Un animal élevé pour sa chair

Le coq à chair a été conçu pour... ((Photo Le Quotidien, Mélyssa Viau))

Agrandir

Le coq à chair a été conçu pour engraisser rapidement. Il y a à peine deux mois, ils étaient de mignons poussins jaunes tout droit sortis de leur oeuf.

(Photo Le Quotidien, Mélyssa Viau)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélissa Viau
Le Quotidien

Le 25 mars dernier, après quelques jours sous l'ampoule, deux mignons poussins jaunes cassaient leurs coquilles pour se pointer le bout du bec sous l'oeil attentif de Picotte. Vive les naissances du printemps!

Pendant quelques jours, nous avons agrémenté la maison de leurs discrets piaulements, mais pas très longtemps, car malgré le nettoyage de la cage, l'odeur est rapidement devenue insupportable. Ils ont été transférés dans le poulailler. Ce déménagement risqua de coûter la vie à un d'entre eux qui ne retrouvait plus sa nourriture et son eau! On croyait bien qu'il allait mourir, mais, à Pâques, miracle, il retrouva ses forces. Quelques semaines plus tard, grossissant à vue d'oeil, il fallait bien qu'on change le format de l'abreuvoir. Encore une fois, les poulets ne trouvaient plus l'endroit pour s'abreuver.

Le coq à chair n'a pas l'instinct de survie très développé. De plus, c'est un animal malpropre qui dort dans le même espace que l'endroit où il fait ses besoins.

Si on le compare avec une autre volaille de sa taille, il ingurgite des quantités de nourriture et d'eau astronomiques. Il passe de poussin à un poulet d'une dizaine de livres après seulement dix semaines de vie. Ne finissant jamais de grossir, si on le gardait jusqu'à sa mort, cet animal finirait par mourir au bout de quelques mois, car ses pattes ne seraient plus capables de le supporter. Sa génétique, modifiée par l'homme, a été conçue pour nous nourrir rapidement. Pour en faire un poulet grosseur «poulet BBQ», on l'abat entre six et huit semaines.

L'aventure, de l'oeuf à la table, est une belle expérience pour prendre conscience de la réalité de notre chaîne alimentaire. Les poulets de Picotte sont maintenant dans le congélateur et feront éventuellement un excellent repas!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer