Tricoter pour relaxer

CHRONIQUE / Le tricot revient en force! Je l'ai vu en allant à un centre... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélissa Viau
Le Quotidien

CHRONIQUE / Le tricot revient en force! Je l'ai vu en allant à un centre jeunesse dans le temps des Fêtes et ça m'a donné envie de commencer à tricoter. Même mon chum a eu le goût d'essayer et, tout comme moi, il n'est plus capable de s'arrêter. Ma mère m'a raconté qu'un de ses oncles, qui travaillait dans de lointains chantiers, tricotait des bas de laine pour sa famille et ses amis après ses journées d'ouvrage.

Pourquoi ne pas vous y mettre vous aussi et tricoter des cadeaux pour vos proches?! Pour la beauté du résultat, le bienfait relaxant qu'il procure et, considérant que les 15-18 ans n'ont jamais été aussi stressés, tricoter serait un bon remède! Quand on tricote, notre cerveau se vide pour se concentrer uniquement sur nos mailles qu'on veut parfaites. Une à la fois, en laissant la bonne tension dans le fil.

Élisabeth Lagacé tricote depuis l'âge de neuf ans.

«Ç'a commencé avec un projet entrepreneurial dans ma classe de quatrième année. On tricotait des linges à vaisselle», raconte la jeune fille de 16 ans.

Par la suite, sa grand-mère lui a appris d'autres techniques. «Dernièrement, j'ai commencé à initier ma meilleure amie», poursuit Élisabeth. Avec quelques heures par-ci par-là, en écoutant la télévision, elle a fait des bas, des foulards, des tuques et des pantoufles.

Comment apprendre

Comme le tricot semble avoir sauté quelques générations, ce n'est peut-être pas avec un membre de votre famille que vous apprendrez à tricoter. Par contre, Internet déborde de vidéos explicatives et de bonnes idées de créations.

Mais ce n'est pas l'idéal quand on rencontre un pépin et qu'on aimerait une réponse précise et rapide.

C'est pourquoi, si vous avez envie d'apprendre avec de sympathiques tricoteuses, je vous conseille de visiter la boutique Boutique Bêêê-La située au 44 rue Price à Chicoutimi. Depuis 15 ans, on y offre des cours privés, de précieux conseils et tout le matériel nécessaire pour laisser aller votre imagination. Pour en savoir plus, contactez la propriétaire Monique Savard ou visitez le site Internet www.boutiquebeeela.ca.

Il vous suffit ensuite de traîner votre laine et vos aiguilles dans votre sac et de les sortir afin de rendre vos temps libres ou votre temps d'attente plus utile! Dans l'autobus, entre deux cours, après avoir fini votre travail dans la classe ou devant la télévision, toutes les occasions sont bonnes pour tricoter!

Certaines personnes d'expériences vont même dans les friperies et récupèrent des vêtements de laine défraîchis pour les détricoter et en refaire des nouveaux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer