Martine St-Clair chantera Plamondon

Martine St-Clair rendra hommage à celui qui lui... (Photo courtoisie)

Agrandir

Martine St-Clair rendra hommage à celui qui lui a permis de connaître des débuts éclatants dans le show-business, mais aussi de durer, le parolier Luc Plamondon. Elle interprétera ses chansons le 4 novembre, à l'occasion d'un spectacle présenté à la Salle Calypso de Jonquière.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Celle qui a incarné le personnage de Cristal dans Starmania, Martine St-Clair, sait ce qu'elle doit à Luc Plamondon. Après l'avoir intégrée dans la production de 1981, il a apposé sa signature sur de nombreux succès décrochés en solo, notamment Le fils de Superman et L'amour est loi, son adaptation d'un titre de Gino Vanelli. Il était donc approprié qu'elle monte un spectacle consacré au parolier.

Ce projet baptisé Martine St-Clair chante les femmes de Luc est né à la suite d'un hommage rendu au fils le plus célèbre de Saint-Raymond de Portneuf. Après avoir présenté quelques-uns de ses classiques dans cette municipalité, en compagnie du pianiste Francis Dubé, l'interprète a senti qu'il y avait là une piste à explorer. Elle a donc monté une version plus élaborée, celle qu'on pourra voir le 4 novembre, à la Salle Calypso de Jonquière.

«Ce voyage nous mène des années 1960 jusqu'à aujourd'hui, de Diane Dufresne à Céline Dion, en passant par Fabienne Thibeault. Les chansons sont connues et souvent, on entend les gens fredonner. J'ai lancé cette production il y a 18 mois et grâce au bouche-à-oreille, elle m'a permis de faire une belle tournée, une tournée qui s'achève», a raconté l'artiste mardi, lors d'une entrevue téléphonique accordée au journal.

Elle qui fait carrière depuis 35 ans n'avait pas visité les régions du Québec depuis des lunes. Le contact avec le public lui a montré à quel point il lui avait manqué. «Ça fait du bien au coeur, à la voix. Les gens sont devant nous. Je commence à chanter et ça donne un moment d'amour», fait observer Martine St-Clair.

Elle se considère chanceuse d'avoir pu visiter des coins aussi charmants que les Îles de la Madeleine et l'Isle-aux-Coudres, tout en gagnant la confiance des diffuseurs. Cette tournée est si gratifiante que peu à peu, à l'intérieur du programme, on voit poindre des pièces laissant entrevoir la suite des choses. Il y a des succès qui lui sont propres, auxquels devraient se greffer de nouvelles compositions.

Un nouvel album

Ce spectacle verra le jour en 2017 et suivra le lancement d'un album constitué de pièces originales, le premier du genre depuis 2006. «Le contact avec le public a donné lieu à des conversations qui ont fait jaillir des idées, des thèmes dont j'ai tiré des textes. Ils sont de moi, mais la porte reste ouverte à des collaborations», indique Martine St-Clair.

Revenant à l'homme par qui tout ceci est arrivé, elle rappelle que c'est à la suite de sa victoire au concours Cégeps en spectacle qu'il lui a offert un rôle dans Starmania. «Luc m'a permis d'entrer dans le coeur des gens, un phénomène dont je mesure encore la portée aujourd'hui, alors que la compétition est si féroce, confie l'interprète. Grâce à mon spectacle, je suis heureuse de partager la scène avec lui.»

Des conseils pour durer

«Je ne crois pas à la notion de ''timing''. Je suis proactive», laisse échapper Martine St-Clair.

C'est un état d'esprit qui l'a aidée à s'inscrire dans la durée, à gérer le temps long, elle dont la carrière de chanteuse remonte au début des années 1980. Alors que d'autres se laissent porter par des effets de mode, comme un bouchon de liège sur l'océan, elle veille au grain, s'occupe de ses affaires en ayant à l'esprit que l'avenir dure longtemps.

Pour illustrer sa façon d'agir, la voici qui évoque son rôle de comarraine au sein de l'organisme Regroupement Partage. «Il vient en aide aux personnes dans le besoin et la semaine dernière, on a amassé 150 000$ à l'occasion d'une activité-bénéfice. J'ai appelé des commanditaires et vendu des tables parce qu'à mes yeux, c'était aussi important qu'un spectacle», rapporte Martine St-Clair.

Cette propension à mettre les mains à la pâte pour que des choses arrivent se manifeste à travers l'album qui devrait sortir l'année prochaine, ainsi que le spectacle qui l'accompagnera. Parce qu'ils sont rares, aujourd'hui, les artistes qui peuvent se contenter de chanter. Pour arriver à le faire, ils doivent assumer plein de tâches qui, à leur manière, trahissent leur degré d'engagement.

Devenir une vedette

«Parfois, quand j'anime des ateliers destinés à de jeunes chanteurs, quelqu'un me demande comment on fait pour devenir une vedette. Je trouve que c'est mal parti comme réflexion, alors que ces gens se disent qu'il faut être reconnu en l'espace de quelques mois, peut-être un an, sinon ce sera perçu comme une défaite», souligne Martine St-Clair.

Ce qu'elle conseille à ses camarades de la relève, c'est de revenir à la source, de prendre la mesure de leur amour du métier. S'ils sont vraiment motivés, le temps importe peu, suggère l'interprète. «Il faut vivre ce qu'on a à vivre, marquer son territoire. Et si quelqu'un revient avec des chansons, des tableaux, dix ans plus tard, ce sera aussi bien», fait-elle remarquer.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer