11 600 fans de Billy Talent comblés

Le chanteur de Billy Talent, Benjamin Kowalewicz, était... (Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay)

Agrandir

Le chanteur de Billy Talent, Benjamin Kowalewicz, était plein d'énergie samedi soir, sur la grande scène de la Zone portuaire de Chicoutimi.

Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le groupe punk rock Billy Talent a offert la totale samedi soir aux milliers de personnes en délire, présentes sur la Zone portuaire de Chicoutimi, leur proposant des succès de tous ses albums et même des nouvelles pièces.

Plus de 11 000 personnes ont assisté au... (Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay) - image 1.0

Agrandir

Plus de 11 000 personnes ont assisté au spectacle.

Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

Exactement 11 624 entrées ont été comptabilisées pour le spectacle tenu dans le cadre du Festival des bières du monde de Saguenay.

Le chanteur Benjamin Kowalewicz était particulièrement en forme, bondissant et gambadant sur scène dès la première chanson. S'exprimant régulièrement avec la foule qu'il trouvait vraiment «folle», il n'a pas manqué de prononcer quelques mots en français. Il a même avoué que les membres de Billy Talent, même s'ils sont des fans des Maple Leafs de Toronto où la formation a débuté, sont aussi de fervents défenseurs du retour des Nordiques à Québec. Le bassiste Jonathan Gallant, le guitariste Ian D'sa et le batteur Jordan Hastings (qui remplace Aaron Solowoniuk, souffrant de sclérose en plaques), avaient l'air d'approuver, dispersés avec style aux quatre coins de la scène.

Le groupe avait amené tout son attirail technique, si bien que le public pouvait avoir l'impression d'assister à un spectacle intérieur plutôt qu'extérieur, avec les jeux d'éclairage parfois presque psychédéliques et le décor qui rappelle les couleurs de leur prochain album bientôt disponible, Afraid of Heights.

Quand les portes de la zone ont été ouvertes à 19h30, des admirateurs faisaient la file depuis longtemps, même si le spectacle ne commençait qu'à 22h. Les quatre musiciens ont été pile à l'heure, s'avançant sur scène alors que la foule scandait le nom du groupe.

Juste en annonçant Rusted from the Rain, le chanteur a déclenché la liesse chez les spectateurs. Ceux à l'avant-scène n'ont pas arrêté de sauter ou d'agiter le poing en l'air de toute la soirée. Même jusqu'au fond, où les personnes sont souvent plus tranquilles, ça tapait des mains pour accompagner ce morceau. Des curieux s'étaient d'ailleurs rassemblés derrière les barrières pour avoir un aperçu gratuit du spectacle.

«Je suis à un festival mondial de bières et je bois de la Budweiser», a rigolé Benjamin Kowalewicz, avant de demander à l'auditoire s'il était fatigué. La réponse a été bien évidemment non. Il a même incité les spectateurs à montrer leur plus beau doigt d'honneur, un geste assez impressionnant lorsqu'il est répété par une dizaine de milliers de personnes. À part ce moment, l'assistance a fait preuve de maturité et ça n'avait pas l'air de trop brasser.

Même si Billy Talent a présenté Surprise Surprise, Surrender ou River Below, il leur restait encore bien des succès à jouer lors du départ de la journaliste vers la moitié du spectacle, heure de tombée oblige. Parions que Red Flag et Fallen Leaves ont été gardés pour la fin.

The Beatdown a mis la table

Les musiciens du groupe «northern reggae» The Beatdown... (Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay) - image 3.0

Agrandir

Les musiciens du groupe «northern reggae» The Beatdown ont réchauffé le Festival des bières du monde de Saguenay en début de soirée, samedi. 

Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

Le fond de l'air était frais, mais les airs reggae du groupe montréalais The Beatdown étaient chauds samedi soir, sur la Zone portuaire de Chicoutimi.

Cinq musiciens mêlaient un peu de rock et de soul à leurs chansons interprétées avec passion sur la scène Bell média, aménagée près de la fontaine aux bélugas durant le Festival des bières du monde de Saguenay.

Le public a mis du temps à se réchauffer par contre, s'approchant timidement seulement à l'invitation du chanteur Alex Giguère au milieu du spectacle gratuit. Quelques mordus balançaient des hanches et hochaient de la tête, mais la foule avait l'air bien diffuse comparativement aux allées de stands surpeuplés. Environ 150 personnes étaient véritablement concentrées sur la prestation de la formation, dont le dernier passage en ville remontait à un an et demi.

Pourtant, The Beatdown avait de beaux moments à offrir, comme la reprise des Clash Revolution Rock ou leur pièce originale One Night, où le chanteur a pu montrer ses talents à l'harmonica. Les musiciens ont même enclenché la fonction «rewind» pour secouer l'auditoire et repartir plus en force.

Somme toute, The Beatdown s'est bien débrouillé pour un groupe qui précédait Billy Talent.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer