À la mémoire de Paul Davis

Au cours des années 50, 60 et 70,... (Photo Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie)

Agrandir

Au cours des années 50, 60 et 70, Paul Gagnon de La Baie, connu sous le nom de Paul Davis, a été très populaire au Québec. C'est avec Mon village, vendu à environ 42 000 copies au milieu des années 60, qu'il a connu son plus grand succès.

Photo Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

Un hommage sera rendu à Paul Davis (Gagnon de son vrai nom), l'auteur-compositeur-interprète de la chanson Mon village, dans le cadre de la fête de la région le 11 juin prochain.

La pièce qui a marqué toute une génération célèbre ses 50 ans. L'occasion était belle de souligner l'apport de son auteur à l'histoire culturelle régionale.

Denis et Michel Gagnon souhaitaient souligner le 50e anniversaire de la création de Mon village, écrite par leur frère Paul.

«La chanson a été composée en 1966, elle a 50 ans. Elle fait partie du folklore saguenéen», estime Michel Gagnon. «On trouvait que c'était bien de le souligner, de reconnaître ce que Paul a fait. Il a marqué l'histoire de la région», ajoute Denis Gagnon.

En collaboration avec la Société historique du Saguenay et le Musée du Fjord de La Baie, un hommage à Paul Davis a ainsi été prévu dans le cadre de la fête du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Des chansons de Paul Davis seront notamment interprétées par le Choeur Euphonie, ensemble dirigé par Micheline Hamel dont font partie deux des frères de l'auteur-compositeur-interprète décédé en 1995. Un membre de la famille lira également un texte hommage écrit par Guylaine Simard, directrice générale du Musée du Fjord de La Baie.

Paul Davis a eu un parcours des plus particuliers à l'époque.

Paul Gagnon est né à Port-Alfred en 1932. Attiré par les arts de la scène, il a quitté la région pour s'installer à Montréal au début de l'âge adulte.

Il a suivi une formation à l'École d'art dramatique aux côtés de Jean Gascon, puis a suivi des cours de chant auprès de Lucille Dumont.

«Il a même joué avec Gilles Latulippe au Théâtre des Variétés», souligne Denis Gagnon.

Dans les années 50, il s'est mis à interpréter des chansons de Brel. C'est aussi à cette époque qu'il a adopté le nom de Davis. «Au cours de cette période, les artistes changeaient de nom. Paul aimait l'actrice américaine Bette Davis. C'est le nom qu'il a choisi, mais nous l'appelions toujours Gagnon», raconte Denis Gagnon.

Les deux frères décrivent leur aîné comme un homme très sensible, un tendre un peu tourmenté, qui avait besoin de l'amour du public. Un homme de scène, qui avait une belle présence et traînait toujours sa guitare. Un rêveur pour qui la musique était la meilleure façon de s'exprimer.

L'auteur-compositeur-interprète a commencé à se produire dans les cabarets avec ses propres compositions.

«Il était très populaire dans les années 60 et au début des années 70», rappelle Michel Gagnon.

Il a chanté dans les cabarets aux côtés des Jean-Pierre Ferland et Ginette Ravel.

Son premier 45 tours, Le fermier pianiste, a été enregistré en 1956. À la fin des années 50, il a connu son premier grand succès en vendant 30 000 copies de Vous permettez monsieur, une pièce d'Adamo. C'est avec Mon village, vendu à environ 42 000 copies au milieu des années 60, qu'il a connu son plus grand succès. Au Royaume du Saguenay a aussi marqué sa carrière. Quelque 40 000 copies ont été vendues en 5 minutes lors de son lancement en 1969.

Au cours de sa carrière, il a enregistré 106 chansons, quinze 45 tours et trois 33 tours.

«Je l'ai suivi pendant une semaine à Montréal à cette époque. Il chantait la nuit et dormait le jour. C'était une vie un peu dure», estime Denis Gagnon. «Il a pu vivre de sa musique jusqu'au milieu des années 70. Tranquillement, les groupes ont pris la place dans les cabarets», raconte Michel Gagnon.

L'artiste a dû se réorienter.

Paul Davis est retourné sur les bancs d'école, puis a oeuvré notamment à titre d'agent de sécurité. «Il disait que c'était un travail normal», souligne Michel Gagnon.

Il a cessé définitivement de chanter en 1978.

Comme il le chantait dans Mon village, il est revenu à La Baie à la fin de sa vie. Il y est décédé d'un cancer du poumon le 7 août 1995, à l'âge de 63 ans.

Denis et Michel Gagnon, deux des frères de... (Photo Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie) - image 2.0

Agrandir

Denis et Michel Gagnon, deux des frères de Paul Davis, sont heureux qu'un hommage soit rendu à l'auteur-compositeur-interprète de La Baie qui a marqué toute une génération, notamment avec sa chanson Mon village.

Photo Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie

Guylaine Simard se réjouit

La directrice générale du Musée du Fjord de La Baie, Guylaine Simard, se réjouit de voir que Paul Davis aura droit à un hommage. Elle considère que l'auteur-compositeur-interprète a été quelque peu oublié, lui qui a pourtant été le premier chanteur populaire issu de la région.

Il y a quelque temps, le musée baieriverain a rappelé l'apport de Paul Davis dans la chanson sur sa page Facebook, une initiative qui avait entraîné la création d'une chronique Web par Télé-Québec.

Pour Guylaine Simard, l'exercice était nécessaire. «Je pense qu'il a été oublié. C'est important que le musée puisse rafraîchir la mémoire des gens sur ceux qui nous ont précédés.»

C'est ensuite que deux des frères de Paul Davis ont communiqué avec elle, dans le but de souligner le 50e anniversaire de la chanson Mon village.

«Avec la famille, on a commencé à discuter de ce qu'on pouvait faire pour rappeler l'importance de Paul Davis dans la chanson. L'idée d'un hommage est venue et avec la Société historique du Saguenay, on a pensé à la journée de la fête régionale», raconte-t-elle.

La directrice générale du Musée du Fjord a contribué à l'organisation de l'événement, en composant notamment le texte hommage qui sera lu lors de la célébration.

«Paul Davis a laissé une trace. Il a connu un succès impressionnant et a ouvert la voie pour d'autres chanteurs de la région. Il a choisi d'être auteur-compositeur-interprète à une époque où ce n'était pas un choix facile. Ensuite, d'autres ont suivi ses traces», affirme-t-elle. «Il a composé des chansons identitaires qui font appel à notre sentiment de fierté. Il avait de multiples facettes. Il chantait, composait, écrivait des poèmes. C'était un homme avec du tempérament, il négociait lui-même ses contrats, il a été revendicateur, faisait valoir ses droits. Il a été très populaire. C'est important de souligner son legs», affirme Guylaine Simard qui souligne que la chanson Mon village a été adaptée par le groupe baieriverain Train d'enfer.

Paul Davis a quitté la région pour s'installer... (Photo Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie) - image 3.0

Agrandir

Paul Davis a quitté la région pour s'installer à Montréal au début de l'âge adulte pour se produire dans les boîtes à chansons. Son attachement pour la région est toujours demeuré palpable, ce que ses chansons «Mon village» et «Au Royaume du Saguenay» démontrent bien.

Photo Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie

Recueillir les archives familiales

La Société historique du Saguenay a accepté d'emblée qu'un hommage soit rendu à Paul Davis dans le cadre de la fête régionale.

Laurent Thibeault, directeur de l'organisation, a même manifesté l'intérêt de recueillir les archives familiales afin de protéger le patrimoine.

«Nous organisons toujours une célébration à l'occasion de la fête du Saguenay-Lac-Saint-Jean le 11 juin. Une messe se déroule à l'église Saint-Alexis de La Baie, puis on se dirige vers le monument des 21», décrit-il. «Cette année, les frères de Paul Gagnon dit Davis ont communiqué avec nous pour rendre hommage à la chanson Mon village composée il y a 50 ans. Nous avons adhéré à la demande.»

Lorsqu'il a rencontré les deux frères, Laurent Thibeault a voulu savoir s'ils possédaient des archives. «Comme archiviste, j'ai manifesté l'intérêt qu'on aurait de conserver la pérennité de ces documents. Les gens pourraient alors s'en servir et écrire davantage son histoire.»

La proposition a été accueillie favorablement par les frères de Paul Davis.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer