Vous êtes madame?

Toutes les semaines, pour le plaisir des lecteurs, des gens me confient les... (123rf)

Agrandir

123rf

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélissa Viau
Le Quotidien

Toutes les semaines, pour le plaisir des lecteurs, des gens me confient les drôles de réflexions de leurs enfants. Aujourd'hui je prends le temps de vous raconter une de mes propres réactions drôles... Je mets la faute sur le stress du début de l'année scolaire!

J'avais 17 ans et je venais de commencer mes études collégiales au Cégep de Chicoutimi. Je ne sais pas pourquoi, mais à tous les nouveaux cours, les enseignants regardaient la liste des présences et demandaient à ceux qui avaient moins de 18 ans de lever la main. Ça ne me dérangeait pas de faire partie des plus jeunes. Même que j'ai toujours aimé ça. Sauf que j'avais l'impression qu'on causait plus de problèmes au niveau de la logistique.

Bref, par une belle journée d'automne, alors que je revenais de l'école, je me rends compte que mon chinchilla a une grosse plaque sans poil sur le ventre. J'appelle donc dans une clinique vétérinaire et la réceptionniste me conseille de prendre rendez-vous avec la vétérinaire.

Elle doit donc me poser quelques questions, en commençant par: «Vous êtes madame?» Et moi de répondre: «Non, je n'ai pas encore 18 ans.»

La femme au bout du fil riait tellement qu'elle n'arrivait plus à parler.

Quand j'ai compris qu'elle me demandait mon nom, je me sentais un brin nounoune. Et elle, elle devait tellement avoir hâte de faire la rencontre de cette fille qui n'était pas encore une madame!

Continuer de m'envoyer les drôles de réflexions des petits et des grands à mviau@lequotidien.com

Les phobies scolaires

Même si tout est parfait pour partir cette nouvelle année scolaire du bon pied, il y a des peurs qui n'arrêtent pas de hanter les élèves de tout âge qui vivent la rentrée.

Peur de me lever en retard: Pourtant, l'excitation de la rentrée risque de te réveiller avant que ton alarme sonne.

Peur de manquer l'autobus: À l'heure que tu te lèveras pour te pomponner, ce n'est pas le jour de la rentrée que tu manqueras l'autobus.

Peur de l'initiation (au cégep): Si tu ne le sens pas, n'y va pas.

Peur de prendre le mauvais autobus: Tes amis seront là pour te démêler!

Peur de remettre un travail en retard: À l'école, on apprend très rapidement à organiser son temps.

Peur de me faire niaiser: Apprends à niaiser et à rire.

Peur de me faire offrir de la drogue: Tu partiras à rire.

Peur de me perdre dans l'école: En début d'année scolaire, le personnel enseignant se montre toujours disponible et présent si jamais ce genre de situation se produit. Tu n'auras qu'à demander.

Peur de dîner seul: Tu regarderas tes nouvelles FB sur ton cellulaire.

Inquiétude générale: Pour apaiser tes inquiétudes, colle-toi à une personne qui est dans tous tes cours. Vous allez vous rassurer mutuellement et finir par rire de vos peurs!

Peur de ne pas être habillé convenablement: Assume ton style et il t'ira bien. Surtout si tu es bien dedans.

Peur d'oublier le code de mon cadenas: Le concierge à de bons outils si jamais ça arrive!

Peur de ne pas me faire d'amis: En t'impliquant dans ton école, ça ne devrait pas arriver.

Peur de trouver ça plate: Un congé de la fête du Travail miroite déjà lundi prochain.

Peur de ne pas m'habituer: Avant même que tu reçoives ton premier devoir, la routine sera déjà bien en place.

Peur des exposés oraux: Je n'aimais pas ça non plus. Pourtant, je gagne ma vie en communication.

PS J'ai déjà eu toutes ces peurs! - Mélissa

Drôles de réflexions et complicité

Lorsque ma grande fille a vu que sa petite soeur bébé naissante accaparait beaucoup sa maman, elle a dit bien sérieusement en me regardant dans les yeux: «Maman, va porter bébé à l'hôpital!» - Martine Tremblay

Laurence, quatre ans, regarde les bateaux à voile au quai de L'Anse-Saint-Jean et qui dit: «Wow! Regarde maman, des bateaux à poil!» - Marie-Pier Boudreault

Allo Mélissa ! Je n'ai pas de réflexions de mes petits-enfants, mais par contre j'ai une photo de la belle complicité de ma petite-fille Arianne Pelletier et de Bob un chien tellement adorable. - Claudette Cote

Mon fils Victor, cinq ans, a réussi à décoder son ballon : « Regarde maman ! Mon ballon de soccer est fait pour jouer au soleil, quand il pleut, la nuit et quand les extraterrestres arrivent... » - Edith Girard

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer