«L'art, c'est ma deuxième vie»

Omer Moisan remercie la vie d'être en assez... (Photo Le Progrès-dimanche, Michel Tremblay)

Agrandir

Omer Moisan remercie la vie d'être en assez bonne condition physique pour se promener dans les bois tous les jours ou presque et ainsi partir à la recherche des trésors de la nature.

Photo Le Progrès-dimanche, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

Omer Moisan n'a pas chômé l'hiver dernier. L'homme de 86 ans s'est découvert une nouvelle passion pour l'art nature miniature, une forme d'artisanat originale qui met en scène les richesses offertes par la nature.

L'imagination d'Omer Moisan ne connaît pas de limites.... (Photo Le Progrès-dimanche, Michel Tremblay) - image 1.0

Agrandir

L'imagination d'Omer Moisan ne connaît pas de limites. Au cours de la saison hivernale, il a réalisé plus de 280 pièces.

Photo Le Progrès-dimanche, Michel Tremblay

Omer Moisan a produit plusieurs pièces originales à... (Photo Le Progrès-dimanche, Michel Tremblay) - image 1.1

Agrandir

Omer Moisan a produit plusieurs pièces originales à partir des objets de la nature qu'il ramasse lors de ses promenades en forêt.

Photo Le Progrès-dimanche, Michel Tremblay

Il a réalisé quelque 280 créations au cours de la froide saison. Comme quoi l'âge n'altère pas l'imagination.

Omer Moisan a été peintre paysagiste pendant plusieurs années. Il a peint au moins 3000 tableaux.

«L'art, c'est ma deuxième vie», estime celui qui a mené une carrière de directeur d'école. «Ç'a toujours été important pour moi. J'ai commencé à peindre à l'âge de 13 ans. J'ai toujours fait des paysages», raconte celui qui a toujours été attiré par la nature.

Il y a deux ans, Omer Moisan s'est mis à fabriquer des installations grand format à partir de morceaux de bois récupérés un peu partout en forêt.

Ses pièces occupent une bonne partie du terrain de sa résidence de Chicoutimi.

«Ma cour est pleine, je me suis donc lancé dans les créations de petits formats», explique-t-il.

Cet automne, il a commencé par un bouquet de fleurs séchées. Il a eu la piqûre pour les créations de petits formats.

«J'avais, sans m'en rendre compte, accumulé une quantité de matière. J'ai commencé par de petites fleurs séchées sauvages qui se conservaient bien. J'ai trouvé quelque chose d'original. Ç'a pris des proportions incroyables», raconte-t-il.

Son atelier regorge de cocottes, branches, champignons, coquillages, bois, fleurs séchées et autres trésors issus de la forêt.

L'octogénaire remercie la vie d'être en si bonne forme physique.

Presque tous les jours, il se promène dans les bois. Il ramasse ce qui l'interpelle par sa forme, sa texture. Il voit parfois en ces éléments naturels un personnage, une silhouette, un objet ou un animal.

«C'est la nature qui m'inspire. Je ramasse des affaires tous les jours. En petit format, on trouve beaucoup plus de diversité, d'originalité. C'est extraordinaire.»

L'homme souhaite créer des pièces originales. «Je fais de l'artisanat, mais ç'a un caractère artistique, car c'est de la création. Je ne veux pas que ce soit banal. Je veux que ce soit original», insiste-t-il. «Les pièces sont toutes uniques.»

Il aimerait un jour présenter ses réalisations dans le cadre d'une exposition. «Je suis à l'étape de la création. Je ne sais pas encore comment je pourrais exposer mes pièces, mais j'y penserai éventuellement.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer