Le rêve de jeunesse réalisé de Drakarium

Les membres du groupe Drakarium ont réalisé un... (Photo courtoisie)

Agrandir

Les membres du groupe Drakarium ont réalisé un rêve de jeunesse en montant sur une scène dans le cadre du Toronto Power Metal Fest

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

Les membres du groupe Drakarium ont l'impression d'avoir réalisé un rêve de p'tits gars. Le 12 août dernier, le groupe de metal mélodique progressif a été invité à se produire dans le cadre du Toronto Power Metal Fest. Les musiciens ont saisi l'occasion avec bonheur, eux qui n'étaient encore jamais montés sur des planches à l'extérieur de la région.

Les membres du groupe ont vécu une belle... (Photo courtoisie) - image 1.0

Agrandir

Les membres du groupe ont vécu une belle expérience.

Photo courtoisie

Drakarium a vu le jour à Saguenay il y a une quinzaine d'années. Toutefois, les études ont poussé les membres à suspendre les activités du groupe pendant six ans. Puis, les choses ont fait en sorte que les musiciens sont tous revenus s'installer dans la région.

«On a pensé repartir le groupe. L'idée, c'était de faire l'enregistrement d'un mini cd», raconte Alexandre Lessard-Martin, batteur du groupe qui compte également Pierre-Olivier Vigneault, Jean-Philippe Brassard, Philippe Brassard et Guillaume Duchesne.

La demande les a ensuite convaincus de remonter sur scène. Ainsi, en mai dernier, les musiciens ont offert un premier spectacle à la salle Le 4 Barils de Jonquière.

«Il y a un public pour ce genre de musique. La salle était pas mal pleine», assure Alexandre Lessard-Martin.

Le fait que Drakarium propose sa musique en français suscite notamment l'intérêt. « Un groupe qui présente du metal en français, c'est rare», convient le batteur qui souligne que la musique de la formation est accessible, notamment parce que la voix est «claire et non criarde». «Le chanteur n'était pas à l'aise avec l'anglais. On a décidé de faire des textes en français», explique-t-il simplement.

Un distributeur a manifesté l'intérêt de distribuer leur produit. Des disques de Drakarium ont été vendus notamment au Japon et en Angleterre.

Puis, ils ont reçu une offre inattendue.

«On nous a invités au Toronto Power Metal Fest. C'est une invitation qu'on ne pouvait pas refuser.»

Pour le groupe, le festival représentait une première occasion de se produire en dehors de la région.

«Ç'a été vraiment l'fun. C'était toute une expérience. C'était gros pour nous. C'était comme concrétiser un rêve. Quand on était plus jeunes, on rêvait de vivre de la musique. Aujourd'hui, on a tous notre emploi, notre maison, notre conjointe. On fait de la musique pour le plaisir. Ce spectacle, c'était un peu comme être pris entre le rêve et la réalité.»

Le batteur confirme que les membres du groupe ont vécu une belle expérience, mais qu'ils continueront à faire de la musique par plaisir. «C'est une occasion que nous avons saisie et nous sommes bien contents. Ça prend plus d'ampleur que ce que l'on croyait, mais on fait de la musique d'abord et avant tout pour le fun. On essaie de garder nos intérêts aux bonnes places et de faire ça pour les bonnes raisons.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer