Chris Hadfield: vaincre la peur du noir

Chris Hadfield songeait depuis un bon moment déjà... (Courtoisie, Jacob Moriss)

Agrandir

Chris Hadfield songeait depuis un bon moment déjà à proposer un livre pour enfants. Après quelques essais, il publie finalement Plus noir que la nuit, un livre dont il est particulièrement fier.

Courtoisie, Jacob Moriss

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

Vaincre ses peurs pour réaliser ses rêves. Voilà qui semble plus facile à dire qu'à faire. Mais lorsque l'astronaute canadien Chris Hadfield raconte lui-même avoir surmonté la peur du noir qui le tenaillait enfant pour atteindre son but, la formule prend une tout autre dimension. Chris Hadfield vient de publier son premier livre pour enfants intitulé Plus noir que la nuit, un livre illustré qui vise à prouver qu'on peut transformer l'impossible en réel.

Plus noir que la nuit est le premier... (Reproduction Le Progrès-Dimanche) - image 1.0

Agrandir

Plus noir que la nuit est le premier livre pour enfants de Chris Hadfield. L'astronaute a été inspiré par ses nombreuses rencontres avec les jeunes.

Reproduction Le Progrès-Dimanche

Celui qui a été le premier Canadien à occuper le poste de commandant de la Station spatiale internationale et à marcher dans l'espace songeait depuis un moment déjà à écrire un livre pour les jeunes. Trois premiers livres ont été mis au monde puis abandonnés avant que l'astronaute canadien qui a inspiré des millions de personnes produise un écrit qu'il jugeait assez bon.

«J'ai commencé comme astronaute en 1992. La vie d'un astronaute est tellement technique, mais on se doit aussi d'être un symbole, une inspiration. On visite souvent des écoles. Pendant plus de 20 ans, j'ai visité peut-être un millier d'écoles différentes, autant des écoles secondaires que primaires, et j'ai fait beaucoup de présentations devant des élèves. J'ai pensé que ça pouvait être une bonne idée d'écrire un livre pour eux», raconte Chris Hadfield au cours d'un entretien téléphonique il y a quelques jours alors qu'il se trouvait à Toronto. «Au fil du temps, j'ai trouvé des idées qui pouvaient être intéressantes, mais aussi utiles pour les élèves», explique celui qui a publié un livre destiné aux adultes intitulé Guide d'un astronaute pour la vie sur Terre en 2014.

Pour l'astronaute, écrire pour les enfants allait de soi. La lecture a toujours fait partie de la vie familiale.

«Écrire ce livre est une idée que j'ai eue avec ma femme, Helene, avec qui je suis marié depuis 35 ans. Nous prenons toutes les décisions ensemble. Nous avons trois enfants. Chez nous, c'était normal de lire un livre différent à chacun chaque soir. Le livre, c'est juste la suite de tout ça», estime-t-il. «Je suis tellement content du résultat de notre décision.»

C'est l'idée de traiter de la peur du noir, jumelée à la volonté d'écrire pour les plus petits, qui a convaincu l'astronaute de se lancer.

«Je trouvais l'idée intéressante et utile. Pour moi, savoir quoi faire avec nos peurs, c'est une question d'importance chaque jour et pas seulement pour les enfants. Que vous ayez quatre ans ou 40 ans, c'est normal d'avoir des peurs, ce n'est pas une faiblesse. Il faut voir comment on peut trouver le courage de leur faire face.»

Chris Hadfield avait peur du noir enfant. «J'habitais sur une ferme, je devais travailler dans la grange le soir et le matin, seul dans la noirceur, avec les bruits et le vent. J'avais peur évidemment. Au cours de la même vie, j'ai aussi été seul dans l'univers, en sortant d'un vaisseau spatial, dans une noirceur sans limites, absolue. Le but du livre, c'est de voir comment on peut raccorder les deux, c'est de brancher la peur et le courage de suivre ses rêves.» Chris Hadfield a choisi d'affronter ses peurs. C'est ce qui a complètement modelé sa vie.

«Quand on décide de trouver le courage, ça change les opportunités. Imaginez ma vie de pilote de CF-18, de pilote d'essai, c'est un travail tellement dangereux, mais aussi nécessaire et intéressant. Puis être dans une navette spatiale c'est dangereux, mais en même temps c'est impossible d'explorer l'univers si nous ne sommes pas prêts à faire face à nos peurs.»

Chris Hadfield a écrit Plus noir que la nuit en anglais, puis a travaillé avec un traducteur pour la version française.

«Le livre est déjà traduit en six ou sept langues», souligne-t-il. «Guide d'un astronaute pour la vie sur Terre l'a été en 22 langues.»

Les frères Terry et Eric Fan ont illustré le texte de Chris Hadfield.

«C'est difficile de trouver des artistes avec la même imagination que vous. Nous sommes tellement chanceux d'avoir trouvé les frères Fan, parce qu'ils ont l'idée exacte de la noirceur et du sens des mots. Et ensemble c'était possible de créer ce résultat dont je suis fier.»

Chris Hadfield songe déjà à écrire un nouveau livre, mais il ignore encore à qui il s'adressera. «Peut-être que ce sera pour les jeunes adultes ou les adultes. Peut-être aussi un jour pour les enfants. Ce qui est nécessaire, c'est d'écrire un livre dont je peux être fier.»

Un retraité occupé

Chris Hadfield multiplie les projets depuis qu'il a pris sa retraite de l'Agence spatiale canadienne le 3 juillet 2013.

«J'ai atterri du troisième vol spatial il y a trois ans et depuis, j'ai écrit trois livres et fait un album de musique. Je suis occupé.»

Il a notamment effectué une expédition dans l'Arctique avec une équipe de 12 hommes et femmes, artistes, vidéastes, photographes, musiciens et écrivains. L'expédition lui a permis d'écrire quelques chansons avec Danny Michel et un album est né de l'expérience.

Chris Hadfield se produit quelques fois par année avec des orchestres symphoniques. Ce sera notamment le cas à Victoria en février et à Halifax par la suite.

Il est aussi en train de tourner trois émissions différentes dont il assumera l'animation aux États-Unis, en Angleterre et avec le National Geographic.

Il présente aussi au Massey Hall de Toronto le spectacle Generator qui mélange art, musique, comédie et idées depuis deux ans. Il songe actuellement à l'offrir ailleurs dans le monde. Il prononce également des allocutions partout sur le globe. Il sera en Grande-Bretagne en janvier, puis en Australie en août.

Une mission sur Mars? Pas pour demain!

Chris Hadfield estime qu'on est encore loin d'une mission sur Mars.

«Il y a beaucoup d'idées, mais rien de planifié. Ce ne sont que des mots pour l'instant. C'est facile à dire, mais très difficile à faire. C'était la même chose pour voyager vers la lune dans les années 50-60 ou pour construire une station spatiale dans les années 80. Il y a beaucoup de choses à faire avant, beaucoup de décisions à prendre, d'erreurs et de problèmes à survenir. C'est tellement difficile. Je connais le niveau de difficulté», affirme celui qui affirme que de la création d'un site permanent sur la lune surviendra avant.

«Il y a juste une distance de trois jours vers la lune et c'est possible de revenir. Mars, c'est plus loin que ce que les gens imaginent.»

Le décès de John Glenn l'a attristé

Le décès de John Glenn survenu en décembre attriste l'astronaute Chris Hadfield qui l'a bien connu. Les deux hommes se sont rencontrés souvent, notamment lorsque Glenn a travaillé au bureau des astronautes de Houston dans les années 90. «Il a été le premier astronaute américain à effectuer un vol orbital autour de la Terre. Il a été pilote de chasse et ensuite d'essai au Maryland, exactement au même endroit que moi. En plus de ça, il était un homme formidable, impressionnant. C'est quelqu'un qui a pris les bonnes décisions dans la vie. Il était un exemple pour tous, particulièrement pour moi. Je suis tellement content de l'avoir connu.»

Son départ a poussé Chris Hadfield à dresser un bilan de sa propre vie. «Il était âgé et il a eu une vie remplie, mais je pense que c'est nécessaire de prendre une petite pause, de penser à lui et de regarder ma vie et ce que je pourrais mieux faire.»

L'astronaute a déjà habité à Bagotville

Chris Hadfield a déjà habité la région. Il a servi au sein du 425e Escadron tactique de chasse sur la base de Bagotville de 1985 à 1988.

Il était pilote de chasse de CF-18 pour le Commandement de la défense aérospatiale de l'Amérique du Nord (NORAD). Sa fille, Kristin, est née à l'hôpital de Chicoutimi. Depuis, il est revenu dans la région à deux reprises, dans le cadre du spectacle aérien.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer