Sauvons les chauves-souris

Chez Picotte, nous avons désormais un nichoir pour... (Photo Le Progrès-Dimanche, Mélissa Viau)

Agrandir

Chez Picotte, nous avons désormais un nichoir pour attirer les chauves-souris, de mai à septembre.

Photo Le Progrès-Dimanche, Mélissa Viau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélissa Viau
Le Quotidien

Trois espèces de chauves-souris sont présentement menacées d'extinction au Canada, dont la petite brune et la Nordique qui hibernent dans la caverne du Trou de la Fée, à Desbiens, au Lac-Saint-Jean. Pendant des années, entre 350 et 400 chauves-souris occupaient la caverne de septembre à mai. Mais, au printemps dernier, elles n'étaient plus que deux... «On va probablement assister à la disparition d'une espèce», souligne tristement Gerry Desmeules, directeur du Parc de la caverne du Trou de la Fée.

Malheureusement, une fulgurante maladie a fait son entrée en 2006 au Vermont et elle a continué de migrer pour atteindre le Québec en 2010. La maladie du museau blanc s'est propagée dans cinq provinces canadiennes et se dirige vers l'Ouest.

De septembre à mai, la petite brune et la Nordique hibernent principalement dans des cavernes, dont la température se tient à cinq degrés et où l'humidité est très élevée. Les conditions idéales pour développer le champignon causant la maladie du museau blanc. Après l'hibernation, vers le mois de mai, la chauve-souris se déplace vers les endroits chauds, comme les greniers de grange afin de mettre au monde leur unique bébé. Le problème de la maladie du museau blanc est que ce champignon semble démanger la chauve-souris pendant son hibernation. On explique mal la raison de sa mort, mais, parmi les observations, on note que, vers le mois de mars, dû à ce dérangement qui lui gratouille le nez et le dessous des ailes, elle se réveille et elle a faim. Elle quitte donc son lieu d'hibernation pour se nourrir. La nourriture étant rare au mois de mars, elle finirait par succomber.

En Europe, beaucoup plus sensibilisés face à l'importance de ces petites bêtes, les citoyens sont nombreux à aménager leur grenier pour attirer les chauves-souris qui, rappelons-le, ne sont pas des rongeurs. Ils récoltent ensuite le guano (excréments des chauves-souris) pour en faire de l'engrais.

Comme à l'habitude, dès le mois de septembre, la caverne du Trou de la Fée fermera son entrée à l'aide d'un grillage afin de laisser les chauves-souris s'installer et vivre leur hibernation en toute tranquillité. «C'est ainsi qu'on protège leur habitat depuis 1999», explique monsieur Desmeules.

Attirer les chauves-souris

Les citoyens qui connaissent un endroit fréquenté par une colonie de chauves-souris durant l'été, comme un chalet, une maison ou une remise, sont invités à s'inscrire sur le site «Chauves-souris aux abris» et à y signaler l'emplacement de cette dernière. Pour attirer la chauve-souris chez vous, vous pouvez construire un nichoir, un lieu prisé par ces bêtes qui, au printemps, cherchent un lieu de nidification pour donner la vie à leur unique bébé. Si on y arrive, on risque de voir la population de moustique diminuer, car elle se nourrit de quatre grammes d'insectes par soirée, soit la moitié de son poids. Ce qui représente 300 à 400 moustiques. Imaginez si vous attirez une vingtaine de spécimens dans votre nichoir! De plus, elle raffole de la tordeuse d'épinette. Pour bien orienter et fabriquer votre nichoir, visitez le site chauve-souris.ca. Et surtout, n'oubliez pas de nous envoyer des photos de vos installations.

Rage

La chauve-souris, bien qu'elle soit souvent en tête d'affiche pour parler de la rage, n'est pas plus porteuse de cette maladie que les autres mammifères, tels que le raton laveur et la moufette. Si un animal sauvage est trouvé en mauvais état, affaibli ou qui semble malade, vous devriez aviser les agents de la faune plutôt que de tenter par vous même de le manipuler. Par mesure de sécurité, mieux vaut éviter tout contact physique avec les animaux sauvages. Pensez aussi à faire vacciner vos chats et vos chiens contre la rage.

«Parce qu'elle mange 300 à 400 insectes tous les soirs, on devrait s'entourer de cette alliée qu'est la chauve-souris.» Picotte

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer