13 ans et responsable de son chien

Ziggy Chouinard et Victor.... (Photo Le Progrès-Dimanche, Mélissa Viau)

Agrandir

Ziggy Chouinard et Victor.

Photo Le Progrès-Dimanche, Mélissa Viau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélissa Viau
Le Quotidien

Ziggy Chouinard rêvait depuis longtemps d'avoir un chien juste pour elle. Le moment déclencheur s'est passé alors qu'elle était en vacances avec sa mère. «J'étais avec ma mère à Tadoussac, on se promenait et on voyait plein de chiens. On s'est dit qu'on en voulait un», explique Ziggy.

Après avoir trouvé la race et l'éleveur, Ziggy s'est mise à ramasser son argent. «Comme mon chien de rêve coûtait 1600$, j'ai ramassé une partie de l'argent et mes grands-parents ont payé le reste», se réjouit la fière propriétaire. Cet élan de générosité, elle l'explique par le fait qu'elle est enfant unique et que ses grands-parents souhaitaient peut-être qu'elle ait un compagnon avec elle.

En février dernier, la mère et la fille accueillaient Victor, un petit Retriever de la Nouvelle-Écosse provenant de l'élevage Douance. «Il avait deux mois et il était tellement mignon», se remémore la jeune fille de 13 ans. Parfois, le côté mignon du chien disparaît aussi vite que l'intérêt des enfants. Plusieurs parents pourraient en témoigner! Mais ce ne fût pas le cas pour Ziggy qui trouve son chien toujours aussi merveilleux. Mature et responsable, elle a pris en main l'éducation de son chiot. Quand elle va à l'école, c'est sa mère qui prend le relais. «J'utilise beaucoup la cage pour l'éduquer. C'est comme sa petite maison», poursuit Ziggy. Tous les soirs, elle marche avec son chien et le fait bouger au moins une heure.

Prudente et consciente des dangers de la ville, Ziggy a toujours un oeil sur son chien et jamais elle ne détache la laisse à moins d'être dans un endroit clôturé et sécuritaire.

Si Ziggy aime tant les chiens, c'est sans doute parce que pendant les sept premières années de sa vie, elle a grandi auprès de son père, Deitan Chouinard, qui possédait une entreprise de chiens de traîneau. Cet amour pour les chiens est en elle et son père lui donne parfois de petits trucs pour éduquer Victor. Cet été, Ziggy a suivi les éleveurs de Victor en compétitions afin de présenter son chiot en conformation.

Ses parents étant séparés, son chien la suit partout entre chez son père et sa mère. «Il n'y a pas une crotte qui a le temps de rester sur le terrain», remarque Deitan. Ce dernier est bien fier de voir sa fille aussi dévouée. «Je suis très sévère», stipule la propriétaire qui s'inspire de différentes méthodes pour éduquer et entraîner son chien. Elle prend le temps de l'observer et elle fait confiance à son jugement.

Pourquoi le Retriever de la Nouvelle-Écosse?

Ziggy a découvert cette race, mieux connue sous le nom de Nova Scotia Duck Tolling Retriever, alors qu'elle marchait à Arvida avec sa grand-mère. «On avait remarqué qu'il y avait beaucoup de chiens à un endroit. Ma grand-mère, qui a pourtant très peur des chiens, mais qui sait combien j'aime ça, s'est informée pour savoir ce qui se passait. On nous a dit que c'était un centre de dressage. Et c'est là que j'ai vu pour la première fois, un Retriever de la Nouvelle-Écosse», se souvient-elle. Le sympathique éducateur canin avait offert à Ziggy d'assister à ses cours et venir quand elle voulait pour observer. Déjà, elle prenait des notes dans sa tête. Quand elle a eu Victor, elle est retournée suivre des cours à cet endroit. Grâce au gentil Victor, sa grand-mère n'a même plus peur des chiens!

L'importance de choisir un bon éleveur

Ziggy a choisi d'adopter son chien chez un éleveur professionnel et soucieux de la génétique. L'élevage Douance, situé à Chicoutimi, compte 25 années d'expérience. Leurs chiots sont réservés et adoptés par des gens provenant des quatre coins du Québec, et plus loin encore. Passionnés par la conformation et l'obéissance, leurs reproducteurs sont des champions. La propriétaire de l'élevage Douance, Hélène Gauthier, a appris à Ziggy comment placer son chien pour les concours de conformation. Après quelques pratiques, et quelques récompenses, Victor avait déjà tout compris... Comme s'il avait la patience dans le sang!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer