La petite robe mauve

CHRONIQUE / Je pensais être la seule à me souvenir de cette petite robe mauve... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélissa Viau
Le Quotidien

CHRONIQUE / Je pensais être la seule à me souvenir de cette petite robe mauve que j'ai achetée, il y a deux ans, entre deux commissions au Costco...

Voici un souvenir de l'été 2014, lors de... (Photo Le Progrès-Dimanche, Mélissa Viau) - image 1.0

Agrandir

Voici un souvenir de l'été 2014, lors de notre premier voyage ensemble, elle et moi, à bord de mon VR. Cette petite fille, qui s'installe dans ma vie une fin de semaine sur deux, avait mis sa symbolique robe mauve.

Photo Le Progrès-Dimanche, Mélissa Viau

Je sortais avec un gars qui avait une fillette de quatre ans. Moi qui n'avais jamais voulu avoir d'enfants, pas besoin de vous dire que je sentais mes amies et ma famille appréhender mon attitude. Ce n'est pas que je n'aime pas les enfants, mais j'aime moins la discipline et la vie structurée qui vient avec. Leur présence ne me donne pas envie de materner, mais plutôt de me rappeler que quelque part, en dedans de moi, j'ai encore leur âge. Et comme ma liberté est tellement importante, j'aime aussi sentir que je peux me sauver quand je veux !

Je savais que la fille de mon chum aimait les affaires à froufrous. Moi, la pas fifille pantoute, qui déteste le rose et le mauve, je n'ai jamais vraiment regardé le linge d'enfant... À part quand ma mère essaie de m'attendrir le coeur en me pointant des petits vêtements de bébés ''cutes'' ou des bébés tout court. Cette robe m'avait fait penser à cette petite fille qui s'installait discrètement dans ma vie une fin de semaine sur deux. J'avais pris timidement la robe pour la placer entre le gros contenant de savon à lessive et les mouchoirs. Parce qu'une princesse de quatre ans, qui aime le linge, ça se change dix fois par jour... Et, d'un autre côté moins féérique, un enfant ç'a presque toujours la morve au nez !

Je lui avais offert ce premier cadeau dans le stationnement du magasin alors que son père et elle venaient m'y rejoindre. Elle l'avait tellement trouvé belle... Je ne pensais jamais lui faire plaisir autant.

À la grande surprise de mes proches, cette fillette est devenue importante pour moi. Je ne suis pas protectrice, rassurante ou affectueuse avec elle. Je suis moi-même, des fois un peu distante même. Comme avec tous les humains, je ne suis pas du genre à agir pour qu'on m'aime à tout prix. On est tellement différentes ! Des fois, souvent même, on dirait que c'est elle l'adulte et moi l'enfant. On a des rats, des cochons d'Inde et des chiens qu'on entraîne ensemble. Sa gentillesse m'ébranle souvent. Parfois on essaie de comprendre qui on est, l'une pour l'autre, et on ne trouve pas vraiment les mots.

Puis, l'autre jour, on faisait le ménage ensemble de ses vêtements qui ne lui font plus et on a ressorti la petite robe mauve. ''Celle-là, même si elle ne me fait plus, je vais la garder pour toujours. C'est le premier cadeau que tu m'as offert'', m'a confié l'enfant de six ans.

Finalement, je ne suis pas la seule à garder un souvenir impérissable de cette petite robe mauve...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer