Les accents culturels du festival Virage

C'est dans le décor enchanteur de Sainte-Rose-du-Nord que... (Photo courtoisie)

Agrandir

C'est dans le décor enchanteur de Sainte-Rose-du-Nord que se déroulera la deuxième édition du festival Virage, fabrique d'idées, du 30 juin au 3 juillet. Invoquant le ''buzz'' qui s'est manifesté dans les derniers jours, le comité organisateur a confiance d'attirer plus de participants qu'en 2015, alors que 300 personnes s'étaient inscrites.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

La culture n'est pas toujours synonyme d'évasion. Elle aide également à réfléchir, ce qui explique la présence d'une programmation de spectacles nettement plus costaude cette année, à l'occasion du festival Virage, fabrique d'idées. Tenue du 30 juin au 3 juillet, à Sainte-Rose-du-Nord, la deuxième édition de cet événement s'annonce foisonnante.

Izza Flambe participera au festival Virage, fabrique d'idées,... (Photo courtoisie) - image 1.0

Agrandir

Izza Flambe participera au festival Virage, fabrique d'idées, en mettant à profit sa science du feu. On pourra la voir réaliser quelques numéros dans la soirée du samedi, à Sainte-Rose-du-Nord.

Photo courtoisie

«Le principe consiste à intégrer beaucoup de culture à l'intérieur d'une activité où il est souvent question de politique. Ça crée des occasions de marier deux univers qu'on croit, à tort, incompatibles», fait observer l'un des membres du comité organisateur, Marielle Couture.

Du jeudi au samedi, 500 personnes pourront assister à des manifestations artistiques touchant plusieurs disciplines. Le ton sera donné dès l'ouverture, alors que le site baptisé La Terre des Vikings accueillera une performance de Thomas Meloche. Pour évoquer le réchauffement climatique, il taillera un bloc de glace à l'aide d'une scie mécanique.

Côté musique, le guitariste Ovide Coudé a reçu carte blanche pour animer le 5 à 7. Il sera suivi par les groupes folk Valériane et les Fines Herbes, ainsi que The Two Birds, présents à 19h et 21h. Quant à Pierre Demers, il fermera les livres avec ses Bonimenteries, ces séances où des films muets sont accompagnés d'une narration de son cru.

Après une première journée d'échanges sous le thème de la transition, les participants vivront une nouvelle soirée au caractère éclectique, le 1er juillet. Les membres du Duodénum, Luc Beauchemin et Bruno Chabot, joueront des airs classiques pendant le 5 à 7 et peut-être deviendront-ils un trio en cours de route.

«Puisque nous recevrons Jean-Martin Aussant le même jour et que c'est un très bon musicien, on va laisser traîner un piano pas loin», annonce Marielle Couture. La soirée verra ensuite défiler Les Branches, un groupe qui fait dans la danse gumboot, puis la première de Gars de chantier, un projet de Guillaume Ouellet maillant le slam à la musique.

Un festival dans le festival

Il y a 500 places sur le site et pour y accéder sans restriction, il suffira de se procurer un forfait au coût de 88$ (on réserve à viragefest.com). Quant au prix des billets journaliers, il s'élève à 25$, sauf pour le samedi, alors qu'on demandera le double. La différence tient au fait que ce jour-là, on proposera l'équivalent d'un mini-festival.

«Ce sera une grosse soirée. Grâce à une dérogation accordée par la municipalité, on pourra présenter des spectacles jusqu'à 4h du matin, rapporte Marielle Couture. Tout en restant dans les limites autorisées, on va en profiter pour se remettre dans l'ambiance du Folk Sale, dont la dernière édition a eu lieu en 2014.»

Pendant la journée, Jonathan Boies remettra en marche sa Machine à poésie, qui permet aux gens de sélectionner un texte récité sur-le-champ. Une autre forme de poésie sera incarnée par la marionnette géante que l'Abobinable Fanny Fay confectionnera dans l'après-midi.

Cette création sera montrée pendant les spectacles, une séquence lancée par Georges Ouel à la faveur d'un 5 à 7. On parle d'un artiste engagé, ce qui est aussi le cas de Steve Z et les Chatons, un professeur de philosophie qui affectionne le folk et le rock.

La soirée prendra ensuite une couleur punk, alors que les festivaliers entendront Robert Fusil et ses Chiens Fous, ainsi que le groupe Carotté. Ils prépareront le terrain pour Grimskunk, attendu vers 23h. «Le contact est venu de Marco Bondu, qui fait partie du comité organisateur. C'est un ami du groupe», précise Marielle Couture.

Les chansons de Nulle Part Nord font aussi partie du programme, tout comme le numéro inédit que livreront deux membres des Clowns Noirs, Patrice Leblanc et Martin Giguère. La performance la plus incandescente sera toutefois réalisée par Izza Flambe, une spécialiste de la manipulation du feu.

Puisque les sens auront été très sollicités, le dimanche sera plus tranquille. On mettra la dernière main à la Mosaïque sociale, un projet amorcé le jeudi, tout en vivant un ultime 5 à 7 en compagnie de La Palette, un collectif de Québec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer