Pascale Dussault, nouvelle auteure JCL

Pascale Dussault publiera son premier roman, Les échappés... (Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie)

Agrandir

Pascale Dussault publiera son premier roman, Les échappés du Saint-Louis, aux Éditions JCL. Elle a écrit cette histoire en Californie, son lieu de résidence, alors qu'elle se déroule en Nouvelle-Écosse.

Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

«C'était le meilleur scénario», laisse échapper Pascale Dussault à la fin de l'entrevue. Tout bien résumé, telle est l'expérience que vit cette auteure dont le premier roman, Les échappés du Saint-Louis, sera publié cet automne aux Éditions JCL.

L'histoire est celle d'Adélie, partie de La Rochelle en 1688 afin de rejoindre son fiancé en Acadie. Dès son arrivée dans la baie de Chedabouctou, le navire sur lequel elle a voyagé est attaqué par des pirates. L'un d'eux, Arie, tombe amoureux de la jeune femme, mais n'en dit mot au moment de fuir en sa compagnie.

«Ce projet est né pendant mes études au cégep. Il est basé sur des faits historiques, sauf que j'ai placé cette femme sur le bateau qui mouille sur la côte Atlantique, au seuil du cap Breton. Elle et le pirate doivent se rendre jusqu'à la baie de Fundy où vit le fiancé d'Adélie», a raconté Pascale Dussault jeudi, lors de son passage au journal.

Profitant de ses vacances pour visiter le Saguenay avec ses parents, des anciens de l'UQAC, elle a rencontré pour la première fois l'éditeur Jean-Claude Larouche, ainsi que les membres de son équipe. Jusque-là, ils n'avaient échangé qu'à distance, eux à Chicoutimi, elle à Santa Rosa, la ville de la Californie qui est devenue son lieu de résidence.

Accaparée par ses études en génie chimique, des contrats de traduction et l'émergence de sa petite famille, Pascale Dussault n'avait pas eu le temps d'écrire à son goût. Une fenêtre s'est ouverte en décembre, toutefois, ce qui lui a donné l'occasion de produire le premier jet du roman, puis de le réviser, en l'espace de sept mois.

«J'ai envoyé le manuscrit à différents éditeurs et monsieur Larouche a répondu si vite que j'ai été prise au dépourvu quand il a téléphoné à la maison. Il m'a dit que je créais de belles ambiances, qu'il aimait les personnages principaux. J'étais contente», fait observer l'auteure originaire des Laurentides.

Deux semaines ont suffi pour peaufiner le texte et bientôt, le nom de Pascale Dussault rejoindra ceux de ses consoeurs Sonia Marmen, Marthe Gagnon-Thibodeau et Marie-Bernadette Dupuis au sein de la collection JCL. Leurs livres lui étaient familiers, bien avant le coup de fil de l'éditeur.

«Petite, je voulais devenir historienne et j'étais une grosse liseuse. J'ai toujours voulu créer un livre et ç'a bien tombé parce qu'en Californie, je m'ennuyais de parler en français. J'ai donc trouvé ça agréable d'écrire dans cette langue», confie la Québécoise, dont le conjoint est Américain.

Son rêve ultime serait de devenir romancière à plein temps, ce qui dépend, bien sûr, de la réaction du public. En attendant, la jeune femme planche sur le deuxième des trois tomes de la série lancée par Les échappés du Saint-Louis. «Je suis rendue au quart», précise-t-elle en affichant un large sourire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer