Un courageux alpiniste à l'école Sainte-Bernadette

Se lancer dans sa propre aventure

L'alpiniste Maxime Jean, véritable modèle de courage et... ((Photo Mélissa Viau))

Agrandir

L'alpiniste Maxime Jean, véritable modèle de courage et de persévérance, est venu raconter, aux 320 élèves de l'école Sainte-Bernadette, sa conquête du mont Everest.

(Photo Mélissa Viau)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Mélissa Viau
Le Quotidien

Le 13 avril dernier, l'alpiniste Maxime Jean était de passage à l'école Sainte-Bernadette de Jonquière. En collaboration avec le Carrefour Jeunesse-Emploi, le conférencier avait été invité dans le cadre de la semaine de l'entrepreneuriat.

«Cette école a beaucoup de projets reliés à l'entrepreneuriat», explique Chrystelle Gauthier, agente de sensibilisation à l'entrepreneuriat jeunesse.

Dans l'école, un comité entrepreneurial, formé de huit enseignants, permet de guider les enfants dans des projets stimulants.

«Nous avons une micro-pulperie qui fait du papier, un magasin scolaire et nous organisons plusieurs activités entrepreneuriales pendant l'année», précise l'enseignante Sophie Nadeau Tremblay. Modèle de courage et de persévérance, le conférencier a raconté son ambitieux exploit qu'a été la conquête de l'Everest.

«En 1974, quand j'avais cinq ans, j'avais dessiné une montagne avec un alpiniste. En 2004, soit 30 ans plus tard, j'étais au sommet du mont Everest», raconte l'homme devant les 320 paires d'yeux rivés sur lui.

Pendant une heure, il a présenté son équipement d'escalade et tout le travail de préparation qu'a impliqué son périple au sommet de la plus haute montagne du monde.

Dans son message Maxime incite ceux qui ont la flamme de l'entrepreneuriat à se lancer dans leur propre aventure. Ancien banquier, il gagne maintenant sa vie comme conférencier, auteur et réalisateur de films.

Parmi les questions de son auditoire, une jeune fille lui a demandé si on devait être en forme pour grimper cette majestueuse montagne. «La principale qualité qu'il faut pour atteindre le sommet de l'Everest, c'est de la persévérance», a répondu l'alpiniste. Juste pour atteindre le pied du mont, il faut compter dix jours de marche!

Pour ce père de trois enfants, cet exploit a littéralement changé sa vie pour le meilleur.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer