Un hommage aux compositions de Chaplin

Katarina Mikhaylova-Tremblay se joindra à la violoncelliste Nadya... (Photo courtoisie)

Agrandir

Katarina Mikhaylova-Tremblay se joindra à la violoncelliste Nadya Rachok mardi, à l'occasion d'un concert intitulé Piano à la Chaplinau Théâtre Banque Nationale de Chicoutimi.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

En plus de réaliser ses films et de tenir le premier rôle, généralement celui du vagabond, Charlie Chaplin composait les pièces formant la bande sonore. Cet aspect méconnu de son oeuvre, auquel il attachait énormément d'importance, se trouvera au coeur du premier concert de la saison proposé par l'Orchestre symphonique du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Intitulé Piano à la Chaplin, il fait partie de la programmation de musique de chambre et sera présenté le 20 septembre à 19h 30, au Théâtre Banque Nationale de Chicoutimi, en collaboration avec Diffusion Saguenay. Le piano évoqué dans le titre est celui dont jouera Katarina Mikhaylova, qui sera épaulée par la violoncelliste Nadya Rachok.

C'est dans la deuxième partie du programme que le duo abordera le répertoire de Chaplin. Entre autres joyaux, le public aura droit à des extraits de La ruée vers l'or, de La Comtesse de Hong-Kong et des Temps modernes, dont Smile, l'une des mélodies les plus populaires de celui qui, chose extraordinaire, était un musicien autodidacte.

«L'idée m'est venue en 1997, après avoir découvert des partitions de Chaplin adaptées par un violoniste allemand. J'avais aimé ça et comme je cherche toujours des oeuvres se prêtant à la musique de chambre, ce projet a abouti il y a trois ans», a raconté Katarina Mikhaylova-Tremblay lors d'une entrevue téléphonique accordée au Progrès-Dimanche.

Originaires de la Russie et de l'Ukraine, elle et sa consoeur, qui vivent désormais au Québec, ont créé leurs propres transcriptions afin de montrer les compositions de Chaplin sous un jour plus personnel. «C'est de la musique pure, très romantique. Il y a beaucoup d'émotions à livrer», décrit la pianiste.

Elle ajoute que le violoncelle met en relief les accents mélodiques des compositions et que parmi les titres les plus appréciés du public, on retrouve un extrait du film Les feux de la rampe. «Comme pour Smile, plusieurs personnes reconnaissent l'air, mais ne l'associent pas à Chaplin», fait observer Katarina Mikhaylova-Tremblay.

En lever de rideau, par ailleurs, les mélomanes l'entendront jouer en solo. Il y aura des compositions à elle, ainsi que des pièces classiques comprenant le Prélude de Gershwin. Le programme n'est pas coulé dans le béton, mais pourrait aussi ménager une place à Liszt, le favori de la musicienne.

«Il réalisait des improvisations à partir de suggestions émises par les spectateurs, ce qui a donné naissance à de nombreuses transcriptions, relate la pianiste. Ça me plaît parce que moi aussi, j'aime improviser en concert. C'est pour ça que d'une interprétation à l'autre, mes pièces changent tout le temps.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer