Problèmes d'assurances avec les chiens de traîneau

Mélissa Hamelin, Simon Tremblay et leurs enfants, Mathias... ((Photo Mélissa Viau))

Agrandir

Mélissa Hamelin, Simon Tremblay et leurs enfants, Mathias et Rose, espèrent trouver des gens qui prendront bien soin d'une partie de leurs chiens de traîneau.

(Photo Mélissa Viau)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélissa Viau
Le Quotidien

(Chicoutimi) Depuis 11 ans, Simon Tremblay et Mélissa Hamelin ont des chiens de traîneau avec lesquels ils s'amusent principalement l'hiver.

Grâce à leur grand enclos, toute l'année, les 11 bêtes savourent régulièrement leur liberté. Installé à Saint-Honoré avec sa famille canine, le couple a dû se conformer sans problèmes aux normes exigées par la ville. Par contre, côté assurances, ils ont de la misère à trouver un assureur. Tous les ans, le prix augmente et les barèmes deviennent de plus en plus sévères. «On était rendu à 4000$ par année et notre assureur assurait notre maison plus bas que le prix de l'évaluation municipale. On n'a plus les moyens d'assumer», précise Mélissa. Le couple, qui a maintenant deux jeunes enfants, pratique ce sport à titre personnel et non commercial. «Ce n'est pas commercial. C'est un loisir. Ça ne nous rapporte rien. Nos installations sont belles et sécuritaires, mais aucun assureur ne se déplace pour venir constater», poursuit la jeune mère qui a passé l'été à chercher des solutions. En jasant avec les propriétaires de chiens de traîneau, plusieurs se retrouvent dans cette situation. À partir de cinq chiens, les assureurs hésitent et plusieurs refusent d'assurer les propriétés. Après avoir jonglé avec toutes les possibilités, Mélissa et Simon en sont venus à la conclusion de donner une partie de leur meute. «On les aime, ça nous désole, mais on s'est fait à l'idée. Notre deuil est fait. Nous allons garder les trois plus vieux, car ils ont neuf ans et on est conscients qu'il serait difficile de les faire adopter», se raisonnent-ils. Les chiens à donner, âgés de trois à sept ans, sont de race alaskan. Évidemment, ce sont des bêtes énergiques, ayant besoin de grands espaces. Ils ne sont pas castrés et la meute compte une seule femelle. «Ils conviendraient à des amateurs de plein air ou à des mushers qui voudraient augmenter leur meute», précisent les propriétaires qui adorent les animaux. D'ailleurs, Simon et Mélissa possèdent une fermette et les projets ne manquent pas. Leur fils aîné, Mathias, adore les animaux, ce qui anime encore plus les jeunes parents qui souhaitent avoir quatre enfants. «C'est certains que j'aurais aimé que mes enfants connaissent ça. C'est drôle à dire, mais ce sport m'a donné confiance en moi en devenant la leader de mes chiens», conclut Mélissa. Pour en savoir plus sur l'adoption de ces chiens, contactez Mélissa ou Simon au 418 503-0565 ou 418 290-5339.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer