Elle sauve son lapin de dix ans

Malgré l'âge avancé de son petit lapin de... (Photo courtoisie)

Agrandir

Malgré l'âge avancé de son petit lapin de dix ans, Julie Landry est bien fière d'avoir investi temps et argent pour faire soigner Coquine.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélissa Viau
Le Quotidien

CHRONIQUE - PICOTTE / Un petit lapin nain de Saguenay a eu bien de la chance. Quand il est tombé malade, sa famille n'a pas hésité à le faire soigner, et ce malgré ses dix ans, un âge plutôt avancé pour un animal dont la moyenne d'âge est de huit ans.

« J'ai d'abord amené Coquine chez le vétérinaire pour traiter sa conjonctivite à l'oeil. Puis son état de santé, peut-être relié au stress de cette visite, s'est détérioré », explique la propriétaire de Coquine, Julie Landry. N'étant plus capable de s'alimenter, les vétérinaires recommandèrent un médicament afin de gaver l'animal. « Ça s'appelle du Critical. C'est une poudre de foin qu'on mélange à l'eau et on lui donne avec une seringue », poursuit la dame. Pendant le processus de gavage, même si Coquine n'avait jamais démontré de signes de vieillesse avant, la propriétaire se questionnait. « Comme mon lapin n'aimait pas beaucoup ces séances de gavage, je me suis demandé si je faisais bien. Vu son âge, est-ce qu'on n'était pas juste en train de l'étirer et le faire souffrir ? »

Entre-temps, Julie envoya un message à l'équipe de Picotte, via Facebook, pour avoir quelques conseils. On lui suggéra de contacter notre passionnée complice qui adore les lapins. Chantal Dallaire fut une oreille attentive et d'un support inestimable pour la propriétaire de Coquine. « Merci de m'a voir fait connaître Chantal. Comme elle avait déjà vécu une situation similaire avec ses lapins, j'ai senti que j'avais quelqu'un à qui en parler et qui me comprenait », souligne Julie qui avoue que plusieurs personnes ne comprennent pas cet amour qu'elle ressent pour ce petit animal.

La propriétaire de Coquine, Julie Landry... (Photo courtoisie) - image 2.0

Agrandir

La propriétaire de Coquine, Julie Landry

Photo courtoisie

«Maintenant, on peut dire que Coquine est guéri et j'en suis soulagé. Il semble lui-même tellement heureux. Je crois même qu'il est reconnaissant... Il a repris du poids et mange de nouveau seul. Il est plus affectueux envers nous. Je crois qu'il sera parmi nous encore un bon moment », conclut Julie.

Coquin ou Coquine ?

Il est difficile de déterminer le sexe d'un lapin lorsqu'il est jeune. C'est ce qui est arrivé à Coquine lors de son adoption. Julie Landry s'était fait dire que c'était une femelle. Un an s'écoula avant de connaître la vraie identité de Coquine ! Et, comme il comprenait déjà son nom, celui qui s'avéra être un mâle, garda son nom.

Des bijoux pour chats et chiens

Dès demain, des bijoux pour chats et chiens seront en vente à la boutique La Fabrik située à Arvida. Ces médailles, faites à la main, ici même dans la région, sont ornées de pensées amusantes pour personnaliser votre animal.

L'originale idée vient de Vanessa Pilon, chroniqueuse à Salut Bonjour, et Valérie Arseneault, propriétaire de La Fabrik, qui viennent tout juste de sortir une nouvelle collection de bijoux dont certains sont conçus pour les animaux.

Dans la collection de bijoux de Valérie et... (Photo courtoisie, Julien Poiré-Desmeules) - image 4.0

Agrandir

Dans la collection de bijoux de Valérie et Vanessa, on retrouve des médailles pour chiens et chats. Sarah chien en est la fière ambassadrice.

Photo courtoisie, Julien Poiré-Desmeules

« Éventuellement, on aimerait qu'une partie des profits générés par ces médailles soit distribuée à un organisme venant en aide aux animaux. On cherche encore laquelle », explique Valérie, propriétaire de La Fabrik.

Vanessa Pilon s'intéresse beaucoup à la mode et aux animaux. D'ailleurs Sarah chien, sa mignonne chienne de race bouledogue français, est suivie par 72 000 personnes sur Instagram.

Vanessa Pilon et Valérie Arseneault, deux mordues de... (Photo courtoisie, Julien Poiré-Desmeules) - image 5.0

Agrandir

Vanessa Pilon et Valérie Arseneault, deux mordues de la mode, se sont connues lors d'un événement mode qui a eu lieu à Saguenay.

Photo courtoisie, Julien Poiré-Desmeules

C'est lors d'un évènement mode, qui a eu lieu au Saguenay, que la jeune femme de Montréal a fait la rencontre de Valérie. De fil en aiguille, elles ont décidé de travailler ensemble pour la confection de bijoux.

La collection complète de bijoux, de Vanessa et Valérie, est disponible sur le site www.humanityjewelry.com et à La Fabrik.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer