Un tournant pour le 26e Festival des musiques de création

Du 18 au 27 mai prochain, une cinquantaine d'artistes en provenance d'un peu... (Photo courtoisie)

Agrandir

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

Du 18 au 27 mai prochain, une cinquantaine d'artistes en provenance d'un peu partout sur la planète passeront par Saguenay pour faire entendre ce qu'est la musique actuelle. La grande présence de la guitare marquera la 26e édition du Festival des musiques de création, à l'aube d'un changement dont les contours ne sont pas encore définis.

Les festivaliers pourront découvrir l'installation sonore interactive SILO... (Photo courtoisie) - image 1.0

Agrandir

Les festivaliers pourront découvrir l'installation sonore interactive SILO (Son Interaction Lumière Objet) au Centre culturel du Mont-Jacob, du 18 au 20 mai, de 19h à 23h.

Photo courtoisie

Sébastien Maltais, directeur artistique du Festival des musiques de création (FMC), l'affirme d'emblée, cette 26e édition devrait marquer un tournant pour l'événement. « Un vent nouveau va souffler sur le festival. C'est une phase tournante. Depuis le décès de Pierre Dumont, le créateur de l'événement, en 2011, l'équipe a prouvé que le festival survivrait. Maintenant, on a le goût d'apporter certains changements. »

L'équipe chercher à améliorer la formule. 

« On a le goût de faire plus de spectacles, de sortir de Jonquière. On veut améliorer l'expérience des festivaliers. On attend des réponses au niveau du financement pour voir comment va être l'édition 2018 du FMC. L'époque du statu quo est révolue. » 

En attendant, l'édition 2017 de l'événement fait la fierté de l'équipe. 

« On reçoit des musiciens d'ici, de France, d'Indonésie, d'Allemagne, de Mongolie, des Pays-Bas. Ils présenteront des musiques de traditions et d'influences diverses, colorées, calculées ou non. Parfois folles, délicates, sobres ou brutales. Parfois tout ça en même temps », décrit Sébastien Maltais.

Élargir les horizons

Avant même le début de l'événement, le 14 mai, à 15 h 30, L'Orchestre d'hommes-orchestres proposera Tintamarre Caravane à Place du Citoyen, un spectacle pour toute la famille. « Ça s'inscrit dans notre volonté d'élargir nos horizons », souligne le directeur artistique. 

Il faudra ensuite attendre au 18 mai, soirée d'ouverture, pour découvrir Rétroviseur, la rétrospective de la carrière de Jean-Pierre Bouchard. 

Le 19 mai, Gunda Gottschalk/Ute Völker, en provenance de l'Allemagne et de la Mongolie, présentera un spectacle issu d'une combinaison de musique improvisée et de chants traditionnels de Mongolie. 

La présence de Bernard Falaise au sein de Jack et ses boîtes, le 19 mai, puis de René Lussier avec son nouveau groupe Quintette René Lussier, le 26 mai, fait plaisir au directeur artistique. « Ce sont deux des guitaristes les plus ferrés au Québec. Il y a plusieurs guitaristes, mais ils ne jouent vraiment pas de la même façon. » 

Le 20 mai, le FMC accueillera une primeur mondiale avec un concert issu de la fusion de deux trios « démembrés ». On The SEA et Subtle Lip Can, privés de leur seul point commun, leur violoniste, deviendront un quatuor le temps d'un spectacle. « C'est un mariage hallucinant entre des artistes qui ont différents vocabulaires », affirme Sébastien Maltais. 

En deuxième portion de soirée, le duo Senyawa proposera une musique issue du mélange de langues de l'archipel indonésien et d'instruments inspirés par la lutherie indonésienne traditionnelle. 

Sébastien Maltais est aussi heureux de présenter Myth Hymn, le 26 mai. « Colin Labadie est un jeune compositeur et guitariste émergeant, mon coup de coeur canadien. » 

Le 27 mai, soirée de la relève et de clôture, le programme double composé de Stellaire et de Bisbayé devrait laisser les festivaliers sur une bonne note. « Ça fait trois ans que j'essaie de faire une place à Bisbayé dans la soirée de la relève. Je suis fier de les accueillir. »

Jean-Pierre Bouchard reçoit le Prix Jean-Guy Barbeau

Le momentum était parfait. Le Conseil des arts de Saguenay profite du Festival des musiques de création pour remettre son Prix Jean-Guy Barbeau pour la reconnaissance de l'excellence à Jean-Pierre Bouchard. Le 18 mai prochain, la soirée d'ouverture de l'événement intitulée Rétroviseur sera entièrement consacrée à l'oeuvre de l'artiste et à sa reconnaissance. 

Le public du Festival des musiques de création est convié à une rencontre particulière avec le musicien Jean-Pierre Bouchard le 18 mai. Un concert unique issu d'une collaboration entre le Centre d'expérimentation musicale et l'Ensemble Talisman permettra de revisiter l'ensemble de la carrière du musicien des années 70 à aujourd'hui. Treize musiciens seront sur scène pour présenter son parcours en musique.

Juste avant, entre 19 h et 20 h, le Conseil des arts de Saguenay rendra hommage à l'artiste en lui remettant le Prix Jean-Guy Barbeau. 

« C'est un prix qui a été créé pour reconnaître l'excellence et qui est remis aux gens qui ont une carrière exceptionnelle », explique Claude Martel, directeur général du Conseil des arts de Saguenay. « C'est un prix assorti d'un montant de 5000 $ et qui est aussi accompagné de plusieurs actions, notamment la signature du livre d'or de Saguenay. Avec ce prix, on s'engage à faire connaître la personne et son oeuvre. »

Pour le Conseil des arts de Saguenay, honorer Jean-Pierre Bouchard allait de soi. « C'est un créateur qui a toujours travaillé chez nous. C'est un des fondateurs du Centre d'expérimentation musicale et du Festival des musiques de création. En 2016, il s'est mérité une subvention du Conseil des arts et des lettres du Québec pour réaliser les arrangements musicaux d'oeuvres, créer une nouvelle oeuvre et réaliser un concert en partenariat avec l'Ensemble Talisman. Le momentum était bon. Quand le prix a été créé, on s'est dit qu'il devrait toujours être remis dans le cadre d'un événement. C'était l'occasion parfaite. »

Le prix sera attribué pour une quatrième fois seulement depuis sa création. D'abord remis à Jean-Guy Barbeau en 2008, le prix qui porte le nom du peintre a ensuite été remis à la costumière Jacynthe Dallaire en 2009 et au chef d'orchestre Jacques Clément en 2014.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer