Un chien pour mettre un baume sur la maladie

Chili est un coton de Tuléar de huit... (Photo Le Progrès-Dimanche, Mélissa Viau)

Agrandir

Chili est un coton de Tuléar de huit mois.

Photo Le Progrès-Dimanche, Mélissa Viau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélissa Viau
Le Quotidien

Justine Gaudreault a 12 ans. Étant atteinte de la fibrose kystique, la dernière année fut éprouvante. Bien qu'elle arrive à suivre le rythme scolaire, et qu'elle entrera au secondaire dès septembre dans un programme pour élèves performants, ses nombreux séjours à l'hôpital ont eu raison d'assombrir son moral.

Il y a un an, sa capacité pulmonaire avait considérablement chuté. Sachant que les émotions pouvaient jouer sur l'état de santé, il fallait trouver une solution. En jasant avec la docteure Julie St-Pierre, qui avait du mal à rassurer sa patiente, elle lui demande ce qui lui ferait du bien. «Je voudrais avoir un chien», lança Justine. La dame a regardé la mère de Justine et elle lui a dit qu'un chien pourrait en effet l'aider. La famille n'avait à ce jour jamais accepté la demande de Justine croyant que les poils pourraient être néfastes pour deux de leurs trois enfants ayant la fibrose kystique. «J'ai toujours voulu un chien parce que ça met une ambiance plus joviale dans la maison», explique Justine.

La quête au chien parfait s'amorça aussitôt! «On voulait une race hypoallergène et pas trop grosse», précise la mère de Justine, Julie Dufour. En février dernier, Justine tenait dans ses bras son petit Chili, un coton de Tuléar né en décembre 2015. Soucieuse de son élevage, l'éleveuse travaillant en zoothérapie avec ses bêtes, leur avait suggéré ce candidat particulièrement bonasse.

Cette aventure canine charme toute la famille, y compris les deux frères de Justine. «Je n'ai jamais été attirée par les chiens, je n'en ai jamais eu, mais je n'en reviens pas comme on s'attache», poursuit madame Julie.

Comme Justine rêve de devenir vétérinaire, la présence de son chien n'a fait que valider son choix. Et, tel que prévu, l'ambiance de la maison est devenue plus joyeuse avec cette petite bête comique nommée Chili. Chili est là quand Justine doit faire ses longs traitements à la maison. «Il est très affectueux, il aime jouer et il apprend vite. Je lui ai appris plein de tours», conclut la jeune fille de Chicoutimi-Nord.

Jérôme, Justine, Vincent Gaudreault et Julie Dufour adorent... (Photo Le Progrès-Dimanche, Mélissa Viau) - image 2.0

Agrandir

Jérôme, Justine, Vincent Gaudreault et Julie Dufour adorent leur petit Chili.

Photo Le Progrès-Dimanche, Mélissa Viau

Gérer un chiot réactif à son environnement

Chili, le chien de Justine, a huit mois et, depuis quelques semaines, il réagit à son environnement. Quand il entend des sons, que de nouvelles personnes entrent dans la maison ou qu'il voit des motos passer dans sa rue, il jappe.

«On dirait qu'il devient désorganisé. On ne le reconnaît pas», explique Julie Dufour, la maman de Justine. Quand il est en réaction au changement, il devient très inconfortable, surtout quand un membre de sa famille tente de lui toucher. Pour s'apaiser, il ne trouve pas d'autre solution que de grogner et japper.

La famille de Chicoutimi-Nord est donc allée rencontrer une personne qui dresse des chiens. La personne leur a conseillé de mettre une laisse au chien et de tirer sur cette dernière afin de lui donner un coup au niveau du cou quand il jappe. Ou encore, de lui lancer un pot rempli de sous noirs pour le saisir. «Moi je n'ai pas voulu faire ça. Pauvre petit. Je ne veux pas punir mon chien», précise Justine qui s'intéresse beaucoup au comportement canin.

Comme on sait que le chiot agit par peur, imaginez si on lui fait doublement peur ou mal! On risque d'empirer la situation et d'en faire un chien très craintif. Ses techniques agressantes risquent d'augmenter les possibilités de morsures. Comme Chili ne trouvera pas de solution par lui-même, c'est à l'humain de le rassurer ou de lui apprendre un comportement alternatif.

Trucs

Pour le désensibiliser aux bruits, nous allons cogner sur la table et récompenser Chili quand il ne réagit pas. La récompense sera le son de notre voix, un jouet (car il adore jouer) ou de la nourriture.

L'entraînement commence. On cogne et Justine récompense chaque bon comportement de son chiot. Comme la sonnette de porte rend Chili beaucoup trop réactif, on utilisera une application sur le cellulaire afin de contrôler le son. Cet exercice sera fait plusieurs fois par jour.

Il faut aussi comprendre que Chili a huit mois. Il réagit un peu tout croche à son environnement, mais c'est aussi possible que tout ça entre dans l'ordre d'ici quelques mois alors qu'il prendra de la maturité.

Plusieurs fois par jour, Justine fera des sons et récompensera son chien qui aura comme nouvelle réaction de la regarder. Son attitude heureuse, convaincra Chili qu'il n'y a pas de danger. Elle dira «youpi» et se montrera très positive à chaque situation qui inquiétera son chien. Ainsi, Chili prendra confiance en lui et en sa famille

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer