plus là tu me ferais encore cet effet-là?

Pas moi certain, parce que je croyais te garder à mes côtés encore longtemps. J'aurais voulu que tu sois avec moi ce jour-là, le jour de ta mort, pour m'aider à passer au travers cette dure épreuve. Malheureusement tu n'étais pas à mes côtés comme tu l'as toujours été. Tu sais, je n'ai toujours pas accepté le fait que tu sois parti. Je garde en moi cet espoir que d'une minute à l'autre tu passeras la porte en me disant que tu es là et que toute cette histoire n'était qu'un horrible cauchemar. On a tous des rêves, et le mien est que tu reviennes.

Tu avais, et tu as encore une place hyper importante dans mon coeur mais maintenant que tu es parti tout me semble si triste. Des personnes comme toi, il n'y en avait pas une tonne à mes yeux. Tu sais, il m'arrive de penser à toi, très souvent, je me remémore toutes nos niaiseries, et pendant un moment, je me sens heureuse, comme si tu étais encore là avec moi, puis pouf la dure réalité me frappe.

Je sais que peu importe ce que je fais, tu ne reviendras pas. Tu es parti pour un long voyage, un voyage que tu n'aurais pas dû vivre si jeune et si tôt. Tu es parti sans même me dire au revoir. Sache que même si tu n'es plus là, tu resteras toujours dans mon coeur, dans ma tête et dans mon âme. Tu fais partie de moi pour le reste de ma vie. Tu me manques horriblement et n'oublie jamais que je t'aime.» - Émilie Lamothe

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer