Éduquer par la conséquence ou par la récompense?

De La Baie à Sherbrooke, peu importe où... ((Courtoisie))

Agrandir

De La Baie à Sherbrooke, peu importe où il vit, Nixon traîne toujours sa balle. D'ailleurs, sa propriétaire, Chantale Richard, a suivi son exemple et lit la page à Picotte peu importe où elle habite.

(Courtoisie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélissa Viau
Le Quotidien

(Chicoutimi) Quand un éducateur canin dit qu'il utilise le conditionnement par renforcement positif, il se fait souvent répondre ceci : «Tu donnes des gâteries. Je ne veux pas que mon chien m'obéisse pour un bonbon. » En fait, on conditionne le chien en utilisant la nourriture pour lui apprendre des consignes et des comportements qui deviendront éventuellement des comportements acquis. Par exemple, nous, en voiture, nous nous arrêtons au feu rouge.

C'est acquis. On ne se fait plus donner une tape dans le dos pour ça. Le chien qui se tourne quand il entend son nom n'a plus besoin de récompense non plus. Pour conditionner un chien, on va lui répéter souvent la même chose et le récompenser au bon moment. Plus le conditionnement est constant, plus le chien développera des comportements acquis. Attention ! Récompenser ne veut pas dire de laisser son chien tout faire ! Mais au lieu de le chicaner parce qu'il jappe après la sonnette de la porte, on peut l'encourager à adopter un comportement alternatif. Tranquillement, on transfère la gâterie afin que la récompense devienne notre ton de voix ou une caresse. D'un autre côté, en dressage, on utilise principalement la conséquence pour faire obéir un chien. Par exemple, on demandera au chien de s'asseoir en mettant une pression sur la laisse. Une fois assis, on relâchera la laisse. S'il refuse, on le « corrigera ». Certains utiliseront des corrections plus sévères en utilisant le collier étrangleur. D'autres, plus drastiques, prendront le collier électrique, et ce, malgré son interdiction au Québec. Au bout de la ligne, si le travail est fait selon les règles du renforcement positif ou de la conséquence, on ne récompensera plus un chien qui s'assoie quand on arrête à une lumière comme on ne corrigera plus un chien qui marche au pied. La différence entre les deux styles c'est l'enthousiasme qu'aura le chien à interagir avec nous. Si on le fait avec la punition (ou la conséquence), il doutera toujours de nous et agira par crainte de représailles. Si on la fait avec la récompense, il sera toujours heureux de collaborer avec nous. Chacun sa méthode, selon sa personnalité, sa compréhension et ses valeurs.

Les erreurs

Peu importe la méthode utilisée, il faut être discipliné et constant. Quand on rappelle un chien et qu'il revient de chez le voisin, si on le punit, il risque de ne plus répondre à la consigne du rappel. La principale erreur en dressage, c'est la conséquence qui ne sert à rien. Le chien tire et on tire aussi sur son collier étrangleur de façon continue. L'animal va continuer de tirer, devenir meilleur et peut-être même développer une certaine frustration. Quant au renforcement positif, la principale erreur est d'utiliser la gâterie comme un leurre en montrant la gâterie au chien avant de lui demander une consigne. Alors que la récompense devrait être vue immédiatement après le bon comportement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer