Humour et musique

Christopher Hall apportera une touche d'humour au Rendez-vous... (Photo courtoisie, Maxime Tremblay)

Agrandir

Christopher Hall apportera une touche d'humour au Rendez-vous musical de Laterrière. Il animera quatre concerts en plus de jouer dans trois d'entre eux.

Photo courtoisie, Maxime Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

Allier l'humour et la musique classique. Voilà le défi que se donne Christopher Hall depuis quelques années déjà. Il a appris à harmoniser ses deux passions au fil du temps, au bénéfice du public et de la musique qu'il souhaite plus accessible. Cette semaine, c'est ce mélange qu'il souhaite offrir à l'assistance du Rendez-vous musical de Laterrière.

Christopher Hall animera et jouera à la fois dans trois concerts, en plus d'en animer un autre dans le cadre du Rendez-vous musical de Laterrière.

«Je vais mettre un peu de brillant d'humour», affirme le musicien et humoriste au cours d'un entretien téléphonique.

Christopher Hall n'en est pas à son premier passage au festival. Il y a 20 ans, il devait s'y produire, mais le Déluge de juillet 1996 avait modifié ses plans. Il avait toutefois pu se reprendre l'année suivante. À l'époque, il se concentrait sur la clarinette.

Il a été clarinettiste solo au sein de l'Orchestre Métropolitain, il a aussi notamment joué avec l'OSM et l'Orchestre I Musici. La musique l'a mené jusqu'en Allemagne.

Sa carrière de musicien était bien lancée, mais elle ne lui permettait pas de se réaliser complètement.

«Je trouvais que c'était très sérieux, trop intellectuel. Je faisais rire mes collègues, mais jamais le gars en avant», affirme-t-il en rigolant.

Il a entrepris de marier la musique et l'humour.

«L'humour sert à détendre les gens tout en expliquant quelques aspects du concert. En rendant tout ça plus accessible, les gens peuvent réaliser la beauté de la musique. Depuis que je mélange les deux, je m'amuse beaucoup et tout le monde est plus détendu. Il y a souvent un mur invisible qui sépare les musiciens et le public. La réalité c'est que si on n'a pas de public, il n'y a pas de concert, seulement des répétitions. C'est le public qui amène la magie.»

L'exercice a été difficile au départ. «La première fois que j'ai tenté de faire les deux, j'ai fait rire le public, mais quand est venu le temps de jouer, ça n'a pas marché. Depuis, j'ai affiné tout ça et je suis tout à fait à l'aise de passer soudainement de l'humour à la musique», assure-t-il.

Sa décision l'a d'ailleurs amené à réaliser plusieurs projets. «J'ai l'occasion de le faire de plus en plus souvent et depuis que je jumelle la musique et l'humour, je collabore avec de grands musiciens.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer