Un jeune comédien du Saguenay vit son rêve

Depuis l'âge de six ans, par pur hasard,... (Photo Le Progrès-Dimanche, Mélissa Viau)

Agrandir

Depuis l'âge de six ans, par pur hasard, Brian Coulombe, de Chicoutimi, réalise un rêve en découvrant le mystérieux monde de la télévision en tant que comédien.

Photo Le Progrès-Dimanche, Mélissa Viau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélissa Viau
Le Quotidien

Entre les arénas et les terrains de baseball, les parents de Brian Coulombe doivent aussi suivre leur garçon de neuf ans sur les plateaux de tournage. De Saguenay à Montréal, la famille de Chicoutimi sillonne le Québec pour faire briller leur vedette. Voici la preuve qu'il est possible de percer le petit écran tout en demeurant en région. Brian a fait son entrée dans ce mystérieux monde de la télé il y a trois ans, par un pur hasard...

Salut Brian ! À quel âge as-tu su que tu voulais faire de la télévision ?

À quatre ans, je ne sais pas pourquoi, mais je voulais être connu et devenir une vedette.

Comment as-tu fait pour réaliser ce rêve ?

C'est arrivé par hasard. J'avais six ans et j'étais à une fête d'enfants. Atchoum était l'invitée spéciale. Je me suis mis à danser avec elle et elle m'a par la suite invité à participer à un spectacle avec elle. Elle a ensuite proposé ma candidature à un de ses amis, Jonathan Gagné, qui s'apprêtait à tourner un film. J'ai passé les auditions et j'ai eu mon premier rôle.

Est-ce qu'il s'est passé d'autres hasards comme ça ?

Oui! Un peu plus tard, j'étais aux Sags, et je me suis mis à danser avec la mascotte Sago pour encourager les joueurs. Je me suis fait applaudir et les médias se sont intéressés à moi.

Comment t'es-tu senti en dansant devant tout le monde ?

Je me suis senti dans mon monde !

Comment as-tu fait pour décrocher d'autres rôles ?

Mes parents m'ont inscrit dans l'Agence Peanut. (L'Agence Peanut est basée en Montérégie, et elle regroupe 120 autres jeunes de 0 à 15 ans. Cette visibilité est essentielle pour un comédien.)

Dois-tu passer des auditions ?

Oui. (« Il réussit toujours à décrocher les rôles, car il en fait toujours plus qu'on lui en demande », lance sa soeur Eliza, pleine d'admiration pour son petit frère.)

Qu'est-ce que tu aimes moins quand tu fais de la télévision ?

J'aime mieux parler. J'aime moins être figurant.

Est-ce qu'on te verra bientôt à la télé ?

Oui, il y a un mois j'ai fait un personnage figurant dans l'émission Subito Texto. J'ai rencontré cinq personnages de l'émission. (L'émission sera diffusée le 25 janvier prochain.)

Qu'est-ce qui a été le plus dur jusqu'à maintenant ?

Dans le film Novembre 84, j'ai fait un mort. C'était difficile de ne pas respirer.

Joues-tu seulement dans des films ?

Non. J'ai aussi fait des publicités radio.

Quel comédien admires-tu ?

Sami (Louka Grenon) dans Subito Texto.

Quelle est ta plus belle expérience jusqu'à maintenant ?

Le premier film dans lequel j'ai joué, Les chemins de traverse, de Jonathan Gagné.

Quelles qualités ça prend pour devenir comédien ?

Ne pas être gêné et être capable d'apprendre ses textes.

Qu'est-ce qui te rend fier ?

Quand je m'entends parler.

As-tu d'autres loisirs ?

Je suis très sportif. Je joue au hockey, au baseball et j'écoute presque juste les sports à la télévision.

Fais-tu des sous quand tu décroches des rôles ?

Oui.

Que fais-tu avec cet argent ?

Je la garde dans un compte parce qu'un jour j'aimerais avoir une grosse maison à Montréal ou à Calgary. Je m'achète aussi parfois des petites choses comme dernièrement je me suis acheté un bâton de hockey, de l'équipement sportif et un BMX.

Est-ce qu'on peut devenir riche en faisant de la télé ?

Oui... Mais il faut être pris dans de bons films.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer