Laterrière, pour une dixième fois

Vivianne Lavigne et David Ellis... (Photo Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie)

Agrandir

Vivianne Lavigne et David Ellis

Photo Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

De retour pour une dixième édition depuis qu'on l'a remis sur les rails, le Rendez-vous musical de Laterrière a monté une programmation qui, plus que jamais, cherche le point d'équilibre entre les notions de qualité et d'accessibilité.

Cet événement se veut à la fois convivial et relevé, ce qu'on pourra constater du 14 au 21 août.

L'église Notre-Dame demeure le quartier général des opérations. C'est là qu'on tiendra quatre concerts et que les mélomanes seront invités à assister aux répétitions. Cette initiative lancée l'an dernier sera même étendue, puisque cette fois, toutes les séances seront accessibles.

« C'est l'occasion de voir comment les musiciens travaillent. Ça représente une activité intéressante pour les familles, entre autres, parce que les enfants peuvent découvrir plein d'instruments. La seule condition est de garder le silence », mentionne David Ellis, directeur artistique en compagnie de Nathalie Camus.

Une autre façon de tisser des liens avec le public, au-delà du cercle des initiés, consistera en un concert présenté le 20 août à 17 h, au Centre plein-air du Portage. La plupart des artistes associés à l'édition 2016 y participeront, à deux pas de la plage. « On invite les gens à pique-niquer », lance la responsable des communications pour le Rendez-vous musical, Vivianne Lavigne.

Le programme, qu'on veut léger, se promènera sur les terres du ragtime, du dixie et du klezmer. « Nous allons privilégier la musique de fête et je suis convaincu qu'il fera beau », avance David Ellis en souriant. Et bien sûr, l'accès sera gratuit.

Des mots et des notes

Les habitués du festival ont remarqué la présence soutenue de la musique de l'Europe de l'Est, depuis quelques années. Cette tradition naissante se poursuivra à la faveur du premier concert, tenu le 14 août à 19 h 30 (en passant, c'est la même heure pour les trois autres événements).

« Le folklore est très présent dans la musique de cette région. Il y a de belles mélodies et beaucoup d'énergie », fait valoir David Ellis. Un trio de Smetana et un quatuor de Dvorak seront interprétés, entre autres, par Renée-Paule Gauthier (violon) et Mathilde Bernard (alto), deux artistes originaires de la région.

Le public aura également droit aux premières interventions d'un invité spécial, Christopher Hall. Tous les jours, sauf le 19 août, celui qui est à la fois humoriste et clarinettiste présentera les pièces figurant au menu avec la verve qu'on lui connaît. On l'entendra aussi jouer en plusieurs occasions.

C'est dans cet esprit qu'a été conçu le programme du 17 août, intitulé Quand la musique nous parle. Le coeur de l'affaire, ce sera Histoire du soldat, une composition de Stravinsky accompagnée par une narration que Christopher Hall adaptera au contexte propre à un concert estival.

Sept musiciens seront mobilisés pour la circonstance, sous la direction de Nicolas Ellis. Ce groupe qui comprend un tromboniste originaire de la région, Pierre-Yves Girard, interprétera aussi le Quintette pour clarinette et cordes de Mozart.

Retour du choeur

Si le passé est garant de l'avenir, le rendez-vous le plus fréquenté sera celui du 19 août, puisqu'il marquera le retour du choeur dirigé par Pierre Lamontagne. Chaque année, on regroupe les chanteurs qui souhaitent participer à ce projet qui, cette fois, sera centré sur le Te Deum de Karl Jenkins.

« Cette oeuvre dure une vingtaine de minutes et met en valeur les percussions et les trompettes, en plus du choeur. C'est grandiose », affirme David Ellis. Un titre de Tallis, If You Love Me, de même que le Gloria de Orban, chanté uniquement par des femmes, font aussi partie du menu.

Quant au dernier programme, prévu pour le 21 août, c'est lui qui sollicitera le plus grand nombre de musiciens, soit 14. Cet ensemble sera dirigé par Nicolas Ellis et comprendra deux jeunes provenant de la région : Sandrine Vachon (alto) et Gabrielle Bouchard (violon).

La pièce de résistance sera celle qui clôturera le concert, autant que le festival. Il s'agit du Concerto grosso de Airat Ichmouratov, qui sera lui-même mis à la contribution. « Pendant 20 minutes, cette musique éclate dans tous les sens. Il y a une succession de solos et l'un d'eux sera exécuté par Airat à la clarinette », précise David Ellis.

Fait à signaler, les billets pour ce concert, comme pour les trois autres, sont déjà disponibles au coût de 25 $ l'unité ou 90 $ pour toute la série. Pour s'en procurer, on peut joindre Vivianne Lavigne au numéro 418-678-9995 ou visiter le site internet du festival. Ceux qui réserveront avant le 1er août jouiront d'un rabais de 15 %.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer