Les Éditions Z'Ailées...

Il y a huit ans, Karen Lachapelle (à... ((Photo Mélissa Viau))

Agrandir

Il y a huit ans, Karen Lachapelle (à gauche) a eu l'idée de partir une maison d'édition dans son coin de pays, au Témiscamingue. Deux ans plus tard, sa soeur Amy y publiait son premier roman! Depuis ce temps, leur complicité est grandissante.

(Photo Mélissa Viau)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélissa Viau
Le Quotidien

(Chicoutimi) En 2006, Karen Lachapelle met sur pieds les Éditions Z'ailées dans son petit coin de pays au Témiscamingue. Encouragée par sa soeur Amy, bachelière en communication, elle l'engage comme directrice littéraire. Deux ans plus tard, charmée par la plume d'Amy, Karen la convainc d'écrire un premier livre. Depuis ce temps, 27 romans sont nés du cru d'Amy faisant d'elle une brillante auteure jeunesse!

Dans les Éditions Z'ailées, elle s'est taillé une place auprès d'une quarantaine d'auteurs jeunesse. Amy s'adresse à un large public de huit à 18 ans. Sa dernière trilogie, Entre soeurs, de la collection Zados, est inspirée de ses deux soeurs. Dans un premier tome, elle raconte une série d'évènements d'abord vus dans les yeux de l'aînée, puis un deuxième tome dans les yeux de la deuxième et un troisième relatant sensiblement les mêmes faits, mais selon l'interprétation de la cadette de la famille. «Alexane, Maïka et Laurie Lafontaine sont trois soeurs qui se ressemblent, mais qui sont aussi bien différentes. Un jour, elles sont super copines; le lendemain, elles s'insultent. Mais au final, elles s'aiment, à travers les aléas de la vie», peut-on lire sur le site Internet des Éditions Z'ailées. En effet, ça reflète bien les relations entre soeurs!

Pour écrire, l'auteure s'inspire de tout ce qui l'entoure et même des faits d'actualité. Dans son roman Une fois de trop, Amy raconte une douloureuse épreuve que doivent surmonter des amis à la suite d'une tragédie d'alcool au volant. «Mon personnage principal vit la même réalité que tous les jeunes de l'Abitibi-Témiscamingue qui doivent quitter leur région à 17 ans afin de poursuivre leurs études», raconte Amy. Tout comme elle l'a vécu, ces jeunes gèrent, du jour au lendemain, une vie d'adulte. L'argent, l'emploi étudiant, l'appartement, les colocataires, les études et les partys deviennent leur réalité. «Je n'ai jamais vécu de drame relié à l'alcool au volant, mais j'ai déjà pris des risques en embarquant avec des personnes qui avaient bu», poursuit l'auteure qui s'est inspirée d'une nouvelle vue à la télévision. Parfois, quand elle écrit, elle vit ses histoires si intensivement qu'elle doit prendre une pause. Si on lui demande si elle est rebelle ou peureuse, Amy répond sans hésiter peureuse! «Moi? J'ai peur de tout!», répond Amy en riant. C'est pourquoi elle transpose ses peurs dans certains de ses romans, comme La plus longue nuit, publiée dans la Zone Frousse. Ce roman raconte une expédition de camping qui tourne mal pour une classe du primaire. Alors que certains de ses personnages sont plutôt turbulents, Amy avoue qu'à l'école, elle était une élève sage qui ne voulait pas déplaire. Karen et Amy Lachapelle débordent d'énergie et elles ont choisi de s'amuser dans la vie, autant sur le plan personnel que professionnel.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer