Quatre pièces dans une maison

Guylaine Rivard, Éric Chalifour, Serge Potvin, Vicky Côté... (Photo Le Progrès-Dimanche, Marianne L. St-Gelais)

Agrandir

Guylaine Rivard, Éric Chalifour, Serge Potvin, Vicky Côté et Andrée-Anne Giguère vivront une forme de huis-clos, alors qu'ils créeront quatre pièces de théâtre dans une maison du centre-ville de Jonquière, d'ici au mois de juin. Cette série intitulée Entre 4 murs sera lancée le 2 septembre, alors que sera présentée la pièce Des craquelures.

Photo Le Progrès-Dimanche, Marianne L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Ce n'est pas Décore ta vie, mais vis dans ton décor, à toutes fins utiles. Depuis jeudi, la directrice artistique du Théâtre CRI, Guylaine Rivard, ainsi que le directeur technique Serge Potvin, partagent leur maison du centre-ville de Jonquière avec les artisans associés au projet Entre 4 murs.

Cette maison du centre-ville de Jonquière se transformera... (Photo Le Progrès-Dimanche, Marianne L. St-Gelais) - image 1.0

Agrandir

Cette maison du centre-ville de Jonquière se transformera en salle de spectacle.

Photo Le Progrès-Dimanche, Marianne L. St-Gelais

Quatre pièces seront créées et jouées dans la résidence qui se dresse depuis 1906, au 3967 rue Saint-Antoine. Chacune mobilisera une partie différente du rez-de-chaussée, une séquence amorcée dans la salle à manger où, à compter du 2 septembre, 25 personnes par soir auront l'occasion de voir Des craquelures.

Les représentations auront lieu à 20h30, jusqu'au 6 septembre, et l'intérêt exprimé dans les médias sociaux amène Guylaine Rivard à prévenir le public potentiel. «Il ne faut pas attendre pour réserver. Le nombre de places est limité», a-t-elle mentionné jeudi, au cours d'une entrevue réalisée juste avant le début des répétitions.

Ceux qui auront retenu une place en téléphonant au numéro 418-542-1129 (ou via la page Facebook du Théâtre CRI) découvriront trois personnages campés par Vicky Côté, Éric Chalifour et Guylaine Rivard. Il s'agit d'une personne enlevée, puis enfermée dans un réduit par un type aux prises avec la solitude, même si sa mère vit sous le même toit.

Comme toutes les pièces qui seront créées d'ici à la mi-juin, celle-ci trouve son origine dans un fait divers, l'histoire d'un garçon séquestré pendant quatre ans. Ce thème sera exploré par Vicky Côté, placée à l'intérieur d'une sorte de garde-robe d'où elle ne sortira pas, sinon sous une forme virtuelle, grâce à une caméra qu'elle manipulera.

«Le texte comprend des extraits du livre d'Anne-Marie Ouellet, Prendre le nord. Elle l'a écrit après avoir réalisé une expérience au Lac-Saint-Jean, à l'intérieur d'une cabane à pêche. Là aussi, on retrouve la thématique de l'enfermement», souligne Andrée-Anne Giguère, responsable de la mise en scène.

Elle et ses camarades étaient fébriles, dans le sens d'enthousiastes, au moment de s'attaquer à la pièce. Il faut dire que les répétitions elles-mêmes sortent de l'ordinaire, puisqu'elles sont concentrées sur une semaine. «Ça fait partie du défi que de travailler pendant 72 heures dans un laps de temps aussi court», indique Guylaine Rivard.

Quant à la perspective de produire une pièce à l'intérieur d'une maison, elle stimule les membres de l'équipe, qui auront tous l'occasion de jouer et de signer une mise en scène. «J'aime le décor. C'est un lieu inspirant», note ainsi Andrée-Anne Giguère.

«Moi, j'ai hérité de la cuisine et de la salle de bains, des choses qu'on voit peu au théâtre. J'en profiterai pour jouer sur le sensoriel, l'olfactif», énonce Vicky Côté, dont Facteur d'isolation tiendra l'affiche en février. Éric Chalifour, lui, a hâte d'aborder Requiem en novembre. Il sera alors question des rites funéraires.

«C'est un sujet qui me fascine et dont le point de départ est le décès du frère de ma mère, qui s'est noyé dans le secteur de Saint-Jean-Vianney, précise-t-il. Je me servirai du salon et de l'escalier pour évoquer l'époque où on exposait les morts dans les maisons.»

De son côté, Guylaine Rivard complétera la série en proposant Directement du propriétaire. Elle aime le fait que sa mise en scène se nourrira des expériences vécues dans les mois précédents, autant que des suggestions émises par ses partenaires, de même que son conjoint. «On est cinq têtes pour faire avancer chaque projet», se réjouit-elle.

Le théâtre avant l'intimité

Imaginez 25 personnes assises dans votre maison, dont plusieurs sont de purs étrangers. Tout en assistant à une pièce de théâtre, elles vont céder à la tentation d'examiner les lieux: la décoration, l'aménagement de la cour, peut-être même les électroménagers. Pour les férus de télé-réalité, ce sera l'équivalent de trouver un Pokémon dans sa remise.

La plupart des gens seraient intimidés à l'idée de partager leur intimité de cette manière, mais pas Guylaine Rivard et Serge Potvin, Cofondateurs du Théâtre CRI, c'est avec une relative sérénité qu'ils célébreront les 20 ans de la compagnie jonquiéroise en présentant quatre pièces dans leur résidence.

«Pour l'instant, on vit ici», note la comédienne et metteure en scène. Sans exclure la possibilité de migrer chez sa belle-mère pendant quelques jours, si besoin était, elle se montre plus sensible à l'impact que cette expérience aura sur sa démarche théâtrale.

«On sera collés au public», donne en exemple Guylaine Rivard, qui jouera dans la première pièce au programme, Des craquelures, à compter du 2 septembre. Il lui tarde aussi de passer à la mise en scène en juin, dans Directement du propriétaire. Ce sera l'occasion de travailler toute une nuit avec ses camarades, pour voir ce que ça donnera.

Serge Potvin pense aussi au théâtre, d'abord et avant tout. Ce qui l'allume, c'est de reprendre un concept familier en Europe, mais peu répandu au Québec. «En voyant des théâtres de poche là-bas, je me suis demandé pourquoi on ne ferait pas ça chez nous», relate celui qui assume la direction technique de la série Entre 4 murs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer