Alexe Gaudreault bien lancée

Alexe Gaudreault, originaire de Dolbeau, connaît un énorme... (Photo courtoisie)

Agrandir

Alexe Gaudreault, originaire de Dolbeau, connaît un énorme succès avec les pièces qui paraissent sur son premier album. Avec Placebo, elle est devenue la première artiste indépendante à se hisser au sommet du palmarès radio pendant sept semaines consécutives.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

Sa chanson Placebo est demeurée au sommet du palmarès pendant des semaines. Son plus récent extrait Éclat tourne sur toutes les stations de radio. Son horaire estival est chargé de prestations aux quatre coins du Québec. Jamais Alexe Gaudreault n'aurait pu rêver à tout ceci lorsqu'en 2013, la jeune fille originaire de Dolbeau est sortie de l'émission La Voix sans même faire les demi-finales.

Alexe Gaudreault a hésité longtemps avant de s'assumer comme chanteuse. «J'ai toujours eu un peu peur du jugement», convient-elle.

Après avoir remporté le prix Coup de coeur du public au Festival de la chanson de Saint-Ambroise vers l'âge de 10 ans, elle a abandonné la chanson pendant plusieurs années. «Au secondaire, je n'assumais pas ce côté de moi. Je ne voulais pas attirer l'attention», raconte-t-elle.

En 2012, elle est retournée sur les planches de Saint-Ambroise où elle a remporté les honneurs dans la catégorie Interprète 18 ans et plus.

Ensuite, c'est sa mère qui l'a incité à auditionner pour La Voix. «Comme j'habitais à Québec et qu'elle savait que je n'irais pas, elle a envoyé une de mes tantes pour m'accompagner», rigole-t-elle. Sélectionnée dans l'équipe de Marc Dupré lors de la première saison de l'émission, Alexe Gaudreault a été éliminée en quart de finale après avoir vécu une expérience riche en émotions.

Après La Voix, elle admet qu'elle a vécu quelques moments difficiles.

«À ma sortie, j'ai vécu un petit ''high'', mais après ça, ç'a été plus difficile. J'avais abandonné mon DEC en arts plastiques pour faire l'émission. J'ai dû retourner à l'école et reprendre le travail. Les gens qui me voyaient dans la rue ou au travail me demandaient ce que je faisais et si je chantais encore. C'est dur pour l'orgueil», raconte celle qui admet même avoir cessé d'y croire par moments.

La jeune femme avait aussi besoin de temps. «Je sentais que je n'avais pas du tout la maturité artistique pour lancer quelque chose. Je voulais proposer quelque chose que j'allais vraiment aimer, trouver avec qui travailler. Je devais me demander ce que je voulais faire. »

La jeune femme s'est retroussé les manches, puis sa rencontre avec le réalisateur John Nathaniel a changé le cours des choses.

«Il m'a approchée. Je n'avais aucune attente. Engager un réalisateur ne faisait pas nécessairement partie de mes plans.»

Alexe Gaudreaut et John Nathaniel ont eu un véritable coup de foudre professionnel. Avec la parolière Mariane Cossette-Bacon, ils ont réalisé un EP de trois titres en version numérique.

Ils ont d'abord lancé la chanson L'envers du décor, pièce qui a valu à Alexe Gaudreault le titre d'artiste du mois à Rouge FM.

En mai 2015, ils ont voulu lancer une pièce plus entraînante. C'est là que Placebo a fait son apparition sur les ondes radio. «Les stations majeures ont embarqué rapidement», raconte-t-elle.

Placebo a figuré en première position du palmarès radio pendant sept semaines consécutives. «C'est la première fois qu'une telle chose arrivait à un artiste indépendant. Nous sommes bien fiers de ça.»

L'équipe a attendu que Placebo sorte du Top 10 avant de lancer un nouvel extrait. «On avait un beau problème», convient-elle.

Au final, la chanson a fait partie du Top 10 pendant plus de 43 semaines, ce qui lui a aussi valu un prix Socan.

Un an jour pour jour après la sortie de Placebo, Alexe Gaudreault a lancé Éclat.

«La journée où la chanson est sortie, elle était déjà en rotation sur toutes les radios. On n'en revenait pas. La réception a été incroyable.»

L'artiste a signé avec Musicor. C'est ainsi que son premier album, dont elle a coécrit l'ensemble des paroles, a vu le jour en mai.

À l'Agora du village portuaire de La Baie le samedi 6 août

Cet été, Alexe Gaudreault est sur la route à travers le Québec. Après des spectacles aux Francofolies et au Festival d'été de Québec, elle sera en première partie de Véronic Dicaire le 5 août dans le cadre du Festivent de Lévis, puis à l'International de montgolfière de Saint-Jean-sur-Richelieu le 13 août, juste avant Half Moon Run et Metric. Dans la région, Alexe Gaudreault effectuera un seul arrêt, à l'Agora du village portuaire de La Baie le samedi 6 août prochain.

«J'ai tellement hâte. J'ai hâte de chanter devant des gens de ma famille et des amis, mais surtout, j'ai hâte de voir ma mère!», lance-t-elle.

L'artiste se considère chanceuse du déroulement des événements.

«C'est un gros alignement d'étoiles. En cinq ans, les choses ont bougé extrêmement. Aujourd'hui, à 24 ans, je sens que je suis à la bonne place au bon moment. J'espère que ma bonne étoile continuera de veiller sur moi.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer