Les tannants à Saguenay: toujours drôle

Joël Denis et Shirley Théroux ont repris leur... (Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay)

Agrandir

Joël Denis et Shirley Théroux ont repris leur rôle d'écoliers, tandis que Pierre Marcotte jouait au professeur sévère, le temps du spectacle des Tannants samedi soir.

Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Indisciplinés, drôles, déjantés: Pierre Marcotte, Shirley Théroux et Joël Denis avaient l'air aussi en forme, hier soir sur la scène du Théâtre Banque Nationale à Chicoutimi, qu'à la barre de l'émission Les Tannants il y a une quarantaine d'années.

Pour le plus grand plaisir des nostalgiques, le trio était réuni samedi dans le cadre de leur tournée C'est fou! fou! fou! À en juger par les nombreux éclats de rire qui émanaient des centaines de spectateurs présents, les trois artistes savent encore provoquer l'hilarité. Même la journaliste du Progrès-Dimanche, qui n'a jamais eu l'occasion de regarder la populaire émission de variétés de Télé-Métropole, doit admettre s'être esclaffée quelques fois.

Dans une mise en scène de Patrice Coquereau, les Tannants ont adapté leur contenu télévisé pour offrir un spectacle éclaté, où chansons, sketches et monologues étaient à l'honneur. Les trois complices laissaient aussi beaucoup de place à leurs souvenirs et à l'improvisation, au point où les cinq musiciens qui les accompagnaient semblaient parfois un peu découragés, mais dans le bon sens.

Avec bonheur, le public saguenéen a pu retrouver des personnages marquants comme les écoliers Toto et Toutoune, toujours aussi tapageurs malgré quelques rides, et les amoureux Dieudonné et Vitaline, brillants d'idiotie. Shirley Théroux et Joël Denis s'en donnent à coeur joie dans leurs rôles burlesques, et Pierre Marcotte infuse une juste dose de sérieux quand les deux autres s'emportent.

Les moments musicaux rehaussent la qualité du spectacle. Avec sa voix infaillible, Shirley Théroux nous amène à une autre époque avec des pièces comme C'est beau un homme ou Fais comme l'oiseau, et elle offre un magnifique hommage à Pierre Lalonde et Gilles Latulippe sur Smile de Charlie Chaplin. Joël Denis, infatigable du haut de ses 80 ans, enchaîne les pitreries et interprète le Ya Ya sans faiblir. Il a même mérité une ovation debout après avoir effectué des pas endiablés de charleston, dans un numéro de music-hall. On n'imagine pas à ses 100 ans. «Vous n'aurez jamais vu une fête comme ça, 150 chaises roulantes qui vont danser le ya ya!»

C'est seulement quand on entend les blagues sur les dentiers qui claquent, le Viagra et les visites des petits-enfants qu'on réalise que les trois artistes sont plus âgés qu'ils le laissent paraître sur scène. La tournée est d'ailleurs pour eux une «dernière chance» de remercier le public qui les a aimés pendant toutes ces années.

Un spectacle d'environ deux heures trente, plus un entracte, on pourrait trouver ça un peu long, mais visiblement ça n'a pas freiné l'enthousiasme de l'auditoire, qui frappait debout à pleines mains pour la dernière chanson, le thème de l'émission.

Pour ceux qui ont manqué Les Tannants, il faudra par contre trouver une date à l'extérieur de la région, parce que cette tournée devrait être la seule du trio.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer