Léa a retrouvé sa famille grâce à Facebook

Si Facebook peut être porteur de commentaires cruels,... ((Courtoisie))

Agrandir

Si Facebook peut être porteur de commentaires cruels, il peut aussi être au coeur de belles retrouvailles comme celle de Xavier et sa chienne Léa.

(Courtoisie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélissa Viau
Le Quotidien

Léa, une chienne de race bouvier bernois, habitait à Québec depuis un an et demi, entourée de sa famille humaine composée de deux adultes et un bébé. Le conjoint de Cécile venait de dénicher un emploi exigeant qui lui demandait beaucoup de temps et d'énergie quand soudain, il fit une intense crise d'allergie due à Léa qui était en pleine période de mue. Ils ne trouvèrent d'autres solutions que de trouver un nouveau foyer à leur compagne canine.

« C'est comme si tout arrivait en même temps, on était débordé et la crise d'allergie a fait déborder le vase », précise Cécile.

Le coeur en miette, la famille confia Léa à un couple du Lac-Saint-Jean. La chienne laissa un grand vide dans la maison. Impossible d'oublier sa présence.

Quatre mois plus tard, la deuxième famille ayant adopté Léa se séparait et devait se résigner à placer leur chienne au Refuge animal de Roberval dans le but de lui trouver une nouvelle famille. L'équipe du Refuge prit une photo de l'animal afin de la publier sur leur page Facebook et leur site Web.

« À ce moment-là, on se questionnait sur l'existence de notre page Facebook, car il n'est pas facile d'encaisser tous les commentaires haineux des internautes », précise Mélanie Potvin, une employée du Refuge de Roberval.

C'est ainsi que la photo de Léa fit son bout de chemin avec quelques partages ici et là. Une dame de Québec qui regardait son FB réagit soudain en voyant passer la photo. Croyant avoir reconnu son chien, elle envoya un message au Refuge de Roberval. Après s'être assuré que c'était bel et bien le chien de Cécile, le Refuge laissa un délai de réflexion à la famille.

« On ne voulait pas que Léa se fasse encore abandonner », ajoute Mélanie. La famille de Québec pesa le pour et le contre, tout en s'informant sur les trucs permettant de diminuer les allergies. « Un chien c'est pour la vie, mais pas à tout prix. Je ne voulais pas mettre la santé de ma famille en danger », précise Cécile.

Retrouvailles !

Finalement, un voyage s'est organisé, des retrouvailles ont eu lieu et Léa a retrouvé sa première famille. Félix, âgé de deux ans, sautait de joie de retrouver sa complice. Depuis deux ans, pour remédier aux allergies, Léa est rasée régulièrement et tout est sous contrôle. « C'est drôle, depuis cette histoire, mon chum aime encore plus Léa. Comme s'il avait fallu qu'elle parte pour se rendre compte combien elle nous rendait heureux », réfléchit la dame de Québec. Léa aura bientôt quatre ans et la famille ne serait plus capable de s'en passer. « Dernièrement, elle est venue me réveiller en pleine nuit, car mon fils était malade », ajoute Cécile.

Pour le Refuge animal, cette histoire a donné un peu de bonheur sur leur page Facebook. Mélanie Potvin, responsable du magasin, avoue que le Refuge a beaucoup changé au cours des dix dernières années, mais, malheureusement, cet endroit est lui aussi victime de préjugés.

« Certains nous jugent avec leur vision d'il y a dix ans. Ils vivent dans le passé même si le refuge s'est amélioré », explique Mélanie Potvin.

Au final, les responsables ont réalisé qu'il est plus sain de diminuer leurs activités sur les réseaux sociaux tout en guidant les internautes vers leur site Internet.

« Notre site Internet est tenu à jour et on ne peut pas laisser de commentaires. Ça évite donc les jugements inutiles », conclut Mélanie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer