Caroline Munger: changer de vie pour Biscuit et Cassonade

  • Caroline Munger confectionne des vêtements pour ses peluches et les photographies dans des lieux réels afin de proposer des livres pour enfants mettant en vedette les deux petits personnages dans le monde réel. (Courtoisie)

    Plein écran

    Caroline Munger confectionne des vêtements pour ses peluches et les photographies dans des lieux réels afin de proposer des livres pour enfants mettant en vedette les deux petits personnages dans le monde réel.

    Courtoisie

  • 1 / 11
  • Caroline Munger aime montrer l'envers du décor au public. Il est possible de visionner le «making of» d'une session photo sur la chaîne de Biscuit et Cassonade sur YouTube. (Courtoisie)

    Plein écran

    Caroline Munger aime montrer l'envers du décor au public. Il est possible de visionner le «making of» d'une session photo sur la chaîne de Biscuit et Cassonade sur YouTube.

    Courtoisie

  • 2 / 11
  • Biscuit et Cassonade ont fait le voyage jusqu'à Paris. (Courtoisie)

    Plein écran

    Biscuit et Cassonade ont fait le voyage jusqu'à Paris.

    Courtoisie

  • 3 / 11
  • Le plus récent livre de Biscuit et Cassonade paru le 2 novembre dernier est consacré à la fête de Noël. (Courtoisie)

    Plein écran

    Le plus récent livre de Biscuit et Cassonade paru le 2 novembre dernier est consacré à la fête de Noël.

    Courtoisie

  • 4 / 11
  • Caroline Munger vient tout juste de publier <em>Biscuit et Cassonade aiment Noël</em>, le cinquième livre mettant en vedette les deux personnages qu'elle a imaginés. (Courtoisie)

    Plein écran

    Caroline Munger vient tout juste de publier Biscuit et Cassonade aiment Noël, le cinquième livre mettant en vedette les deux personnages qu'elle a imaginés.

    Courtoisie

  • 5 / 11
  • Avec <em>Biscuit et Cassonade aiment Noël</em>, les petits peuvent voir les deux moutons célébrer la grande fête. (Courtoisie)

    Plein écran

    Avec Biscuit et Cassonade aiment Noël, les petits peuvent voir les deux moutons célébrer la grande fête.

    Courtoisie

  • 6 / 11
  •  (Courtoisie)

    Plein écran

    Courtoisie

  • 7 / 11
  •  (Courtoisie)

    Plein écran

    Courtoisie

  • 8 / 11
  • Les peluches Biscuit et Cassonade ont visité New York. (Courtoisie)

    Plein écran

    Les peluches Biscuit et Cassonade ont visité New York.

    Courtoisie

  • 9 / 11
  • Biscuit et Cassonade se sont rendus jusqu'au Mexique. (Courtoisie)

    Plein écran

    Biscuit et Cassonade se sont rendus jusqu'au Mexique.

    Courtoisie

  • 10 / 11
  • Biscuit et Cassonade aiment le camping a été en lice aux prix littéraires lors du dernier Salon du livre du Saguenay-Lac-Saint-Jean dans la catégorie Jeunesse. (Courtoisie)

    Plein écran

    Biscuit et Cassonade aiment le camping a été en lice aux prix littéraires lors du dernier Salon du livre du Saguenay-Lac-Saint-Jean dans la catégorie Jeunesse.

    Courtoisie

  • 11 / 11

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

Il y a un peu plus d'un an, Caroline Munger a tout abandonné pour se consacrer à ses passions; voyager et photographier ses peluches. Plusieurs personnes ont alors cru qu'elle avait perdu la tête. Quelques mois plus tard, elle s'apprête à publier un septième livre jeunesse et un projet de série télévisée mettant en vedette ses deux petits personnages devrait se concrétiser d'ici un an. Elle est devenue une véritable source d'inspiration, démontrant qu'il est possible de réaliser et de vivre ses rêves, aussi loufoques semblent-ils.

En quelques mois seulement, la vie de Caroline Munger a effectué «un virage à 180 degrés». Celle qui oeuvrait dans le monde du marketing depuis une décennie a tout abandonné pour se lancer dans la publication de livres pour enfants. Pourtant, rien dans son parcours ne laissait présager un tel changement de cap.

Caroline Munger a quitté son Alma natal à l'âge de 18 ans pour poursuivre des études en marketing de mode au Collège Lasalle de Montréal. Elle a ensuite fait un baccalauréat en marketing commerce à l'Université Concordia, ce qui lui a permis de travailler en développement de produits. Son emploi l'a amenée à voyager en Chine et en Europe à maintes reprises. Parallèlement, elle voyageait aussi pour le plaisir, n'oubliant jamais son coeur d'enfant.

«J'amenais mes deux toutous moutons avec moi. Je les habillais de façon locale, je leur fabriquais des costumes et je les photographiais. Je plaçais ensuite les photos sur mon compte Facebook. Les gens aimaient beaucoup ça. Quand je revenais de voyage, ils attendaient les photos de Biscuit et Cassonade», raconte-t-elle lors d'un entretien téléphonique.

Il y a un an et demi, des événements survenus au boulot l'ont poussée à remettre en question son plan de carrière. «Je me suis dit que si j'étais capable de faire du développement de produits et de vendre des millions pour quelqu'un, je pouvais peut-être vendre quelque chose pour moi. J'adorais faire des photos de mes toutous et voyager. Je me suis dit que même si c'était complètement fou, j'allais monter un modèle d'affaire à partir d'un concept de découverte du monde pour les tout-petits avec Biscuit et Cassonade.»

Elle imaginait des livres, une émission de télé, une application Web, des toutous...

Elle s'est lancée au moment même où sa vie personnelle a elle aussi pris une tangente inattendue. «Un divorce soudain est survenu. Il ne me restait plus rien dans la vie. J'avais quitté mon emploi, je n'avais plus de mari, mon condo était en vente. J'ai pris l'argent de mes investissements immobiliers, j'ai tout injecté dans Biscuit et Cassonade et je me suis dit que c'était tout ce qui me restait, ma bouée de sauvetage.»

Elle a fabriqué ses propres toutous, puis leur a confectionné des vêtements. Les histoires ont ensuite pris forme.

«Je m'investis à 200% là-dedans. Biscuit et Cassonade, c'est un projet culturel parce que les jeunes apprennent sur la découverte du monde. C'est aussi de l'art que je fais avec mes photos.»

Lorsque Caroline Munger a présenté son projet, l'accueil a été des plus rassurants. «Toutes les maisons d'édition ont accepté», raconte celle qui a opté pour les Éditions de la Bagnole.

En un peu plus d'un an, sept livres auront été publiés.

«C'est toute une aventure. Ça démontre que c'est possible de changer de vie, de vivre de sa passion, même si c'est complètement farfelu. Une partie de moi n'a jamais douté que ça allait marcher. L'autre partie de moi est toujours surprise et émerveillée.»

Aujourd'hui, Caroline Munger a l'impression d'être au bon endroit au bon moment, d'être sur son «x».

«On dirait que tout ce que j'ai fait dans ma vie, séparément, est rassemblé aujourd'hui dans ce projet-là. Je crée des vêtements et accessoires, je développe un produit et il faut que je le vende aussi», conclut-elle.

Deux petits globe-trotters

Biscuit et Cassonade ont visité le Mexique, New York, Paris. Les deux jeunes moutons aiment le camping, Noël et l'hiver. Les deux peluches entraînent avec elles les petits dans un monde où le réel rencontre l'imaginaire, un monde aux possibilités infinies.

Biscuit et Cassonade sont deux frères. Biscuit, l'aîné, est curieux et un peu peureux. Cassonade, le plus petit, est drôle et courageux.

«Biscuit et Cassonade, ce sont des personnages qui voyagent dans le vrai monde», décrit Caroline Munger. «Ce que j'aime du concept de Biscuit et Cassonade, c'est que les personnages sont imaginaires, puisque ça reste des toutous, mais qu'ils évoluent dans le monde réel. C'est comme un pont entre l'imaginaire et le réel. Les personnages incitent les enfants à s'intéresser au monde réel via leur forme imaginaire», décrit celle qui a confectionné toute une garde-robe de vêtements sur mesure pour les personnages.

«Le projet a un côté ''vintage'', puisqu'on parle de photo, mais il est aussi très moderne, notamment avec l'habillement des personnages.»

Leurs aventures racontées dans des livres publiés aux Éditions de la Bagnole sont destinées aux enfants de trois à six ans, mais l'auteure se rend compte qu'elles plaisent aussi aux plus grands.

«Je remarque que les 7, 8 et 9 ans aiment ça aussi, ils sont intéressés à l'aspect photo du concept», explique-t-elle. «Ça plaît aussi aux adultes. Tout le monde aime regarder des photos de voyage.»

Les livres sont divisés en deux collections. D'abord, il y celle basée sur la découverte du monde, qui comprend Biscuit et Cassonade au Mexique, Biscuit et Cassonade à New York et Biscuit et Cassonade à Paris.

Puis il y a la série activité, composée de Biscuit et Cassonade aiment le camping ainsi que Biscuit et Cassonade aiment Noël, paru le 2 novembre dernier. Biscuit et Cassonade aiment l'hiver au Québec paraîtra en janvier, puis Biscuit et Cassonade aiment la ferme se retrouvera sur les tablettes en avril prochain.

«Avec la collection activité, les jeunes vont se reconnaître. Ensuite, comme ils seront attachés aux personnages, ils vont les suivre dans leurs voyages», explique Caroline Munger.

Chaque livre demande énormément de travail. «C'est un long processus, notamment lorsqu'on part en voyage. Avant de partir, il y a plusieurs heures de création et de préparation.»

Après les textes et les photos, Caroline Munger s'occupe du traitement de l'image, de la mise en page et plus encore.

Il est possible d'en apprendre davantage sur les dessous des sessions de photos en visitant la chaîne YouTube de Biscuit et Cassonade.

Biscuit et Cassonade possèdent aussi leur propre page Facebook.

Les livres sont disponibles dans toutes les librairies.

Pour le marché international

L'imagination de Caroline Munger ne connaît pas de limites, ses visées pour Biscuit et Cassonade non plus. La mère des deux personnages compte bien les faire connaître des petits de partout dans le monde. «Il n'y a pas que les jeunes du Québec qui sont intéressés à découvrir le monde. Une équipe travaille à l'international pour développer le marché», explique-t-elle. Caroline Munger a l'intention de voir les aventures de ses petits personnages portées à l'écran dans un avenir rapproché.

«On effectue actuellement des tests de développement pour une série télé. Le ''show'' sera créé pour être vendu aussi à l'international», assure-t-elle.

Ensuite, elle pense à une série de produits dérivés, notamment des peluches. «J'aurais aimé qu'elles soient prêtes pour Noël, mais ce n'était pas possible. Ce n'est qu'une question de temps.»

Caroline Munger songe également à publier un livre de Biscuit et Cassonade en Asie, puis à Londres. «Ça pourrait permettre du même coup d'ouvrir le marché asiatique. Biscuit et Cassonade peuvent découvrir le monde entier», conclut-elle.

Adepte des salons du livre

Biscuit et cassonade aiment le camping a permis à Caroline Munger d'être finaliste aux prix littéraires lors du dernier Salon du livre du Saguenay-Lac-Saint-Jean dans la catégorie Jeunesse. Pourtant, elle a toujours de la difficulté à se définir comme une auteure.

«J'écris des livres, mais je me considère comme une femme d'affaires. En même temps, je suis une artiste, une auteure, mais pour moi c'est bizarre. Jamais je n'avais pensé vivre des salons du livre, mais c'est un aspect que j'aime beaucoup. Faire les présentations devant les jeunes, rencontrer les tout-petits, c'est ma paye. Je vois dans leurs yeux qu'ils aiment ça, c'est concret.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer