Expo-Sciences

22 équipes se dirigent vers la finale régionale

Ariane Henry et Marie-Laurence Truchon ont observé un... ((Photo Mélissa Viau))

Agrandir

Ariane Henry et Marie-Laurence Truchon ont observé un patient atteint d'un traumatisme cranio-cérébral cuisiner avec l'aide de quelqu'un et d'une cuisinière informatisée afin de voir comment il se débrouillait.

(Photo Mélissa Viau)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélissa Viau
Le Quotidien

(Chicoutimi) À l'école secondaire de l'Odyssée Lafontaine et Dominique-Racine de Chicoutimi, 124 équipes viennent de vivre leur finale locale et 22 se rendront à la 51e finale régionale de l'Expo-sciences qui se déroulera à Alma, au Pavillon Wilbrod-Dufour, les 19 et 20 mars prochains.

À cette école, tous les élèves du profil Excellence participent à l'Expo-sciences via leur cours d'activités scientifiques. Gabrielle Bédard, une élève de l'école secondaire de l'Odyssée Dominque-Racine a décidé de nous présenter quelques équipes de différents niveaux.

Et pour ceux qui souhaitent un jour embarquer dans l'aventure Expo-sciences, les exposants interviewés par Gabrielle recommandent vivement de collaborer avec un mentor sur un sujet qui les passionne.

Traumatisme cranio-cérébral

Tous les jeunes ont envie de découvrir et changer le monde. Plusieurs d'entre eux sont attirés par les voyages humanitaires. Mais pour aider son prochain, il n'est pas obligatoire d'aller si loin. Ariane et Marie-Laurence ont réalisé une expérience avec des personnes en perte d'autonomie due à un traumatisme cranio-cérébral, qui est une lésion causée par un choc à la tête.

Pour les guider dans ce processus, elles se sont liées à un mentor, Amélie Boudreault, étudiante en médecine expérimentale à l'UQAC. Les deux futures scientifiques et leur mentor désiraient savoir si l'aide humaine était préférable à une aide informatisée.

« Ariane et Marie-Laurence ont donc fait préparer un macaroni à des personnes souffrant de traumatisme cranio-cérébral avec une aide informatisée, puis avec une aide humaine », rapporte Gabrielle.

Leur principale observation est étonnante. « Nous avons remarqué que, lorsque la personne est assistée d'un humain, elle est plus stressée et fait plus d'erreurs que lorsque c'est un ordinateur qui lui rappelle, par exemple, de fermer le rond de la cuisinière », constatent Ariane et Marie-Laurence.

La nutrition

La nutrition est un volet qui, de toute évidence, préoccupe les jeunes. Une des équipes que Gabrielle a interviewées est composée de Frédérique Allard et Camille Mousseau, deux élèves de troisième secondaire très sportives.

« Comme on aime être en forme, on se soucie aussi de notre alimentation », soulignent les deux amies. Leur Expo-sciences s'intitule « Bio, qu'est-ce que ça vaut ? ».

Les coéquipières se demandaient si l'alimentation biologique était différente de la nourriture conventionnelle. « Dans le but de répondre à cette question, les élèves de Dominique-Racine ont effectué une séance de dégustation. Elles tentaient de déterminer si une différence de goût était notable.

Elles ont par la suite analysé les résultats générés par les 47 personnes qu'elles avaient interrogées.

Ces démarches ont provoqué des effets positifs puisque les élèves de secondaire trois affirment que l'Expo-sciences a surtout aidé à développer leur sens de la responsabilité et de la communication », rapporte Gabrielle Bédard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer