Le TDAH n'est pas une maladie

Le frère de Sara-Kim Fortin a un trouble de déficit de l'attention avec ou sans... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélissa Viau
Le Quotidien

Le frère de Sara-Kim Fortin a un trouble de déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH). Elle s'est inspirée de lui pour informer tous les élèves de l'école secondaire Charles-Gravel concernant ce trouble via le journal Le Gravillon. « C'est un sujet auquel je prends part tous les jours et je voulais que les gens comprennent un peu mieux ce qu'est le TDAH », explique Sara-Kim.

En publiant un texte dans le journal Le... (Photo courtoisie) - image 1.0

Agrandir

En publiant un texte dans le journal Le Gravillon, Sara-Kim Fortin a sensibilisé tous les élèves de l'école secondaire Charles-Gravel concernant le TDAH.

Photo courtoisie

« Certains pensent que le TDAH est une maladie, mais ce n'est pas le cas. En fait, il s'agit plutôt un trouble neurologique. Les personnes qui en sont atteintes ont souvent de la difficulté à se concentrer sur quelque chose de très simple. Beaucoup d'entre elles ne respectent pas les règles que les autres leur donnent, sont impatientes et parfois même impolies.

Voici quelques renseignements qui vous aideront à comprendre un peu mieux ce qu'est vraiment le TDAH.

Qu'est-ce qu'est le TDAH?

Le TDAH est un trouble neurologique le plus souvent diagnostiqué à l'étape de l'enfance et qui, la plupart du temps, demeure à l'âge adulte. Voici la cause : pour que l'information circule dans notre cerveau, celui-ci dispose de neurotransmetteurs. Les jeunes qui sont atteints d'un trouble de déficit de l'attention ont un manque de production de noradrénaline, un des neurotransmetteurs qui nous aident à nous organiser, réagir à la pensée et avoir un bon comportement. Ainsi, pour les jeunes atteints, agir calmement et être discipliné est un défi de taille. On pense également que certains gènes sont partiellement en cause puisque 30 à 40 % des jeunes touchés par le TDAH ont un membre de leur parenté qui en est lui-même atteint.

Certains symptômes

Certains jeunes qui souffrent du TDAH ont une piètre estime de soi parce qu'ils se considèrent différents des autres. Ils peuvent, entre autres, paraître bizarres ou énervés, mais ce n'est pas de leur faute. Cependant, les jeunes atteints d'un TDAH sont souvent très créatifs. Ils ont également de la facilité à passer d'une idée à une autre. Une chose est cependant certaine, ces jeunes peuvent devenir des adultes accomplis : tout est une question de persévérance et bien sûr de mesures d'aide.

Les solutions

Certaines solutions existent, comme la prise de médication; le Concerta, le Ritalin et le Dexérine comptent parmi les produits les plus utilisés. Les psychologues et les éducateurs spécialisés sont des ressources qu'on trouve dans la plupart des écoles. Leur travail consiste à outiller de plusieurs façons les jeunes qui souffrent du TDAH. Cependant, pour ces jeunes, la présence de leurs parents demeure la chose la plus importante. Ces derniers doivent constamment les encourager et les appuyer, surtout dans les moments les plus durs. Les parents sont des modèles et une source d'espoir pour eux.

Pour conclure, ces personnes sont comme nous. Elles peuvent accomplir des exploits grandioses. Elles ont seulement besoin d'aide, de support et de compréhension. »

- Sara-Kim Fortin, 16 ans

Des témoignages touchants

«Moi j'ai un TDAH sévère et je suis au cégep. Je suis désorganisée et j'ai de la difficulté à faire mes devoirs et remettre mes travaux à temps. Pour m'aider, j'ai fait alléger mon parcours en le mettant sur quatre ans au lieu de trois.» - Laurie Lessard

«Mon TDAH est une force que j'ai appris à gérer très jeune, car ma maman n'a jamais été pour le fait que je prenne de la médication. J'ai travaillé sur plusieurs motifs pour garder ma concentration. Le TDAH élevé, comme le mien, peut-être bien dosé quand la personne veut.» - Alexandre Tremblay

«De 0 à 43 ans ma vie fut un enfer. Aucun résultat scolaire, désorganisation, beaucoup de Post-It pour me souvenir, des hauts et des bas de l'humeur et j'en passe. Maintenant, à 47 ans, je peux enfin dire que, étant jeune avec médication, j'aurais certainement fait vétérinaire, mais attention, la médication ne règle pas tout. Ce qui m'a sauvée c'est ma passion des animaux parce qu'eux ne me jugent pas et calment le H de l'hyperactivité.» - Zaza Morin

«Maman d'un petit garçon atteint de ce trouble et conjointe d'un mari qui l'a aussi, nous devons être attentifs à tout ce qui empêche notre garçon d'aller vers l'avant. C'est écouter la télévision en étant entourés par des sauts et des pirouettes. C'est la destruction de jouets et de vêtements rapidement par l'impulsivité. C'est la répétition des consignes pour permettre qu'il le mette en action sans prendre une heure. On gère tout ça par des outils pris dans des livres, des documentaires, des cours, etc. Parfois mon énergie manque et mon imagination aussi. Mais je ne connais rien d'autre que cet enfant qui rajoute de la couleur dans notre vie.» - Gabrielle Blais

«Mère de deux enfants TDAH, je peux dire que ces personnes semblent ne pas avoir d'hormone de ''reviens-en'' ! Sous médication, ça permet une fluidité entre les neurones. Pour mes enfants, la médication leur a permis d'être plus en mesure de ne pas rester en colère ou bloquer et de se dire que ce n'est pas la fin du monde. Et l'impulsivité a vraiment diminué. Quand ma fille de 15 ans reçoit un non, elle est déçue, elle peut même chialer, mais elle ne capote plus en nous criant des bêtises, du moins la plupart du temps ! Si elle saute sa médication juste une fois, nous remarquons la différence. Parfois, en grandissant, on a plus besoin de se médicamenter, mais il y a des gens qui en ont besoin toute leur vie.» - Maryse Perreault

«J'oublie d'appeler, j'oublie des rendez-vous, je n'organise rien ou j'oublie que j'avais quelque chose. J'organise six millions de choses la même journée et, pour ne pas décevoir personne, je fais tout et je finis ma journée crevée.» - Julie Boucher

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer