Du théâtre inspiré de la forêt

La chaire de recherche en dramaturgie sonore au... (Courtoisie, photo Christine Rivest-Hénault)

Agrandir

La chaire de recherche en dramaturgie sonore au théâtre de l'UQAC présente à deux reprises, lundi, le résultat d'un exercice qui a mené l'équipe dans la Réserve faunique Ashuapmushuan l'été dernier. Charles Buckell, jeune Innu de Mashteuiasth qui a guidé le groupe sur le territoire de chasse familial, se trouve sur scène.

Courtoisie, photo Christine Rivest-Hénault

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

La chaire de recherche en dramaturgie sonore au théâtre présente le fruit de sa dernière recherche-création. Lundi, le public aura l'occasion de découvrir comment l'équipe a transformé une aventure dans la Réserve faunique Ashuapmushuan en pièce de théâtre.

En juin dernier, une équipe composée de cinq personnes s'est rendue près de la rivière Chigoubiche, dans la Réserve faunique Ashuapmushuan. Pendant deux jours, Charles Buckell, jeune Innu de Mashteuiasth et étudiant en théâtre, a formé le groupe sur son territoire familial et culturel.

«Il nous a amenés dans les bois, dans le camp de chasse familial, pendant deux jours et une nuit. Ç'a été assez rocambolesque. Nous avons fait beaucoup de captations sonores et vidéos, nous avons pris des notes et parlé avec lui», explique Jean-Paul Quéinnec, titulaire de la chaire.

Un mois plus tard, l'équipe s'est retrouvée au théâtre de l'UQAC. «On s'est dit qu'on allait créer une courte pièce. Le matériau de création est le matériau de l'expérience vécue. C'est un concept qu'on appelle la phonographie, ce qui consiste à écrire des sons à partir de sons vécus. Ça ne veut toutefois pas dire que le son est un son documentaire», précise-t-il, ajoutant que Charles Buckell s'est retrouvé sur scène dans ce qu'ils ont nommé Phonographie Mobile : Charles Buckell ou Le territoire de mon grand-père du côté de ma mère pis en même temps le territoire de mon père pis de mon grand-père pis de ma grand-mère du côté de mon père.

«La pièce pose une vraie question sur ce jeune homme et sa culture traditionnelle. Il est à la recherche de la clé pour être à la fois dans la tradition et dans son devenir.»

Le résultat du travail donne vie à une pièce de 25 minutes. «Le public assiste à des morceaux de cette aventure. C'est un spectacle assez immersif. Le son nous englobe, mais avec un décor très précaire, fait de petits objets.»

Cinq personnes ont pris part à l'aventure dans les bois. En plus de Jean-Paul Quéinnec (auteur et directeur du projet) et de Charles Buckell (acteur, auteur), l'équipe est composée de Chantale Boulianne (scénographe), Andrée-Anne Giguère (vidéaste) et Guillaume Thibert (concepteur sonore).

Christine Rivest-Hénault (archives et écriture) s'est ensuite jointe à eux.

La pièce issue de la démarche sera présentée à deux reprises, soit à midi et 20h le lundi 16 janvier, au Studio-Théâtre de l'UQAC.

Vingt-cinq places sont disponibles pour chacune des représentations. Il est nécessaire de réserver sa place via la page Facebook Phonographie Mobile : Charles Buckell, ou par courriel au dramaturgiesonore@uqac.ca.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer