Une famille... comme une entreprise syndiquée!

Pour mieux comprendre le monde des adultes, j'ai écrit une mise en situation,... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélissa Viau
Le Quotidien

Pour mieux comprendre le monde des adultes, j'ai écrit une mise en situation, issue de la vie de tous les jours, pour démystifier le rôle d'un syndicat au sein d'une entreprise.

Pour mieux comprendre le monde des adultes, j'ai écrit une mise en situation, issue de la vie de tous les jours, pour démystifier le rôle d'un syndicat au sein d'une entreprise.

Betty et Ludovic ont dix et onze ans. Le temps est venu pour eux de participer officiellement aux tâches de la maison. Chacun doit donc ramasser sa chambre pour obtenir cinq dollars par semaine.

Ludovic est assidu et adore faire du rangement. Il aime tellement aider ses parents qu'il participe même à faire la vaisselle et le ménage. Quant à Betty, au début, tout allait bien. Elle était motivée par l'argent. Sa motivation est encore grande, mais elle fait son ménage très rapidement et cache, la plupart du temps, ses «traîneries» sous le lit.

La mère agira comme le ferait une chef d'entreprise. Pour éviter les conflits, elle va donc trouver des solutions pour l'épanouissement de ses enfants. Ayant à coeur le bon fonctionnement de sa famille, elle ne tolérera aucun échange irrespectueux. Les syndiqués, Betty et Ludovic, devront aussi faire preuve de solidarité en s'entraidant.

Comme Ludovic fait plus de tâches que sa soeur, est-ce qu'on augmente son salaire?

Non. Augmenter son salaire serait vicieux puisque le comportement de Ludovic est intrinsèque. On va plutôt l'encourager et montrer sa satisfaction en le récompensant ou en ajoutant des privilèges.

Comment feront Betty et Ludovic pour s'entraider?

Avare de responsabilités, la mère donnera un rôle important à Ludovic en lui proposant de devenir président du syndicat. Dans son rôle de président, Ludovic devra démontrer un comportement exemplaire et transmettre à sa soeur son engouement pour le travail. Il ne devra pas faire les tâches à sa place, mais lui donner des trucs pour lui faire aimer le rangement de sa chambre.

Comment Ludovic aidera sa soeur à aimer faire du rangement?

Connaissant les goûts de sa soeur, il peut lui proposer de mettre de la musique et de chanter en faisant le ménage.

Puisque Betty est moins compétente, est-ce qu'on coupe son salaire?

Non. On perdrait toute sa motivation. On doit l'encadrer, trouver ses forces et lui faire vivre des réussites. Nous pouvons aussi l'aider en structurant mieux sa chambre afin que la corvée soit plus facile. Ou encore, on peut modifier sa tâche pour en trouver une qu'elle va préférer. Par exemple, on peut lui demander de passer la balayeuse.

Doit-on augmenter le salaire de Betty pour augmenter sa motivation?

En augmentant le salaire de Betty, on obtiendrait de bons résultats à court terme. Mais, au bout de quelque temps, elle se débarrasserait encore de son ouvrage en le faisant mal.

Est-ce qu'on punit Betty en mettant une conséquence si elle ne fait pas sa tâche?

Non. Il faut plutôt encourager ses moindres efforts. On ne veut pas non plus qu'elle fasse la grève du ménage!

Ludovic doit-il s'en tenir juste à sa chambre et laisser tomber les autres tâches?

Non. Ce serait une punition puisque Ludovic aime aider. Pour compenser le temps qu'il met, on peut parfois lui donner un congé et le guider vers un loisir.

Que fait-on si Betty montre plus d'intérêt pour la balayeuse?

On l'encourage et on lui démontre notre satisfaction. Le président du syndicat peut même récompenser Betty en l'aidant à faire le ménage de sa chambre.

Et si Betty, qui passe la balayeuse et range sa chambre, demandait une augmentation de salaire?

La mère, chef d'entreprise, peut demander de s'asseoir avec les enfants pour leur expliquer le fonctionnement du budget familial. Dans le plus grand des respects, elle leur montrera des chiffres représentant la rentrée d'argent, les dépenses et ses responsabilités. La mère nourrit ses enfants, elle les habille et elle paye les sorties. C'est ce qu'on appelle, en entreprise, des avantages sociaux. Le surplus monétaire justifie le salaire des enfants. Pour une augmentation, on peut, par exemple, couper dans les sorties.

Vous comprenez maintenant le fonctionnement, et les lacunes possibles d'un syndicat dans une entreprise. Il suffit maintenant de transposer cette mise en situation dans n'importe quel conflit syndical pour tenter d'éclairer le rôle de chacun. Vous pourriez faire de même pour le bon fonctionnement de votre classe, en nommant un président de syndicat, le prof étant le chef d'entreprise!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer