Impossible de vivre sans berger allemand

Noha ne remplacera jamais Rose... Mais elle met... (Photo courtoisie)

Agrandir

Noha ne remplacera jamais Rose... Mais elle met tout de même un baume sur le départ précipité d'une bête irremplaçable.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélissa Viau
Le Quotidien

Geneviève Blackburn a grandi en compagnie de berger allemand. Comme c'est la race qui a marqué son enfance, elle n'a d'yeux que pour eux ! Depuis sept ans, elle vivait avec sa fidèle et douce Rose.

Le 14 mai dernier, la santé de Rose s'est subitement dégradée. « Elle ne "feelait" pas, elle faisait de la température et elle était très faible », se remémore Geneviève qui habite à Shipshaw. Après quelques jours à la Clinique vétérinaire du Fjord, à Saint-Ambroise, Rose prenait du mieux et tout le monde gardait espoir de la sauver.

Pendant plus d'un mois, la bête s'est promenée entre sa maison et la clinique. Elle avait les pattes enflées, elle perdait son poil par plaque et elle n'avait plus d'appétit. La maladie de Rose semblait découler d'une défaillance de son système immunitaire. « Parfois, l'équipe de la clinique nous recevait hors des heures d'ouverture pour que nous puissions visiter Rose », précise Geneviève qui n'a pas de mots pour remercier Dre Amélie Audet et la technicienne Hélène Perron pour leur générosité et leur dévouement. Le 24 juin, il fallait mettre un terme à cette souffrance. « C'est dur de voir souffrir son chien et d'être impuissante. La nuit, elle se lamentait », raconte Geneviève. Suivant de près le dossier de Rose, Dre Amélie proposa alors d'aller l'euthanasier à son domicile. « Elles ont tellement bien fait ça. Tout a été fait en douceur », souligne Geneviève. Rose a ensuite été enterrée sur le lot à bois de la famille Blackburn.

Les jours suivants le départ de Rose ont été particulièrement pénibles. « Je ne suis pas capable de vivre sans chien. La vie est plate sans leur présence. Quand j'arrive chez moi, que je marche dans le bois, que je vais faire des commissions ou que je fais du quatre roues, il n'y a personne pour m'accompagner », ajoute Geneviève.

Le 9 août dernier, une nouvelle aventure signée Noha débutait ! « Une des premières visites que nous ferons avec notre chiot sera à la Clinique vétérinaire du Fjord », lance Geneviève. Cette fois, Noha sera stérilisée aussitôt qu'elle aura l'âge nécessaire. « J'avais fait avoir des chiots à Rose. Une expérience à ne plus répéter », souligne Geneviève. Selon elle, ça magane la bête et trouver des familles devient tout un casse-tête. « Vendre des chiens, j'ai trouvé ça atroce. Surtout quand un acheteur veut deux chiots pour garder la cour d'un garage commercial », conclut-elle. Noha appartient aussi à la race du berger allemand et elle provient d'un petit élevage en milieu familial situé au Lac-Saint-Jean.

«Tous les humains qui nous aiment vous diront que chaque chien est unique et irremplaçable. » Picotte

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer