Nicole Duclos rend hommage à sa mère

Nicole Duclos... (Archives Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie)

Agrandir

Nicole Duclos

Archives Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Confrontée à ce que Ronald Reagan appelait le long au revoir, ces années pendant lesquelles un être cher voit son esprit s'éteindre à petit feu en raison de la maladie d'Alzheimer, l'auteure Nicole Duclos a pris la plume il y a quelques semaines. Elle a écrit un poème inspiré par la situation dans laquelle est plongée sa mère âgée de 96 ans, un texte intitulé Heureusement... Maman.

Fruit d'un élan du coeur, il juxtapose le passé au présent, les souvenirs heureux et le désarroi causé par la condition d'une dame pour qui les notions de temps et de lieu représentent désormais des abstractions. Il reste des bribes de ce qu'elle a été, des parcelles de réalité: le blond de ses cheveux, ses yeux bleus, ses bras ouverts pour accueillir les proches.

«Maman vit à Chicoutimi, dans une ressource intermédiaire où on lui prodigue les soins appropriés. Elle est malade depuis deux ans, mais ç'a baissé vite. Elle ne sait plus que nous avons des enfants et ne fait plus la différence entre les saisons», a confié Nicole Duclos au cours d'une entrevue accordée au Progrès-Dimanche.

Pendant plusieurs mois, l'auteure du conte Le sac de billes, publié en 2014, a jonglé avec l'idée de coucher sur le papier les sentiments qui lui inspirait le sort de sa mère. Un jour, le déclic s'est produit et Heureusement... Maman a pris forme. «Ç'a été dur à écrire. Le sujet est tellement émotif», décrit-elle.

Ses premiers lecteurs furent des membres de sa famille. Eux aussi ont été remués par cette douce évocation d'une femme dont on devine qu'elle fut aimante, ce qui appesantit d'autant le chagrin causé par l'étiolement de son esprit. «Pour moi, ç'a été libérateur. Je peux maintenant voir la situation de façon objective. Par contre, des personnes ont pleuré en lisant mon texte», raconte Nicole Duclos.

C'est l'une d'elles, sa soeur, qui lui a suggéré de contacter le journal pour faire connaître son poème. «Je me dis que ça pourrait aider les gens qui vivent dans un contexte comme celui-là, mais ne trouvent pas les mots pour l'exprimer. C'est aussi un moyen de démystifier la maladie», fait observer la Saguenéenne.

Aucun projet de livre n'existe pour le moment. Toutefois, un ami musicien a reçu le poème, ce qui ouvre la possibilité que celui-ci puisse devenir une chanson. «Déjà, cet homme en a composé une dizaine à partir de mes textes. J'ai donc écrit Heureusement... Maman en ayant cette option en tête», affirme Nicole Duclos.

Heureusement... Maman

Te souviens-tu maman? Non, tu ne te rappelles pas

C'est pas grave va! Ça ira

Tu es toujours là!

***

Des soldats dans ta tête

Font la guerre à tes souvenirs

On ne peut plus faire la fête...

Hier et demain... cherchent à s'enfuir!

Sur ton visage... quand un sourire apparaît

Un reflet de tes chemins anciens renaît!

***

Tu gardes un goût de vivre

Même, si tu ne sais plus comment vivre!

Les oiseaux chantent... tu ne les entends plus

Les saisons changent... tu ne les perçois plus!

Tu ne sais plus voir sur le calendrier

Décembre... avril ou juin... tu as oublié!

***

Heureusement maman... tes yeux ont le même ciel bleu

Je me revois petite fille jouant auprès de toi

Heureusement maman... les boucles de tes cheveux

Ont gardé leur légèreté... leur soupçon de blé.

Heureusement maman... tes bras comme autrefois

S'ouvrent pour nous accueillir... se retrouver

Heureusement maman... heureusement maman!

***

Dans ce jardin de solitude

Ton horizon a toujours la même couleur

Tu parles enfermée dans ta bulle... avec lassitude

Tu n'es plus toujours là... partie en exil intérieur

Tes propos à la dérive... nous on fait semblant d'y croire!

On écoute tes rengaines... sans trop s'émouvoir!

***

On tourne lentement le tracé de tes pages

Se rappelant les trous de ta mémoire

De toi, il y a tant de belles images

Il faut t'aider à te souvenir... t'aider à les revoir!

Les jours ou les étoiles de ta lanterne semblent allumées...

On cueille avec bonheur... ces lueurs de tes pensées!

***

Heureusement maman... tes yeux ont le même ciel bleu

Je me revois petite fille jouant auprès de toi

Heureusement maman... les boucles de tes cheveux

Ont gardé leur légèreté... leur soupçon de blé

Heureusement maman... tes bras comme autrefois

S'ouvrent pour nous accueillir... se retrouver

Heureusement maman... heureusement maman!

***

Laissez-moi dormir... me reposer sur le poids de mes années!

Je n'ai pas voulu ces absences... ces silences!

Si des fois j'ai peur... C'est que... mes repères se sont envolés!

Aimez-moi encore comme avant... Ayez pour moi des bouquets de patience!

***

Te souviens-tu maman? Non, tu ne te rappelles pas...

C'est pas grave va! ... Ça ira!

Tu es toujours là!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer