L'art en post-it

De jeunes artistes laissent leur trace dans les... (Le Progrès-Dimanche, Mélissa Viau)

Agrandir

De jeunes artistes laissent leur trace dans les fenêtres de l'école de l'Odyssée Lafontaine de Chicoutimi.

Le Progrès-Dimanche, Mélissa Viau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélissa Viau
Le Quotidien

En novembre dernier, Myriam Gagnon et Brigitte Rondeau suggéraient à leurs élèves de réaliser un bricolage bien particulier.

Les neuf élèves de l'école secondaire de l'Odyssée... (Le Progrès-Dimanche, Mélissa Viau) - image 1.0

Agrandir

Les neuf élèves de l'école secondaire de l'Odyssée Lafontaine sont bien fiers de leurs oeuvres.

Le Progrès-Dimanche, Mélissa Viau

« À la suite d'un voyage à Montréal et des recherches sur le Web, j'ai découvert l'art post-it », explique madame Myriam. Curieux, les élèves ont accepté de décorer leur classe.

Amateurs du jeu en réseau Minecraft, c'est d'abord en regardant ces personnages que les jeunes de 12 à 15 ans ont réalisé leurs premières oeuvres. Comme le contenu offert sur Internet a ses limites, madame Myriam, enseignante en adaptation scolaire, s'est mise à créer elle-même des modèles grâce à une technique sur l'ordinateur. Le travail d'équipe, qui demande une certaine structure et beaucoup de patience, est aussi un bon prétexte pour intégrer quelques notions de mathématiques.

Leurs créations ont rapidement suscité l'engouement. Si bien que des enseignants leur ont demandé de décorer leur classe. « Les enseignants et les élèves apprécient cette touche colorée qui embellit leur classe », précise madame Brigitte, éducatrice spécialisée. Depuis le mois de novembre 2015, à raison d'une heure par semaine, ils n'ont jamais cessé de créer. Ils ont maintenant plus d'une vingtaine de dessins à leur actif. Comme les post-its n'ont pas toutes les couleurs et avaient tendance à décoller dans les fenêtres, les élèves se sont mis à fabriquer eux-mêmes les petits papiers.

Avare de défis, l'équipe de Lafontaine serait même prête à décrocher des contrats à l'extérieur de leur école. « C'est certain que si on accepte des contrats, il faudra mentionner qu'on se déplace en gang », conclut madame Myriam qui est bien fière du travail de ses élèves.

Lors du premier colloque Vox Populi de la... (Photo courtoisie) - image 2.0

Agrandir

Lors du premier colloque Vox Populi de la commission scolaire du Pays-des-Bleuets, Rosalie Gagnon Gauthier, de l'école Maria-Goretti de La Doré, a participé au vox pop.

Photo courtoisie

115 élèves vivent le premier colloque Vox Populi

Le 22 avril dernier, près de 115 élèves de quatrième, cinquième et sixième année, de la Commission scolaire du Pays-des-Bleuets, ont participé à la première édition du colloque Vox Populi.

Au rythme de différents ateliers et activités, ils ont exploré différents sujets tels que l'entrepreneuriat, les saines habitudes de vie, l'environnement et la politique. Organisé par les animatrices de vie spirituelle et d'engagement communautaire, Mireille Laroche, Any Robitaille, Brigitte Larouche, Guylaine Lavoie et Sophie Boissonneault, cet événement s'adressait aux élèves qui aiment s'impliquer dans leur école. Pendant l'atelier sur l'entrepreneuriat, avec Julie Trottier de la Bergerie du Nord, les élèves ont même pu fabriquer du savon.

Toute la journée, un vox pop était proposé aux volontaires qui souhaitaient donner leur opinion sur l'importance de la participation citoyenne.

«Cette première édition du colloque a connu un vif succès, autant en ce qui concerne la participation des jeunes que pour la qualité des ateliers et des échanges», explique Marie-Ève Bernard, conseillère en communication à la commission scolaire du Pays-des-Bleuets.

Dans le cadre du programme de citoyenneté responsable... (Photo courtoisie) - image 3.0

Agrandir

Dans le cadre du programme de citoyenneté responsable de l'école secondaire des Grandes-Marées, Noémie Simard devait faire un projet intégrateur s'échelonnant tout au long de sa dernière année au secondaire. Comme l'élève de cinquième secondaire adore les animaux et la photo, elle a décidé de faire une exposition où les profits seraient versés à un organisme venant en aide aux animaux. La photographe a pris toutes ses photos dans la région. Par la suite, sa marraine, Hélène Simard, et son père, Stéphane Simard, l'ont aidée à confectionner des cadres très tendance faits en bois de palette. L'événement aura lieu le 12 mai prochain de 17h à 19h à l'école secondaire des Grandes-Marées à La Baie. Lors de cette soirée, il sera possible d'acheter une des 12 oeuvres exposées. La fière organisatrice de 16 ans aimerait bien vous y voir !

Photo courtoisie

Une exposition de photos pour les animaux

Dans le cadre du programme de citoyenneté responsable de l'école secondaire des Grandes-Marées, Noémie Simard devait faire un projet intégrateur s'échelonnant tout au long de sa dernière année au secondaire. Comme l'élève de cinquième secondaire adore les animaux et la photo, elle a décidé de faire une exposition où les profits seraient versés à un organisme venant en aide aux animaux. La photographe a pris toutes ses photos dans la région. Par la suite, sa marraine, Hélène Simard, et son père, Stéphane Simard, l'ont aidée à confectionner des cadres très tendance faits en bois de palette. L'événement aura lieu le 12 mai prochain de 17h à 19h à l'école secondaire des Grandes-Marées à La Baie. Lors de cette soirée, il sera possible d'acheter une des 12 oeuvres exposées. La fière organisatrice de 16 ans aimerait bien vous y voir !

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer