Les écrits de mon journal, la suite

CHRONIQUE / Tout au long de mon enfance, avec sa garderie à la maison, ma mère... (Photo Le Progrès-Dimanche, Mélissa Viau)

Agrandir

Photo Le Progrès-Dimanche, Mélissa Viau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélissa Viau
Le Quotidien

CHRONIQUE / Tout au long de mon enfance, avec sa garderie à la maison, ma mère était rarement absente. Mon, père, avec son travail à l'usine et son temps supplémentaire, état plus souvent absent.

C'est pourquoi quand nous étions seules avec papa, ma soeur et moi nous disions qu'il nous gardait! Je me souviens encore quand il arrivait de travailler avec des barres de chocolat... Cette attention n'avait pas de prix. Ma mère avait sa petite boîte jaune avec son Cherry Blossom et ma soeur et moi avions le choix entre une Kit Kat ou une Coffee Crisp. Lui, il n'en mangeait même pas. Avant de se coucher, ma mère nous lisait souvent une histoire. Mon père l'a fait une fois. On s'en souvient encore et on rit chaque fois qu'on en parle. Il la trouvait tellement plate notre histoire du petit garçon d'Ouganda!

À l'école Saint-Paul de Beauharnois, où j'ai fait mon primaire, tout le monde aimait le dynamique prof d'éducation physique Jean-Louis, qu'on surnommait Jean-Lou. Il nous apprenait des chansons et il nous faisait bien rire. J'adorais quand on jouait au chat et à la souris avec le grand parachute.

Sortez votre crayon correcteur et ajoutez des points, parce qu'encore cette semaine je me surpasse dans les fautes!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer