Le combat des «pet lovers»

Le «pet lover» prend de plus en plus de place dans le monde animal. Qu'ils... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélissa Viau
Le Quotidien

Le «pet lover» prend de plus en plus de place dans le monde animal. Qu'ils cuisinent des plats pour ses animaux, qu'ils dépensent des fortunes pour leur bien-être ou qu'ils prennent leur défense, les «pet lovers» font difficilement la différence entre les humains et les animaux. C'est pourquoi le terme sera aussi utilisé de façon péjorative pour désigner une personne qui aime les animaux de façon dérangeante ou excessive.

Le «pet lover» a des animaux principalement pour materner. On y retrouve beaucoup de femmes qui n'ont pas eu d'enfants ou des mamans dont les enfants ont quitté la maison. Comme une mère Theresa, ces personnes sont prêtes à tout pour sauver les êtres vulnérables. Souvent confrontées, elles se braquent et se sentent rapidement attaquées quand il est question d'animaux.

Mais attention! Dans cet élan de bonté, le «pet lover» doit se méfier de cet amour qui le rend parfois irrationnel. Il faut absolument faire la différence entre vouloir sauver le monde et poser des gestes concrets. En voulant simplement sauver le monde animal, une vision utopique et erronée des bêtes, risque d'alimenter des discours qui ne reflètent pas toujours la réalité, surtout quand on tombe dans l'anthropomorphisme...

Place au débat

L'envie d'avoir un animal permet de combler quatre besoins, selon des niveaux différents, dont le besoin de travailler, le besoin de contrôler, le besoin de materner et l'image miroir.

Voilà pourquoi, lorsqu'il est question d'animaux, les débats s'animent rapidement. Par exemple, quand un pitbull fait les manchettes, l'image miroir se sent attaquée, le «pet lover» veut que toutes les races soient égales, le contrôlant perd le contrôle et celui qui aime les chiens pour le travail suggère plus d'encadrement.

Difficile pour le «pet lover» de concevoir qu'on puisse garder un animal de compagnie ailleurs que dans la maison. Difficile aussi, pour ceux qui ont des chiens principalement pour le travail, de voir des animaux se faire materner à un niveau aussi intense.

On peut aimer les animaux à notre façon, tout en étant conscient des différentes raisons qui animent cet amour. De plus, en comprenant les humains, on arrive à mieux comprendre les animaux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer