Les dix ans des grandes veillées

Le festival de musique et culture traditionnelles les Grandes Veillées de La... (Archives Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie)

Agrandir

Archives Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

Le festival de musique et culture traditionnelles les Grandes Veillées de La Baie célèbre son 10e anniversaire. Pour souligner l'événement, les organisateurs ont sondé le public afin de concocter une programmation réunissant les groupes pour lesquels les festivaliers ont eu un véritable coup de coeur au fil des ans. Entrevue avec trois des formations chouchou des spectateurs qui se produiront sur la scène du centre-ville baieriverain du 26 au 28 août.

Le sourire d'Alain-François

Quand Alain-François voit le nom de La Baie sur son calendrier, un large sourire se dessine sur son visage. Il l'affirme sans hésitation, pour lui, une visite au festival Les Grandes Veillées rime avec plaisir.

Le public des Grandes Veillées souhaitait revoir Alain-François sur la scène du festival de musique et culture traditionnelles. Alain-François, lui, espérait y remonter.

«C'est toujours un plaisir de jouer dans ce coin. Chaque fois, je sais que ça va être l'fun. Les soirées passées là sont assez inoubliables. Il y a quelque chose de spécial qui se passe. C'est extrêmement festif», affirme-t-il au cours d'un entretien téléphonique. «Avec mon style de musique, tout ce que ça prend, c'est du monde qui a envie de fêter et ce n'est pas ça qui manque à La Baie.»

Le vendredi 26 août, Alain-François montera sur la scène du centre-ville de La Baie à 21h. Il proposera un mélange composé de chansons qui ont marqué son parcours. «J'ai élaboré un menu spécial. Je ne présenterai pas mon spectacle officiel de Porte-bonheur, mon disque le plus récent, mais plutôt un mélange spécialement concocté pour l'occasion. Je vais faire un mélange des meilleurs numéros sortis au fil des ans. Ce sera très, très, très festif», assure celui qui sera accompagné de trois musiciens. «Il y aura beaucoup de percussions, ce sera aussi très visuel», décrit-il.

L'auteur-compositeur-interprète et violoniste a se produit dans près d'une vingtaine de festivals chaque été. Autant d'occasions pour l'artiste de charmer de nouveaux spectateurs.

«J'ai un public extrêmement large qui compte aussi des jeunes, mais avec Internet, on dirait que la nouvelle génération est plus américanisée en terme de consommation de musique. Il reste tout de même que la musique traditionnelle est génétique. Quand les jeunes sont sur place, ils découvrent quelque chose. Eux aussi ils tapent du pied. Le défi, c'est de les amener aux spectacles», témoigne celui qui proposera notamment un mélange entre We Wili Rock You et Dondaine la Ridaine.

Le succès d'Alain-François témoigne de l'intérêt que représente toujours la musique traditionnelle. Au cours des dernières années, sa Trousse du temps des Fêtes a permis de vendre plus de 50 000 albums.

En novembre, il lancera un nouvel opus intitulé Alain François, party de famille. Le disque sera composé de cinq nouvelles chansons et de cinq reprises. «Ce sont des chansons qui ont roulé beaucoup dans ma famille, peu importe la saison. Ce ne sera pas juste un party du temps des Fêtes», promet-il.

Une chanson-thème par Train d'Enfer

Train d'Enfer est associé aux Grandes Veillées de La Baie depuis la toute première édition. Cette année, le lien de «coeur» qui unit le groupe et l'événement se matérialise avec la création d'une chanson-thème pour le festival de musique traditionnelle. Évidemment, la formation sera aussi de la fête, puisqu'elle donnera le coup d'envoi à la 10e édition du festival.

Train d'Enfer ne raterait pas une édition des Grandes Veillées. Le groupe de La Baie a pris part d'une façon ou d'une autre à chacune des 10 éditions de l'événement.

«C'est une association de coeur. On ne fait pas partie du comité et des décisions», explique Marlène Claveau, bassiste et saxophoniste du groupe.

La décision de confier la création de la chanson-thème au groupe semblait toute naturelle.

«Notre association avec le festival sera encore plus marquée avec la chanson-thème», estime la musicienne.

La pièce, spécialement composée par le groupe dans le cadre du 10e anniversaire de l'événement, est destinée à suivre le festival pour les prochaines années.

Elle a été enregistrée dans la région, puis a été «masterisée» au studio Alchimique de Montréal.

C'est lors du lancement du festival, le 26 août prochain, que le public pourra la découvrir puisque c'est à Train d'Enfer qu'a été confié le mandat de lancer les festivités.

Le groupe promet un spectacle très festif. «On va casser la baraque. On sera fidèle à notre réputation», assure Marlène Claveau qui montera sur scène en compagnie de la violoniste Lisianne Minier, de Jean-Luc Guay à la guitare électrique, Louis Côté à la voix et Simon Gobeil à la batterie.

Le public aura notamment droit à quelques nouvelles pièces. Le groupe se concentrera d'ailleurs à la création d'un second album dès l'automne.

«On se donne jusqu'à l'été prochain, mais on aimerait le sortir pour les Fêtes. Ce serait l'idéal, toutefois on ne peut pas faire de promesse», souligne Marlène Claveau.

Tout comme la chanson-thème, l'album sera réalisé par Charles Guay, à Chicoutimi.

«On n'avait pas encore d'album avec Louis comme chanteur. C'est excitant pour tous les musiciens. C'est le nouveau Train», souligne-t-elle.

Armé de son nouvel album, le groupe espère ensuite se faire connaître partout en région et au-delà. «On aimerait jouer au Lac. Les gens ne nous connaissent pas. On va travailler là-dessus», promet Marlène Claveau.

Marco et les Torvis choisis par le public

Marco et les Torvis ne sont pas peu fiers d'avoir été sollicités pour prendre part au 10e anniversaire des Grandes Veillées de La Baie. En plus d'avoir été choisi par le public, le groupe apprécie grandement le festival qu'il place au sommet de la liste de tous les événements auxquels il a pris part en terme d'accueil.

Marco Bouchard, chanteur et auteur-compositeur du groupe, a reçu tel un cadeau l'invitation à la 10e édition du festival, d'autant plus que le public était invité à se prononcer afin d'établir la programmation.

«D'habitude, en musique, quand les gens sont invités à se prononcer, les musiciens sont prêts à tout pour faire des ''shows''. Ils sollicitent les votes. Cette fois, j'ai juste décidé de ne rien faire. Je n'ai même pas partagé sur les médias sociaux et je me suis dit, ''on va voir''», raconte-t-il au cours d'un entretien téléphonique.

Il ne regrette pas sa décision puisque la suite des événements lui a donné raison. «C'est encore plus satisfaisant. On sait que c'est un coup de coeur réel. Personne n'a ''boosté'' la patente pour qu'on soit là. C'est vraiment un honneur.»

Marco a hâte de se produire à La Baie, lui qui ne conserve que de bons souvenirs de son passage sur place en 2014.

«Je ne veux pas faire de jaloux, mais on a fait plusieurs festivals et c'est la place où on a été accueillis le mieux, autant par le public que par l'équipe du festival. C'était incroyable», affirme-t-il sans hésiter. «Je sais que chacun des membres du groupe dirait la même chose. On a été accueillis comme des rois. On se sentait comme AC/DC!», assure-t-il.

Le groupe se produira à 14h30 le samedi 27 août. Chacun des sept musiciens de la formation joue de plus ou moins trois instruments. C'est donc dire qu'il y aura de l'action sur la scène. «Il va y avoir de l'ambiance. Il va y avoir du tapage de mains et du tapage de pieds», promet le chanteur.

La formation profitera d'ailleurs de l'occasion pour faire entendre quelques nouvelles pièces. Effectivement, l'auteur-compositeur-interprète travaille actuellement à la préparation du troisième album du groupe dont le dernier opus date d'il y a quatre ans.

«Je n'aime pas écrire deux fois la même chanson. J'essaie de laisser passer plus de temps entre mes périodes d'écriture», explique celui qui se décrit comme un «chanteux». «Je présente un mélange d'histoires, de ''jokes'', de jeux de mots et de musique. C'est un», un mélange de plein de patentes. Je m'inspire un peu de gars comme Fred Pellerin et Michel Barrette, des ''raconteux''. Mon gars m'a dit un jour que je suis un ''chanteux''. Je crois qu'il a mis le doigt dessus», estime-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer