Les écrits de mon journal

Quand je relis mon journal intime, ça éclaircit mes souvenirs. C'est incroyable... (Photo Le Progrès-Dimanche, Mélissa Viau)

Agrandir

Photo Le Progrès-Dimanche, Mélissa Viau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélissa Viau
Le Quotidien

Quand je relis mon journal intime, ça éclaircit mes souvenirs. C'est incroyable comme les enfants apprécient les petits plaisirs de la vie. Une nouvelle paire de souliers ou une simple efface pour ma collection méritait une place privilégiée dans mon journal!

En quatrième année, j'ai vu pour la première fois une pièce de théâtre. Ça s'appelait Bouche cousue. Ma mère nous avait acheté le livre avec toutes les répliques et je le lisais souvent avec mon amie Véro. Je me souviens comme j'avais été impressionnée de voir des personnes jouer devant moi, en direct. Après, je demandais toujours à mes parents si ce qu'on regardait à la télévision était en direct. Je parle aussi très souvent de mon hamster et de nos randonnées en forêt pour observer les oiseaux. La neige me rend vraiment énervée, surtout quand on manque de l'école!

Un des jouets très marquants de mon enfance fut une poupée garçon que j'appelais mon Copain. Mon amie Véro en avait une aussi. Ce sont ces poupées qui nous ont inspiré nos premières émissions de radio. On les interviewait avec une petite enregistreuse en faisant des intros d'émission avec le synthétiseur.

Mon courrier

Le site academos.qc.ca aide les jeunes de 14 à 30 ans à se connecter à la réalité du monde du travail. Je fais partie des 2250 mentors qui permettent à 44 000 personnes de communiquer avec un professionnel pour en savoir plus sur son travail. Ainsi, on les guide dans leur choix de carrière. Ce site est constamment à la recherche de passionnés dans différents domaines. Cette semaine, je vous confie le genre de correspondance que je peux avoir!

«Bonjour! Je suis en secondaire trois, et disons que je suis extrêmement mêlée pour choisir dans quelle ''branche'' je dois aller. J'ai remarqué que nous avons un intérêt commun pour les animaux. Je trouve ça plutôt rassurant de voir qu'il y a quelqu'un qui fait un métier qui pourrait m'intéresser. J'aurais quelques questions à te poser. J'aimerais savoir ce que ça prend pour avoir un élevage de chien ou comme ce que tu as. Travailler avec les chiens, est-ce un travail que l'on pourrait se tanner? Je te remercie d'avance pour répondre à mes questions... Sur cela, je te souhaite une belle fin de journée.» - Lauri_love_15

«Bonjour Lauri-love-15! Je te comprends tellement... Moi aussi après mon secondaire j'étais un peu perdue face à mon choix de carrière. Tu peux te permettre d'explorer. Pour devenir bon avec les animaux, il faut en avoir dans sa vie. Tu peux proposer à tes proches de promener leurs chiens, les brosser, les garder... Aujourd'hui, j'ai une chronique animale à la radio, une page sur les animaux dans le journal Le Progrès-Dimanche et deux pages jeunesse. Au niveau des chiens, je n'ai pas d'élevage, mais j'aide parfois les gens à mieux interagir avec leurs chiens afin d'éviter qu'ils développent de mauvais comportements. Parfois, je prends des chiens problématiques que j'éduque pour ensuite les faire adopter. C'est un loisir plus qu'un travail. Outre les vétérinaires et la technique en santé animale, il existe des formations pour devenir éducateur canin, comportementaliste, entraîneur, etc. Comme je suis travailleuse autonome, j'ai créé mes emplois grâce à ma passion pour l'écriture, les animaux et ma facilité à communiquer.» - Melissa Viau

«Wow! Ce serait tellement mon travail de rêve! Ça prend quel genre d'études pour faire ce travail-là? Sérieux avec ce que vous m'avez dit, ça me donne vraiment le goût de regarder pour faire cela...» - Lauri-love-15

«En fait, j'ai étudié en sciences humaines, en arts, en cinéma, en représentation (parce que je voulais devenir travailleuse autonome) et en dessins assistés par ordinateur. J'étais créative, j'aimais les animaux et j'ai réussi à créer mon emploi sans avoir de formation connexe. Tranquillement, je me suis mise à accueillir des chiens abandonnés et à m'intéresser à leur comportement. Je continue toujours de m'informer au niveau des chiens. Il ne faut jamais cesser d'apprendre, rester soi-même et ne pas perdre de vue ses rêves.» - Mélissa Viau

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer