Mélissa en cavale

Les chats du Québec sont entre bonnes mains

Malcolm et Timinou, de Jonquière, sont de vieux... (Photo courtoisie)

Agrandir

Malcolm et Timinou, de Jonquière, sont de vieux demi-frères inséparables et très dépendants de Josée-Ann Jomphe et Tommy Connelly.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélissa Viau
Le Quotidien

Dans le cadre de ma formation en comportement animal, j'ai eu la chance de passer une journée en compagnie de l'Éduchateur Daniel Filion, intervenant en comportement félin.

Les chats du Québec peuvent compter sur des experts en comportement animal pour prendre en main leur éducation. Sachant que la punition est inefficace pour apprendre, la gang des Educhateurs, composé de 16 personnes, utilisent la récompense pour entraîner et éduquer les félins. En fait, la punition fait du bien à celui qui la donne.

Depuis huit ans, Daniel Filion, le fondateur des Éduchateurs, pilote la plus grosse firme de consultants en comportement félin au Canada. Il souhaite très prochainement charmer l'Europe. Pourtant, il en vit depuis seulement quelques semaines. La preuve que, faire sa place dans ce domaine, n'a rien de facile. Pour devenir intervenant en comportement animal, il faut constamment se tenir à jour face aux nouvelles études, prendre des formations et, surtout, pratiquer. «Ce que je disais il y a cinq ans, ce n'est plus bon. Il ne faut pas rester ancré dans ses vieilles croyances», lance l'Éduchateur.

Et les clients sont difficiles à convaincre. Ce ne sont pas tous les humains qui veulent mettre du temps et de l'argent sur leur chat. «Souvent les propriétaires de chats ont justement choisi cet animal, qui demande très peu d'investissements, pour éviter à avoir à l'éduquer comme un chien », précise monsieur Filion. D'autres adoptants de chats auraient aimé mieux avoir un chien, mais ils n'ont pas le mode de vie et le budget pour ça. Imaginez quand on leur demande d'entraîner leur chat pour enrayer un problème et qu'en plus, ils doivent investir de l'argent ! Voilà pourquoi certains vont jusqu'à négliger la stérilisation. Un chat mâle de huit mois, qui commence à faire du marquage de territoire dans la maison avec son urine, risque fort de se retrouver à la rue...

On suppose que le métier de l'éducateur en comportement félin évoluera au cours des prochaines années, car les chats qui se reproduisent sont surtout des chats sauvages. Comme l'ère est au sauvetage, plusieurs seront donc tentés d'adopter un petit chaton de dehors. Génétiquement moins socialisé, et ayant une moins grande capacité d'adaptation, éventuellement, il faudra gérer des comportements indésirables. Surtout quand on sait que la chatte, dont le ventre a été manipulé souvent pendant sa gestation, augmente de 33 à 45% la sociabilité des chatons.

Maximus est un superbe highland lynx qui habite... (Photo courtoisie) - image 2.0

Agrandir

Maximus est un superbe highland lynx qui habite à Laterrière avec Catherine Lapointe.

Photo courtoisie

Mythes et réalités sur les chats

Pourquoi les chats ramènent leurs proies à la maison ? On a longtemps dit que c'était pour ramener des cadeaux à sa famille. En fait, les dernières études disent que les chats reviennent toujours sur leur territoire sécuritaire, comme leur maison, pour manger en toute tranquillité.

Pourquoi les chats ronronnent ? Plusieurs diront que c'est pour exprimer leur plaisir, mais, en fait, c'est un geste d'apaisement. Même en situation de douleur, par exemple lors de la mise bas, la chatte ronronnera pour s'apaiser. Le ronronnement du chat aide aussi beaucoup à calmer les humains. Il est aussi efficace qu'un antidépresseur ! Les humains ayant un chat ont la tension artérielle plus basse.

Le chat est-il jaloux ? Les animaux ne sont pas jaloux. Ils essaient seulement de s'adapter aux changements, aux nouvelles odeurs et à la nouvelle routine. Le chat est particulièrement stressé quand sa routine change.

Pourquoi les chats aiment tant sauter sur la table ? Parce que c'est le centre de l'univers ! De là, ils voient tout ce qui se passe dans la maison. Pour éviter que cet endroit soit trop attirant, on recommande d'installer, à un endroit stratégique, un arbre à chat d'une hauteur de cinq à six pieds.

Quel est l'âge idéal pour adopter un chaton ? Comme les chatons sont si mignons et plus faciles à faire adopter à huit semaines, plusieurs laisseront partir les petits à cet âge. Pourtant, les dernières études disent que les chatons devraient rester avec leur mère jusqu'à dix semaines.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer