Zoom 2016: du 2 au 27 novembre

Sophie Gagnon-Bergeron et Annie Maisonneuve sont allées à... (Photo courtoisie, Sophie Gagnon-Bergeron)

Agrandir

Sophie Gagnon-Bergeron et Annie Maisonneuve sont allées à la rencontre des travailleurs de l'automobile en lock-out pendant deux hivers. Elles présentent une partie du résultat de leur travail dans le cadre de l'exposition La relève québécoise présentée dans le cadre de Zoom.

Photo courtoisie, Sophie Gagnon-Bergeron

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

La grisaille du mois de novembre sera estompée cette année encore grâce à des centaines d'images provenant des quatre coins du monde. Du 2 au 27 novembre, Zoom photo festival Saguenay se tiendra dans sept sites de la ville. La septième édition de l'événement permettra aux visiteurs de découvrir le travail de près de 200 photographes à travers 18 expositions.

En plus du Bâtiment 1921 de La Pulperie, du Centre des arts et de la culture de Chicoutimi, du Pavillon des croisières internationales de La Baie, du Centre culturel du Mont-Jacob, du pont Sainte-Anne et de la Bibliothèque de Chicoutimi, pour une première fois, des expositions seront présentées dans le Bâtiment 1912 de La Pulperie. Des activités parallèles se tiendront également au Bar à Pitons, au Centre Bang et au Théâtre Banque Nationale.

Le meeting international de photojournalisme regroupera près de 500 photos.

«C'est un festival en région, mais ce n'est pas un festival régional», souligne Michel Tremblay, directeur général et artistique de l'événement.

L'équipe de l'événement travaille depuis des mois à la sélection des expositions. Plus de 170 propositions de partout ont été soumises lors de l'appel de dossiers.

«On en choisit un certain nombre, puis on se garde de la place pour des coups de coeur», explique Michel Tremblay.

Le reste de la sélection se fait par les organisateurs de l'événement, notamment lors d'une visite à Visa pour l'Image, le plus grand festival international de photojournalisme qui se déroule à la fin août à Perpignan, en France. Les photographes y vendent leur salade afin de tenter de recevoir des invitations.

Michel Tremblay constate chaque année l'intérêt que suscite le festival de Saguenay. «Au Canada, ç'a été le premier festival en photojournalisme. Les gens apprécient le festival. Ceux qui sont déjà venus en parlent, les gens le connaissent. Depuis la deuxième année, on sent qu'on a une bonne renommée à l'international.»

Nouvelle plate-forme

Michel Tremblay espère maintenant voir Zoom vivre plus longtemps au cours de l'année.

«C'est mon objectif. Pour se faire, on se sert des médias sociaux et en mars dernier, on a lancé une plateforme qui permet de présenter en français et en anglais des reportages mis en images sur différents sujets.»

Le nouvel outil de publication, zoomphotofestival.ca/wideview évoluera au fil du temps et permet aux photographes de faire voir leur travail.

«Ç'a permis d'augmenter l'achalandage sur le site. Ça augmente le nombre de personnes qui connaissent le festival», affirme le directeur général et artistique de l'événement.

La présence de Zoom au festival Photoville de Brooklyn en septembre dernier, où une exposition créée par Zoom a été présentée, constitue également une façon de faire vivre et rayonner le festival de Saguenay.

«Rien n'empêche de diffuser des expositions créées par nous. Zoom est aussi un producteur d'expos», affirme Michel Tremblay qui voit l'avenir de Zoom se dessiner de façon positive. «Il y aura une édition en 2017, en 2018 et même en 2019. On célébrera le 10e anniversaire», conclut-il.

Le lock-out en images

Pendant 34 mois, des employés de garage de partout en région se sont retrouvés sur le trottoir. Sophie Gagnon-Bergeron et Annie Maisonneuve se sont attardées à leur situation, afin de ne pas oublier le coût humain du plus long lock-out de l'histoire du Québec. Les deux jeunes Saguenéennes ont mis sur pied le projet Lock-out, dont elles présentent la partie photographique dans le cadre de l'exposition La relève québécoise qui figure à l'horaire de Zoom.

Annie Maisonneuve s'intéresse à l'histoire populaire du Québec et à la démocratie syndicale. En 2014, elle a interpellé la photographe Sophie Gagnon-Bergeron afin de créer un projet autour du lock-out automobile. «Elle s'est dit qu'il fallait faire un projet pour créer la mémoire de tout ça et pour éventuellement en faire une dénonciation du recours au lock-out», explique Sophie Gagnon-Bergeron.

Ensemble, elles ont parcouru la région pendant deux hivers. Elles ont visité les lock-outés de tous les concessionnaires concernés, passant chaque fois quelques heures sur le trottoir avec eux.

Annie Maisonneuve discutait avec les travailleurs, elle récoltait les histoires. Sophie Gagnon-Bergeron faisait des photos.

«On avait comme hypothèse que ce lock-out avait nécessairement un coût humain. On voulait créer une mémoire régionale, pour un des plus longs conflits de travail de l'histoire du Québec. On n'a pas voulu essayer de démontrer que les patrons sont méchants, puisque la critique pour nous est beaucoup plus large que simplement prendre proposition entre les deux parties. C'est aussi une critique face à la stratégie syndicale. C'est une position aussi sociale face à ce recours au lock-out qui est de plus en plus utilisé au Québec alors que dans certains endroits du monde c'est illégal. En fait, on a pris le parti des humains», explique Sophie Gagnon-Bergeron.

Elle et sa complice sont heureuses de voir leur travail présenté dans le cadre du festival de photo.

«C'est un honneur. Ce qui me rend le plus heureuse là-dedans, c'est de donner une occasion aux gens de la région de revoir ce qui s'est passé du point de vue de l'intérieur et qu'on puisse se souvenir et réfléchir.»

Dix photos seront présentées dans le cadre de l'exposition, mais une sélection de 35 photos est née de l'initiative. Ces clichés serviront à la réalisation d'un autre projet. «On veut aller vers une publication pour développer l'aspect plus réflexif sur le recours au lock-out», affirme-t-elle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer