Mon ami Dino: plus vrai que nature

Le cinéaste Jimmy Larouche et le comédien Dino... (Archives Le Soleil)

Agrandir

Le cinéaste Jimmy Larouche et le comédien Dino Larouche ont développé une profonde amitié depuis leur rencontre il y a 12 ans.

Archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dans Mon ami Dino, le nouveau long métrage du cinéaste originaire d'Alma Jimmy Larouche en salle depuis le 5 août, les genres de la fiction et du documentaire se mélangent au point qu'on ne distingue plus le vrai du faux, mais les émotions des personnages ne pourraient être plus authentiques et toucheront sans aucun doute le spectateur.

Tel un documentaire, on suit le comédien Dino Tavarone dans son quotidien, mais on a ajouté une épreuve à la routine, question d'étoffer la scénario. Ce n'est pas comme si la vie du septuagénaire manquait de rebondissements, pas du tout.

Connu pour son rôle du parrain dans la télésérie Omertà, l'Italien d'origine aborde ses quatre années passées en prison avant qu'on le repère dans une troupe de théâtre amateur. On perd parfois quelques paroles, mais on s'habitue à son accent. Surtout, on s'attache à cet homme drôle, parfois un peu borné, qui dessine des masques et qui improvise des répliques qui atteignent le plus profond de l'âme.

«Je n'ai pas peur de mourir, j'ai peur de perdre la vie», confie-t-il.

Il faut savoir qu'aucun dialogue n'a été écrit, seule une structure narrative guidait les comédiens et les non professionnels durant le tournage. On voit Dino Tavarone dans l'appartement qu'il occupe vraiment, on l'écoute jouer de la musique avec ses vrais amis, on se promène avec lui et son vrai chien Pipingo, on l'espionne durant ses rendez-vous, on découvre sa réelle relation particulière avec sa famille et sa gérante...

Parfois, on pourrait se sentir mal à l'aise de pénétrer autant dans l'intimité de l'artiste. Quand on entend une question posée par Jimmy Larouche, on se rappelle que le film est censé être un documentaire à la base, mais la plupart du temps, on l'oublie. On embarque à fond dans l'histoire, qu'il ne faut pas trop dévoiler si on veut vivre tous les chocs, toutes les émotions. Le cinéaste présente une vision très personnelle de celui avec qui il a noué une profonde amitié il y a 12 ans.

Mon ami Dino est loin de ressembler à un documensonge, ces oeuvres de fiction filmées comme un documentaire où rien n'est réel et tout est scénarisé. La part de vrai est plus que vraie dans ce long métrage. Il fait réfléchir sur notre façon de traverser la vie et comment on veut la finir. On parle de mort, mais c'est loin d'être sombre comme les précédents films de Jimmy Larouche, La Cicatrice et Antoine et Marie. On rit, on est surpris, et oui, on versera probablement une larme alors qu'on ne s'y attend pas.

Apparaissant brièvement comme le confident de Dino Tavarone, Michel Côté fait un beau clin d'oeil aux Almatois en évoquant un moment très touchant vécu avec son père dans la ville jeannoise. Manuel Tadros, Ginette Achim, Joëlle Morin et Sasha Migliarese prennent aussi l'affiche dans le film. Cette dernière est très émouvante dans sa première apparition au grand écran. Les deux premiers tiennent leur propre rôle.

Au générique

Cote: ***

Titre:Mon ami Dino

Genre: Documentaire réinventé

Réalisateur: Jimmy Larouche

Acteurs: Avec Dino Tavarone, Michel Côté, Joëlle Morin, Manuel Tadros et Sasha Migliarese

Durée: 1h24

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer