Univers fascinant à Langage Plus

Par ses oeuvres, Véronique La Perrière M. tente... (Photo Le Progrès-dimanche, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Par ses oeuvres, Véronique La Perrière M. tente de retracer et comprendre le projet philosophique de l'alchimie.

Photo Le Progrès-dimanche, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

Deux nouvelles expositions et un atelier figurent à l'horaire de Langage Plus. Au cours de la période estivale, l'accessibilité est de mise au centre d'art actuel d'Alma. Une occasion de découvrir ou de redécouvrir le lieu pour le public.

La sphère est très présente dans les oeuvres... (Photo Le Progrès-dimanche, Mariane L. St-Gelais) - image 3.0

Agrandir

La sphère est très présente dans les oeuvres de Véronique La Perrière M. Transparentes, elles réfèrent tantôt à la boule de cristal, tantôt aux planètes. La lumière, le contraste du crayon blanc sur fond noir et quelques touches de rouge, ajoutent à l'aspect onirique des pièces.

Photo Le Progrès-dimanche, Mariane L. St-Gelais

Grâce à la collaboration de Cristal du Lac,... (Photo Le Progrès-dimanche, Mariane L. St-Gelais) - image 3.1

Agrandir

Grâce à la collaboration de Cristal du Lac, de l'Université du Québec à Chicoutimi et de collectionneurs privés, des minéraux sont exposés au centre de la salle, disposés sur des présentoirs de verre transparent, ajoutant une touche de fascination à l'ensemble.

Photo Le Progrès-dimanche, Mariane L. St-Gelais

La grande salle du centre d'art Langage Plus est dotée d'une aura particulière cet été. Véronique La Perrière M. y propose jusqu'au 4 septembre La clinique alchimique, une exposition où les oeuvres de l'artiste côtoient des minéraux pour créer un univers qui suscite la fascination.

L'alchimie, science secrète du Moyen-Âge, mélange de chimie et de magie, intrigue. Visiblement fascinée par la chose, Véronique La Perrière M. se penche sur les raisons d'être de l'alchimie, soit le rêve de l'homme de posséder une emprise sur la vie, le temps et la matière.

Par ses oeuvres, elle expérimente afin de retracer et comprendre le projet philosophique de l'alchimie.

Des dessins composés de pastel et crayon blanc sur papier noir composent la forte majorité des oeuvres. Une sorte de mystère émane de plusieurs d'entre elles. La sphère est très présente, transparente, référant tantôt à la boule de cristal, tantôt aux planètes. La lumière, le contraste du crayon blanc sur fond noir, de quelques touches de rouge, ajoute à l'aspect onirique des pièces.

Avec La clinique alchimique, l'artiste crée un espace d'expérimentation et une étude poétique sur l'alchimie. Elle pose un regard actuel sur une partie de l'Histoire.

Grâce à la collaboration de Cristal du Lac, de l'Université du Québec à Chicoutimi et de collectionneurs privés, des minéraux sont exposés au centre de la salle, disposés sur des présentoirs de verre transparent, ajoutant une touche de fascination à l'ensemble.

En alliant ses oeuvres à des minéraux, l'artiste renforce l'aspect merveilleux, fascinant.

Vidéo

Véronique La Perrière M. présente également une vidéo intitulée Le souffle d'Uranie. Pendant neuf minutes, le visiteur voit défiler sur l'écran une série d'images cosmiques. Des images éphémères, qui disparaissent et apparaissent au gré d'un souffle ou de l'intervention d'une main. La matière blanche et volatile est étendue, saupoudrée, frottée sur un fond noir. L'omniprésence de la sphère, jumelée aux jeux de contrastes et à la luminosité donnent vie à des images célestes que le visiteur ne peut qu'apprécier. Neuf minutes de beauté, qui piquent la curiosité, installent le calme et invitent à la méditation.

Camille Bernard-Gravel, jeune artiste de Québec, construit la... (Photo Le Progrès-dimanche, Mariane L. St-Gelais) - image 4.0

Agrandir

Camille Bernard-Gravel, jeune artiste de Québec, construit la pluie à l'aide d'un mélange d'art et de technologie.

Photo Le Progrès-dimanche, Mariane L. St-Gelais

Lorsque l'art rencontre la technologie

L'homme peut-il fabriquer la pluie? En mélangeant art et technologie, Camille Bernard-Gravel est arrivée à un résultat des plus intéressant. Une installation intitulée Construire la pluie où des verres de styromousse, des gouttelettes d'eau et un sac de plastique tordu donnent l'impression au visiteur d'être au coeur d'une averse.

Le bruit de la pluie. Un son qui évoque des souvenirs, des sensations, qui peut apaiser.

Camille Bernard-Gravel, jeune artiste de Québec, pose un regard poétique sur le phénomène naturel. Son projet de fin de baccalauréat a pris l'allure d'une machine à pluie artificielle.

À l'entrée de la salle de Langage Plus, le visiteur est invité à mettre un casque d'écoute. Il entend la pluie qui tombe. Difficile de dire sur quoi les gouttelettes terminent leur course, mais il a l'impression de se trouver au coeur de précipitations.

C'est après qu'il pénètre dans la salle et découvre ce qu'il a réellement entendu.

Dans une boîte de bois, bien isolée, un sac de plastique est tordu mécaniquement. Un micro est installé tout près, captant le son ainsi produit.

Le visiteur se dirige ensuite derrière un grand mur blanc. C'est là que se cache l'installation qui recrée le bruit de la pluie.

Des murs sont remplis de gobelets. Plus précisément, sept séries de sept verres sont installées sur les murs. Des verres de styromousse, suspendus à des supports de cuivre, placés les uns en dessous des autres.

Au-dessus de chaque colonne de verres, un mécanisme permet de laisser échapper d'un petit réservoir des gouttes d'eau, une à la fois.

Grâce à un petit trou percé dans chaque verre, la gouttelette poursuit son chemin, jusqu'à ce qu'elle termine sa course dans une des boîtes de bois, placées sur le sol.

Un micro capte le son ambiant en direct.

Les deux captations sonores sont jumelées numériquement. C'est la combinaison des sons qui recrée la pluie. Celui du sac de plastique tordu, puis celui de l'eau qui tombe dans les verres. Ensemble, ils fabriquent la pluie. «La composition de l'oeuvre semble simple, mais la construction est assez complexe. Au final, ce que fait la nature n'est pas si simple que ça», explique Mariane Tremblay, adjointe à la coordination artistique du centre Langage Plus.

Tout au long de l'été, les visiteurs de... (Photo Le Progrès-dimanche, Anne-Marie Gravel) - image 5.0

Agrandir

Tout au long de l'été, les visiteurs de Langage Plus sont invités à fabriquer des cactus. Les pièces seront réunies afin de former un désert urbain à l'automne.

Photo Le Progrès-dimanche, Anne-Marie Gravel

Fabriquer un désert

Tout au long de la période estivale, les visiteurs de Langage Plus sont invités à fabriquer des cactus en matières recyclées. L'atelier permettra de créer, à l'automne, un désert qui sera installé directement sur l'asphalte, à proximité du centre d'art actuel de la rue Collard à Alma.

Le projet intitulé Désert urbain permet à la population de participer à la création d'une installation extérieure. Tout l'été, moyennant des frais de 5$, les visiteurs du centre auront accès à une grosse valise remplie de matériaux de toutes sortes.

Bouteilles de plastique recyclées, bandes réfléchissantes, carton, cure-dents, cure-pipes et autres matériaux d'ornements leur permettront de créer des cactus et autres végétaux.

Des ateliers spéciaux seront également offerts gratuitement aux personnes inscrites au projet Faire sourire sa ville, les 14, 21 et 28 septembre.

Il sera également possible de participer gratuitement dans le cadre des Journées de la culture le samedi 1er octobre, entre 11h et 16h30 ainsi que le dimanche 2 octobre, de 10h à 16h.

C'est d'ailleurs au cours de cette fin de semaine que culminera le projet. Toutes les créations seront alors rassemblées à l'extérieur du centre afin de créer le désert urbain.

«On pense installer les cactus près du mur extérieur et comme beaucoup de cactus fleurissent la nuit, l'installation sera illuminée la noirceur venue», affirme Mariane Tremblay, adjointe à la coordination artistique du centre Langage Plus.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer